Traverser la frontière

Auteur -Michael

TLF 106 : Une famille explore l’Afrique de l’Ouest en camion (14 mois de road-trip)

Voyage en camion en Afrique de l'ouest

Envie de découvrir l’Afrique de l’Ouest ?

En camion ? En famille ?

Tout est possible !

Dans cette interview, retrouvez Gaëtan qui nous raconte son périple en famille qui l’a mené depuis sa Belgique natale jusqu’au fin fond de l’Afrique de l’Ouest. 14 mois en camion pour un voyage inoubliable.

Écoutez tout de suite l’épisode (1H07) :

Lire la suite

Bilan après 5 ans : tous les chiffres de Traverser La Frontière

5 ans !

Qui l’eut cru ?

Lorsque j’ai commencé ce blog à Bali, je ne pensais pas qu’il me mènerait aussi loin.

Alors comme d’habitude, je me lance dans l’exercice du bilan, des avancées, des projets. Et cette année, un grand chamboulement s’est opéré….

Après 5 ans en voyage à durée indéterminée, il est temps de revenir à un mode de vie un peu moins « hors norme ». Je te dis tout dans les paragraphes qui suivent.

Voir les précédents bilans : année 1année 2année 3 – année 4

Contenu de cette cinquième année sur TLF

Un rythme vraiment « à la cool » avec :

  • 5 nouveaux articles
  • 13 nouveaux podcasts

Les articles publiés en 2019 :

TOP 3 des podcasts publiés en 2019 :

Les chiffres de Traverser La Frontière

Sur la cinquième année (décembre/novembre) de Traverser La Frontière :

  • Visiteurs du site : 225 000
  • Téléchargements du podcast : 63 000
  • Abonnés à la newsletter (le #RDV) : 4 000+
  • Facebook : 4 900 fans
  • Instagram : 4 800 abonnés
  • Ventes du livre Pourquoi voyager seul ? : 88
  • Ventes du livre Voyage à Durée Indéterminée : 1 493
  • Ventes du livre Oser Voyager en Solo : 548

Je constate une petite augmentation des visiteurs, les téléchargements du podcast restent stables, les réseaux sociaux augmentent et les ventes de livres ont légèrement diminué.

Bilan personnel pour 2019

En regardant objectivement cette cinquième année,

Je suis satisfait sur :

  • La barre des 100 podcasts dépassée… inimaginable en 2014
  • Le #RDV qui marche toujours bien
  • Les statistiques du site toujours en hausse
  • Le pré-lancement de ma formation vidéo Mini-Retraites (dispo en janvier)

Je suis insatisfait sur :

  • Pas assez de création d’articles
  • Les ventes de livres qui diminuent

En ce qui concerne les réseaux sociaux, j’ai arrêté d’en faire une priorité comme par le passé. L’uniformisation des contenus et les changements d’algorithme m’ont découragé. J’ai même songé à tout arrêter… mais bon, je n’en suis pas encore là !

Dorénavant, je ne suis aucune stratégie, outre celle de poster ce que je veux, quand je veux, sans vraiment suivre les « règles ».

Les objectifs pour 2020

Cette fois, j’arrête les objectifs chiffrés.

À chaque fois, je les loupe et je vois de moins en moins l’intérêt de croitre à tout prix, surtout sur les réseaux sociaux. L’influence et l’apologie du chiffre n’ont jamais été ma tasse de thé de toute manière.

Pour 2020, l’unique objectif est la publication et la promotion du livre Paris/Téhéran à vélo.

J’aimerais en vendre des milliers, que dis-je, des dizaines de milliers ! Alé, je m’emballe surement, mais j’espère que le livre vous plaira et que vous me supporterez dans cette nouvelle épreuve.

Le podcast va continuer, mais au rythme d’un épisode par mois.

Je vais publier des articles sur le voyage à vélo, les voyages passés et certains guides pratiques.

Enfin, le #RDV continuera lui aussi. À voir si le rythme reste bimensuel ou devient mensuel…

Le point sur les livres à venir

Ces dernières années, j’ai écrit un brouillon de livre autobiographique autour du voyage et des rencontres amoureuses. Après moult réflexions, le projet est annulé. Oui, c’était vendeur, mais après avoir partagé un large pan de ma vie privée durant des années, je préfère conserver une partie de mon jardin secret.

MAIS l’autre grand projet de l’année va bel et bien voir le jour.

Le livre qui raconte mon périple à vélo de Paris à Téhéran a bien avancé. On est plus proche de la fin que du début et je suis tout excité de pouvoir enfin vous partager en détails cet incroyable voyage.

Et bonne surprise, un éditeur m’accompagne sur ce projet. À moi la gloire !

Je vous donnerai plus de détails en janvier, mais si tout se passe comme prévu, le livre sortira en avril !

Tous les autres projets de livre sont pour le moment en pause.

Mon état d’esprit

Le plus gros changement pour cette cinquième année n’est pas lié au blog ou au voyage, mais bien ce qu’il se passe à l’intérieur de moi. J’ai eu une période compliquée en juin et une grosse remise en question concernant tous les secteurs de ma vie.

Cette année, j’ai appris :

  • Qu’il faut parfois renoncer ou dire non pour avancer (ou se libérer)
  • Que je n’ai plus envie de vivre à l’autre bout du monde
  • Que j’ai besoin de la nature proche de moi
  • Qu’il existe des réalités immuables, autant leurs faire face que de les éviter
  • Que le jeûne (hydrique ou sec) est un super pouvoir
  • Que les signes/le destin existent vraiment (ce n’est pas seulement un truc de hippie)
  • Que je me fous de la gloire et des chiffres sur les réseaux sociaux
  • Malgré mon envie de découverte, je ne suis pas un nomade, j’ai besoin d’une base
  • Les relations amoureuses/charnelles de courts termes ne m’apportent plus rien

Et j’ai pris quelques décisions :

  • Tout mettre en œuvre pour obtenir une stabilité géographique, économique et émotionnelle
  • Fonder ma famille dans les 5 prochaines années
  • Adopter un chien en 2020
  • Vivre en Europe sur le long terme
  • Essayer de simplifier ma vie et mes décisions (basé sur des principes et des règles)
  • Et la santé passe comme priorité numéro 1 (nutrition, exercice, sommeil)

Certaines décisions vont vous paraitre banales, d’autres surprenantes.

D’ailleurs, j’aurais lu ça il y a 10 ans, j’aurais longuement soupiré. Mes priorités étaient loin de tout ça. L’âge, l’expérience et les voyages me guident vers un chemin différent.

Ces périodes de changement sont terriblement compliquées. Surtout quand tu vis une vie si différente et que les gens pensent que tu vis une vie de rêve.

Le mec voyage et écrit des bouquins, le pied quoi !

Ce besoin d’alignement, de trouver des réponses, de maximiser son bonheur. C’est DUR.

La vie est un éternel changement et voici les 2 décisions actées en cette fin d’année 2019 :

  • Vivre en France (mais pas à Paris)
  • Trouver un travail plus stable (freelance ou contrat)

Quand on sait que ça fait plus de 5 ans que je vadrouille sur la planète et 8 ans que je bosse pour moi… ce sont deux changements majeurs. Mais comme tu as pu le voir, fruit d’une longue réflexion.

Ça ne m’empêchera en rien les aventures, les voyages, le développement personnel, le fourmillement intellectuel et… simplement de kiffer la vie !

Car malgré tous ces questionnements, la vie est belle :)

Le bilan des voyages en 2019

guanajuato

Guanajuato au Mexique

Comme je me l’étais promis dans le dernier bilan… j’ai passé 8 mois en Amérique latine !

Et quel plaisir de revenir dans cette partie du monde.

Découverte en 2015 avec la Colombie, l’Équateur, le Pérou et le Brésil il me manquait un pays incontournable, un peu plus au nord : le Mexique.

Tout le monde m’en disait le plus grand bien et je n’ai pas été déçu.

La tentaculaire ville de Mexico m’a accueilli les bras ouverts, mais je n’y suis pas resté bien longtemps. J’ai préféré la péninsule du Yucatan où j’ai pu me relaxer pendant 3 semaines à Bacalar puis découvrir Merida.

Ensuite, Guanajuato s’est emparé de moi.

Cette ville coloniale, nichée au milieu des montagnes et d’une beauté unique m’a fait craquer. Comme Cluj il y a quelques années… 6 mois à Guanajuato le temps d’écrire mon futur livre et de tomber amoureux. Mais aussi grande période de remise en question (cf plus haut).

L’été fut lui aussi mouvementé, d’abord par un voyage déconnecté à Cuba. À 2 heures d’avion, l’occasion était trop belle de découvrir ce pays qui m’intriguais tellement.

Enfin, j’ai passé 1 mois dans l’état du Oaxaca. D’abord dans la ville de Oaxaca qui propose surement la meilleure nourriture de tout le Mexique. Puis à Mazunte, au bord de la plage, à observer le coucher de soleil, siroter des noix de coco et marcher pieds nus dans la rue.

J’ai adoré le Mexique. Un pays merveilleux, malgré tous ses problèmes de sécurité. Les gens, la culture et les tacos valent bien le coup de s’y aventurer !

Dans ce deuxième voyage en Amérique latine, il avait moins de fougue et d’innocence. Mais l’envie de découvrir est restée intacte.

Les voyages en 2020

On reprend le vélo en 2020 ?

Pour la première fois en 10 ans… pas de voyages de prévu. Nada.

Je vous entends déjà me dire :

T’es pas sérieux là ? Y’a bien un truc quand même !!

Oui, je suis sérieux, rien dans l’agenda. Par contre, j’ai bien quelques idées qui trainent…

Les pays scandinaves. L’Écosse. La Slovénie. Pourquoi pas un peu d’Espagne. Et sûrement des endroits inconnus en France.

Peut-être à vélo. En van. Ou même à pied.

En tout cas, je vais rester en Europe et sur des voyages plutôt lents. Aucune envie de tout voir, juste de profiter.

Oui, je sais c’est beaucoup moins excitant que le Mexique, le Vietnam ou l’Iran !

Comme d’habitude, le meilleur moyen de suivre les prochaines étapes, c’est dans le RDV ou bien sur Instagram.

À très vite en 2020 :)

– Michael

TLF 102 : L’histoire d’une expatriation ratée au Portugal

podcast expatriation ratée au portugal

Envie de vous installer au Portugal ?

Réfléchissez-y à deux fois avant de prendre la décision !

Dans cette interview, retrouvez Violaine qui après quelques années en Irlande du Nord a décidé de s’installer au Portugal pendant 1 an.

Vous allez découvrir les raisons de cette nouvelle expatriation, les difficultés qu’elle a rencontrées, la réalité sur place et son bilan globalement négatif.

Écoutez tout de suite l’épisode (48 min) :

Lire la suite

9 jours à Cuba, entre La Havane et Viñales : compte-rendu

Aaaaaaah Cuba !

On nous vend cette île à coup de soleil, de rhum, de cigare et de salsa.

Et la réalité n’est pas très loin.

Je viens de passer 9 jours à Cuba et il faut que je vous raconte quelques trucs…

(par contre, il n’y a pas de TOP des trucs à faire, liste d’hôtels à rallonge, etc)

La Havane : unique au monde

En arrivant à l’aéroport, tout semble normal.

Le distributeur automatique m’a remis mes précieux pesos cubain (CUC), comme dans n’importe quel pays du monde. Puis un chauffeur orné d’une pancarte à mon nom, m’invite dans son taxi presque neuf.

Sur la route, direction Havana Centro, les choses se gâtent. On partage le bitume avec des charrettes tirées par des chevaux et de vieilles voitures américaines.

Les bâtiments décrépis, délabrés et parfois en ruines apparaissent peu à peu. Le taxi se faufile à travers des rues défoncées, qui appartiennent bien plus aux gens qu’aux véhicules motorisés. Des gosses jouent au baseball, des petits vieux jouent aux dominos sur un carton renversé et de jeunes Cubains draguent les filles qui se baladent en mini-jupes.

Il fait une chaleur de dingue, genre canicule en France, à laquelle on ajoute l’humidité des Caraïbes. En plus du désordre ambiant, je transpire donc à foison.

Dés que j’entre dans le quartier d’Havana Vieja, tout est plus propre, plus organisé et simplement plus beau. Les bâtiments coloniaux, les hôtels de luxe, les églises historiques et les fameuses voitures américaines des années 50 habillent le cœur touristique de la capitale cubaine.

J’y déambule durant des heures et avec ma tête blonde de touriste, je me fais alpaguer toutes les 5 minutes. Au choix, on me propose: des cigares, des tours en calèches ou en voitures, une soirée « secrète » ou des cartes pour me connecter au réseau wifi.

J’en profite aussi pour prendre quelques cours de salsa.

Un peu cliché ?

C’est vrai !

Mais à 15€ le cours particulier d’1H avec une excellente prof vraiment, ça vaut le coup.

Nelvis, Cubaine plantureuse, avec une énergie sans fin et bougeant chaque partie de son corps à la perfection tente de me déraidir. Pendant quelques jours, je me suis donc efforcé de mettre de coté mes années de « sala porto » pour embrasser le style cubain.

Ce fut en tout cas suffisant pour me débrouiller dans une soirée où les Cubains se réunissent par centaines tous les mercredis pour danser. Récoltant même quelques compliments des sulfureuses Cubaines… « tu danses pas mal pour un Français ! »

Viñales : entre rando et introspection

Je file ensuite à l’ouest, vers la petite ville de Viñales.

À bord du taxi collectif que j’emprunte avec un couple d’Espagnols, je vois pour la première fois de ma vie des gens au bord de la route faisant du stop… en tendant des billets du bout des doigts.

À Cuba, les transports collectifs sont vraiment à la ramasse et ici, toutes les voitures qui passent peuvent faire office de taxis/bus.

La vallée de Viñales est incroyablement verte, avec des plantations de tabac à perte de vue et entouré de mogotes, fascinantes buttes de calcaire qui pointent leurs sommets arrondis à quelques 300 mètres d’altitude.

J’élus domicile dans la casa particular de Gladys (excellente), à l’écart du centre-ville et avec une vue imprenable sur la vallée. Mon petit paradis pour 4 jours…

Le coq du voisin me réveille immuablement vers 6H30 et je m’extirpe de la maison alors que tout le monde dort encore. Tous les matins, je randonne. Je longe parfois des chemins, mais bien souvent je m’aventure à l’inconnu. Je traverse des champs, je grimpe les fameux mogotes, m’empêtre dans les forêts.

Je dis bonjour aux chiens, poules et autres cochons croisés sur la route. Mais aussi à quelques Cubains, déjà au travail. Et je respire l’air pur, seul avec moi-même. Un petit bonheur.

Vers 10H, je reviens pour prendre une douche et engloutir le petit-déjeuner préparé par Gladys, mon hôte approchant les 50 ans et qui possède une énergie débordante.

Le reste de ma journée est simple :

  • Faire une sieste
  • Lire
  • Écrire
  • Réfléchir
  • Et diner en ville

Durant ces 4 jours, j’ai pris le temps, sans Internet, de réfléchir à la suite.

J’ai pu analyser toutes les réponses du sondage (juin 2019), poser toutes les options sur la table et songer sérieusement à la direction à prendre pour les prochaines années.

Une chose est certaine : il y a du progrès.

Le brouillard, bien que toujours présent, s’est légèrement dissipé.

Votre voyage à Cuba sans soucis !

J’ai voyagé à Cuba en indépendant. Mais si vous préférez voyager avec une agence locale, c’est tout à fait possible (et parfois recommandé).

Je vous conseille de passer par Evaneos (agence très sérieuse) pour planifier un circuit sur-mesure et sans prise de tête à Cuba.

Jetez au moins un coup d’œil aux idées d’itinéraires ;)

Je demande un devis pour Cuba (gratuit et personnalisé)

Cuba : un pays à part

Bon, je ne veux pas trop m’éterniser.

Mais je dois te dire, Cuba ne ressemble à aucun autre pays.

Et il y a du bon et du moins bon…

Il y a 2 monnaies (pour les locaux et pour les touristes). Et cela crée une inégalité énorme entre ceux qui travaillent avec les touristes… et les autres qui galèrent à faire la queue, avec leurs tickets de rationnement, aux magasins d’État.

Il y a des voitures qui ont plus de 60 ans, comme des voitures flambant neuves.

Les Cubains utilisent couramment les cabines téléphoniques. Si tu as moins de 25 ans, tu n’en as surement jamais utilisé !

Pour accéder à Internet : il faut acheter des cartes wifi (avec beaucoup de patience), trouver un parc public équipé d’une borne, gratter sa carte… et profiter d’1H de wifi.

Il y a très peu d’insécurité, surtout comparée aux autres pays d’Amérique latine. Même tard dans la rue à La Havane, l’ambiance est animée, voire festive.

La débrouille (« la lucha ») est omniprésente. Beaucoup de monde cherche à gagner de l’argent de manière contournée pour survivre. D’où les innombrables marchands ambulants qui vendent des snacks à chaque coin de rue.

Il faut faire la queue un peu partout, couplé au principe du « ultimo » : il faut demander et te souvenir qui est le dernier dans la file. Comme ça tu peux vaquer à tes occupations et revenir plus tard… ou te mettre à l’ombre, t’assoir… Étrange, mais cela fonctionne.

Les aliments sont sains (beaucoup d’agriculture écologique), par contre la cuisine laisse à désirer, il n’y a jamais vraiment de goût…

Est-ce que je te recommande Cuba ?

Franchement oui.

Du peu que j’ai vu, j’ai beaucoup apprécié, notamment par son authenticité et son cachet unique au monde. Mais l’île est très grande et il faut prendre le temps de la découvrir.

Il y a 850KM entre la Havane et Santiago, soit l’équivalent d’un Paris/Perpignan.

Si j’y retourne un jour, j’aimerais louer une voiture et faire un road-trip de quelques semaines pour vraiment découvrir Cuba et sortir des sentiers touristiques.

Ah oui, j’allais oublier…

J’y reviendrai en période « fraiche », car là ça frôlait l’insupportable en journée… (fin juin)

En attendant, me voici revenu au Mexique, où je compte rester tout l’été !

– Michael

Votre voyage à Cuba sans soucis !

J’ai voyagé à Cuba en indépendant. Mais si vous préférez voyager avec une agence locale, c’est tout à fait possible (et parfois recommandé).

Je vous conseille de passer par Evaneos (agence très sérieuse) pour planifier un circuit sur-mesure et sans prise de tête à Cuba.

Jetez au moins un coup d’œil aux idées d’itinéraires ;)

Je demande un devis pour Cuba (gratuit et personnalisé)

Quel VPN en Iran ? Comparatif des 3 meilleurs VPN pour un voyage réussi en Iran

Quel VPN en Iran

Fin 2018, j’ai voyagé pendant 6 semaines en Iran. Ce n’est qu’une fois sur place que j’ai mesuré l’importance d’avoir un VPN en Iran.

Dans ce pays, la liberté d’expression est catastrophique et la liberté d’utiliser Internet se trouve au ras des pâquerettes.

Énormément de sites Internet sont bloqués, des réseaux sociaux inaccessibles et un tas d’applications telles que Messenger ne fonctionnent pas. Si vous utilisez souvent votre téléphone, la situation peut devenir terriblement frustrante.

Si une galère survient, vous ne pourrez pas forcément consulter certains sites ou contacter vos proches. Et pire encore, les réseaux de wifi sont contrôlés et absolument pas sécurisés. Le risque d’espionnage et de vols de données est courant.

Bref, un voyage en Iran peut vite tourner à la galère sans un bon VPN.

Pour profiter pleinement de votre aventure en Perse et de ses incroyables merveilles, il est indispensable de bien vous renseigner avant le départ.

Dans cet article, je vous explique la situation concrète sur place, à quoi sert un VPN, un comparatif avec les meilleurs VPN en Iran et mon expérience avec Internet.

L’utilisation des VPN en Iran n’aura plus de secret pour vous !

La situation controversée du réseau Internet en Iran

Un VPN est essentiel pour contourner la censure en Iran

1) La censure d’Internet

Comme beaucoup de régimes autoritaires dans le monde, l’Iran fait partie des nations qui censurent Internet.

Le gouvernement iranien veut contrôler toutes les informations distribuées par le réseau Internet sur leur territoire. Lorsqu’il ne peut pas filtrer les actualités, il bloque des sites Internet ou réseaux sociaux.

L’objectif est double : faire respecter la loi iranienne et supprimer la parole des opposants au régime.

Même si la charia n’est pas strictement appliquée en Iran, certains aspects font partie de la loi : tout discours considéré blasphématoire, vulgaire ou pornographique est automatiquement bloqué. De plus, énormément de contenus liés à la politique, aux actualités, aux droits de l’homme, à l’art… sont inaccessibles.

Le gouvernement maintient une chape de plomb sur Internet et veut contrôler au maximum l’information pour influencer la population dans son sens.

Ce n’est évidemment pas le seul pays à pratiquer une telle censure : la Chine, la Syrie, l’Éthiopie ou l’Arabie Saoudite censurent fortement Internet.

2) Liste des services bloqués en Iran

Voici des exemples de sites Internet, réseaux sociaux ou applications inaccessibles en Iran :

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Netflix
  • Reddit
  • Couchsurfing
  • Sites d’actualités comme LeMonde.fr ou CNN.com
  • Site de télévisions étrangères
  • Service de blog comme WordPress ou Bloggger
  • Skype
  • Tinder
  • Les sites pornographiques

Si vous n’avez pas de VPN en Iran, vous ne pourrez pas accéder à ces services sur votre téléphone ou ordinateur.

Le pire, c’est que le gouvernement peut bloquer d’autres sites ou applications à sa guise. Instagram, WhatsApp ou Telegram peuvent disparaitre du jour au lendemain pour les Iraniens.

3) Un réseau assez lent et peu sécurisé

L’Iran fait face à de nombreuses sanctions et restrictions internationales et ne se développe pas aussi rapidement que certains de ses voisins. Malgré tout, Internet reste présent et vous pourrez vous connecter assez facilement au réseau.

Nous ne sommes pas à Cuba où l’accès au wifi est une galère sans nom.

En terme de réseau mobile, l’Iran se situe à la 53e place mondiale en terme de vitesse, similaire à la Georgie ou l’Afrique du Sud. Par contre, le réseau fixe est à la 131e place mondiale, du même niveau que l’Éthiopie ou la Palestine (Source).

Durant mes 6 semaines en Iran, j’ai trouvé la vitesse correcte dans les villes avec la 3G/4G.

En revanche, pour le wifi, c’était très aléatoire. Il était parfois impossible de regarder une vidéo YouTube.

Concernant la sécurité, les réseaux wifi publics sont dangereux et la protection de vos données n’est pas assurée. Le gouvernement iranien est un as de l’espionnage et je ne me suis pas risqué à entrer mes mots de passe sur un réseau wifi sans utiliser un VPN.

Il y a 2 manières d’avoir accès à Internet en Iran :

  • Avec une carte SIM iranienne utilisant le réseau 3G/4G
  • Avec une borne wifi

Dans les campagnes ou le désert, le réseau est mauvais, voire inexistant. Et dans les villes, je me débrouillais toujours pour avoir accès à Internet. Je vous donne les détails techniques dans la partie 4 de l’article.

Pourquoi utiliser un VPN en Iran

Pourquoi utiliser un VPN en Iran

1) Définition et fonctionnement d’un VPN

VPN signifie Virtual Private Network, ce qui donne en français : Réseau Privé Virtuel.

Pour faire simple, il s’agit d’un intermédiaire entre votre appareil (ordinateur, téléphone…) et le réseau. En gros :

Schéma explicatif d'un VPN

Le VPN a plusieurs fonctions :

  • Anonymat : il vous donne un autre adresse IP
  • Sécurité : il crypte vos données
  • Streaming : il vous permet de regarder les vidéos sur tous les sites
  • Téléchargement : il permet de télécharger des torrents et autres P2P sans risques
  • Censure : il permet de contourner la censure et les sites bloqués

Les gens utilisent un VPN pour des raisons de sécurité : éviter le vol d’informations lors d’une connexion sur un réseau de wifi public. Ensuite, les voyageurs utilisent un VPN afin de se connecter depuis un autre pays : pour regarder des vidéos ou éviter les blocages de sites.

Par exemple, je vis actuellement au Mexique (2019) et lorsque j’ai voulu regarder une vidéo en replay de France 5, je n’ai pas pu, car mon IP était mexicaine. Avec un VPN, je peux me connecter sur un serveur en France et regarder l’émission sans soucis.

Si vous voulez des infos techniques sur le fonctionnement : LIEN XXX

2) Débloquer Internet en Iran avec un VPN

L’utilisation d’un VPN en Iran est donc cruciale pour préserver votre sécurité numérique et conserver l’accès à tous vos sites et services. Vous serez donc immunisé contre la censure du gouvernement iranien.

Il faut savoir que la plupart des Iraniens utilisent eux-mêmes un VPN au quotidien.

Ils ont un compte Facebook et regardent des vidéos sur YouTube, comme n’importe qui dans le monde. En France, ce parait étrange, mais dans les pays censurés, c’est monnaie courante.

Pour accéder aux applications et sites bloqués en Iran, un VPN va encrypter votre connexion Internet et diriger le trafic vers un serveur à l’étranger, que vous aurez choisi.

Par exemple :

En allant sur YouTube lorsque vous êtes en Iran, le site ne fonctionnera pas. Le gouvernement iranien bloque directement l’accès au site pour les connexions se trouvant sur son territoire.

Par contre, en choisissant un serveur situé en Grèce par exemple (grâce au VPN), cela va transformer votre IP iranienne en IP grecque. Comme si vous étiez virtuellement en Grèce. Là-bas, YouTube est accepté, vous n’aurez donc pas de problème pour voir des vidéos.

Un VPN créé un intermédiaire entre votre ordinateur/téléphone et la destination finale (site, application…) et permet donc de contourner habilement la censure.

Un VPN est donc utile en Iran ou des pays censurés, mais pas seulement.

Il vous permet d’avoir différentes adresses IP d’un pays de votre choix et de faire croire au site une autre origine de votre connexion. C’est par exemple utile dans le cas de visionnage de vidéos, de paiement sur Internet ou des téléchargements illégaux.

D’ailleurs, même en France, vous pouvez utiliser un VPN pour augmenter votre sécurité et préserver votre anonymat.

Comparatif : les 3 meilleurs VPN en Iran

Choisir un VPN en Iran...

Le marché des VPN explose depuis quelques années et il est parfois difficile de s’y retrouver.

J’étais franchement perdu lorsque j’ai dû en choisir un avant mon arrivée en Iran. J’ai appris que tous les VPN ne se valent pas. Certains ne fonctionnement pas en Iran.

Après de longues heures à scruter Internet, j’ai trouvé mon bonheur.

Bonne nouvelle, vous n’aurez pas besoin de perdre tout ce temps ! J’ai fait une sélection des meilleurs VPN pour votre voyage en Iran.

1) Ma sélection de VPN pour un voyage en Iran

Les 3 VPN que j’ai sélectionnés :

  • Fonctionnent bien en Iran
  • Possèdent une interface agréable
  • Ont une version mobile et pour ordinateur
  • Offrent une garantie de remboursement 30 jours

Nous allons principalement regarder les critères suivants : prix/sécurité/vitesse/nombre de pays. Si vous souhaitez les spécificités techniques précises, vous les trouverez sur les sites des VPN.

Les prix affichés sont en dollars US, le tarif en euros est légèrement moins cher.

Express VPN

Express VPN

En faisant quelques recherches, vous allez vite remarquer qu’ExpressVPN fait partie des VPN les plus souvent recommandés.

D’après les tests il est le plus rapide des VPN et possède un cryptage très fort. Vous n’aurez aucun souci pour regarder Netflix ou télécharger de gros fichiers. Et vous pourrez facilement contourner la censure en Iran.

Si vous souhaitez le meilleur service, sans problèmes de lenteur, Express VPN est parfait.

Les serveurs :

  • Nombre de serveurs : + 3000
  • Nombre de pays : 94

Les prix :

  • Prix 1 mois : 12,95$ / mois
  • Prix 1 an : 8,32$ / mois

Voir le site Express VPN

Nord VPN

Nord VPN

Nord VPN est un outsider à Express VPN. Il ressort souvent dans le TOP 3 des VPN dans de nombreux comparatifs.

Il possède le même système de cryptage qu’Express VPN et ressort comme très rapide pour naviguer sur le web et regarder des vidéos. Il est par contre présent dans un peu moins de pays.

Je trouve le prix de Nord VPN très attractif pour un contrat à long terme (au moins 1 an).

Ces 2 options de VPN premium possèdent un tas d’options de sécurité, mais franchement je ne comprends pas tout. Les geeks pourront étudier les détails.

Les serveurs :

  • Nombre de serveurs : + 5000
  • Nombre de pays : 60

Les prix :

  • Prix 1 mois : 11,95$ / mois
  • Prix 1 an : 6,99$ / mois
  • Prix 3 ans : 2,99$ / mois
Voir le site Nord VPN

Private VPN

Private VPN

Parmi les VPN efficaces, mais avec des tarifs plus doux, vous pouvez opter pour Private VPN.

Moins connu que les 2 autres, il possède néanmoins une bonne réputation.

Vous pourrez naviguer sur les sites censurés en Iran et profiter d’applications de bonne qualité. Par contre, ce VPN dispose de moins de serveurs et la vitesse est continuellement plus lente que les VPN premium.

Les serveurs :

  • Nombre de serveurs : +100
  • Nombre de pays : 60

Les prix :

  • Prix 1 mois : 7,67$ / mois
  • Prix 1 an : 3,83$ / mois
Voir le site Private VPN

2) Récapitulatif des 3 meilleurs VPN en Iran

Dans un souci de clarté, voici un petit tableau pour vous aider à choisir :

Express VPNNord VPNPrivate VPN
- Considéré comme le plus rapide
- Le plus fiable
- Prix le plus élevé
- Sécurisé et rapide
- Facile d’utilisation
- Offres intéressantes sur le long terme
- Protection assurée
- Fonctionne pour naviguer sur Internet
- La solution « petit budget »
> Voir Express VPN> Voir Nord VPN> Voir Private VPN

3) Mon choix de VPN

Comme évoqué rapidement plus haut, j’ai choisi Nord VPN pour mon voyage en Iran. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas.

Il y a des jours où le réseau était plus lent, mais globalement tout s’est bien passé.

D’ailleurs, en faisant des recherches poussées pour cet article, j’ai souscrit un forfait de 3 ans chez Nord VPN.

Pourquoi ?

Car je suis toujours en voyage et travaille souvent dans cafés où le wifi est public. Le risque de piratage et de vol de données monte en flèche. Je veux renforcer ma sécurité et mon anonymat.

La deuxième raison concerne les vidéos en ligne. Fini les galères lorsque je veux regarder des émissions en replay des télés françaises !

Avec un prix défiant toute concurrence de 115€ pour 3 ans (soit 3,19€/mois), pour un service que j’apprécie, je n’ai pas hésité longtemps. Vous pouvez vérifier sur ce lien si l’offre existe toujours.

Abonnement de 3 ans à Nord VPN

Mon expérience iranienne et de NordVPN

Mon voyage à vélo en Iran

Je suis allé en Iran dans le cadre de mon voyage Paris/Téhéran à vélo.

C’est en Turquie, où certains sites comme Wikipedia sont bloqués, que j’ai réalisé la nécessité d’utiliser d’un VPN pour avoir accès à 100% de l’Internet.

Je me suis plongée dans les comparatifs de VPN, les articles d’autres blogueurs et les forums pour choisir le bon service. Mon cœur a balancé entre ExpressVPN et NordVPN, mais une offre spéciale de 3 mois a fait pencher la balance pour ce dernier.

J’ai testé le VPN en Turquie, puis en arrivant en Iran, j’avais seulement besoin d’une carte SIM pour accéder au réseau 3G/4G.

À Tabriz, mon hôte Couchsurfing m’a aidé à acheter une carte Sim « Irancell », la compagnie de télécommunications nationale d’Iran. L’équivalent d’Orange en France.

Infos importantes sur la carte SIM en Iran :

  • Il faut avoir un passeport et un visa en règle
  • Il est préférable de faire les démarches avec un iranien (l’anglais n’est pas couramment parlé)
  • La carte SIM pour touristes est seulement valable 1 mois

Une fois carte SIM insérée, le réseau 3G fonctionne comme en France, sans soucis.

J’ai testé le VPN et je me suis bien rendu compte que sans le VPN, Facebook ne fonctionnait pas, mais en l’activant, il devenait accessible. On ne m’a donc pas menti !

Du coup, j’ai été capable de publier sur Facebook, regarder des vidéos YouTube, télécharger des torrents, lire les sites d’actes… comme d’habitude !

En ce qui concerne Nord VPN, son utilisation est ultra-simple.

Vous lancez l’application et choisissez le pays d’où vous souhaitez vous connecter. Et voilà, rien de plus. Pas besoin d’être ingénieur en informatique ! Même ma grand-mère pourrait utiliser un VPN.

Parfois, j’ai dû changer de serveur ou de pays, car la vitesse était lente. Généralement, je jonglais entre la Turquie, la Georgie et l’Azerbaïdjan et parfois la Bulgarie. Les pays les plus proches de l’Iran dotés de serveurs Nord VPN.

D’où l’importance d’avoir une bonne qualité de VPN, qui possèdent plusieurs serveurs, dans de nombreux pays.

Voici une petite vidéo de l’utilisation de Nord VPN sur ordinateur :

Voici la marche à suivre pour l’utilisation d’un VPN en Iran :

  1. Choisir un VPN et payer le forfait choisi (en France)
  2. Télécharger l’application sur l’ordinateur et/ou le smartphone (en France)
  3. Acheter une carte SIM Irancel une fois arrivé en Iran
  4. Activer votre VPN lorsque vous vous connectez
  5. Profitez de l’Internet comme à la maison :)

De mon côté, tout s’est bien passé et j’ai pu vivre un voyage incroyable en Iran. Une partie en vélo entre Tabriz et Téhéran, puis en bus dans les villes d’Ispahan, Yazd, Chiraz puis l’ile de Qeshm tout au sud.

D’ailleurs, si vous hésitez encore à y aller, foncez, c’est magnifique et la population vous fera comprendre le sens du mot hospitalité…

Hospitalité en iran

VPN gratuit pour l’Iran : c’est possible ?

À la lecture de l’article, j’entends déjà certaines voix s’élever :

  • « Je n’ai pas envie de payer pour avoir accès à internet »
  • « Il doit bien y avoir des VPN gratuit »
  • « Des options moins chères doivent exister »

Et je comprends bien, c’est ce que je pensais aussi avant d’arriver en Iran.

Si vous ne voulez pas payer pour un VPN, il vous reste 3 options :

  1. Accepter la censure et voyager avec une partie des sites Internet et applications bloqués
  2. Tenter d’utiliser un VPN gratuit
  3. Utiliser la garantie de VPN fiables

En Iran, j’ai essayé plusieurs VPN gratuit, mais à chaque, la connexion était lente, cela ne marchait pas bien ou ça sentait l’arnaque. J’étais bien content d’avoir pris mon VPN alors que je parcourais les routes turques.

Voici les inconvénients des VPN gratuits :

  • Plus lent que les VPN payants
  • Ne marchent forcément sur ordinateur et téléphone
  • Failles de sécurité courante
  • Souvent rempli de publicité
  • Nombre de pays restreint
  • Possibilité de vol de données importante
  • Pas de support client

Rappelez-vous que si vous utilisez un service gratuit, leurs créateurs doivent gagner de l’argent quelque part. Créer une application, utiliser des serveurs, maintenir un support client… ça coûte de l’argent.

Les VPN gratuits gagnent généralement de l’argent avec la publicité, la revente de vos informations ou pire installent des malwares sur votre smartphone/ordinateur.

Si vous souhaitez tenter le coup, voici 4 options de VPN gratuits :

Je ne connais pas tous les autres VPN gratuit et je ne pourrais pas les recommander. Par ailleurs, oubliez Netflix et les vidéos avec ce genre de VPN. Et certaines fonctionneront uniquement sur smartphone, d’autres uniquement sur ordinateur.

Pour finir, sachez que si vous n’êtes pas prêt à payer pour un VPN en Iran, il existe toujours l’option de prendre un forfait avec un VPN recommandé (Express VPN ou Nord VPN) et de vous faire jouer la « garantie remboursement » dans les 30 jours suivants l’achat.

Rien de très éthique, mais cela reste possible…

Pour finir…

Michael à Yazd en Iran

Si vous ne voulez pas vous prendre la tête pour votre voyage en Iran, prenez l’un des VPN conseillés avant de partir. Vous n’aurez pas d’ennuis.

Vous pourrez naviguer sur Internet et utiliser vos applications préférées sans souci. Sans avoir besoin de bricoler.

Perso, je suis content de Nord VPN.

Au final, 10€ dans le budget d’un voyage qui va coûter au minimum 500€, ce n’est pas grand-chose. Vous pourrez profiter des merveilles de la Perse l’esprit tranquille. Sans houspiller contre le gouvernement qui coupe Internet à la population.

J’espère que cet article vous a été utile et je vous souhaite un excellent voyage en Iran !

– Michael

Send this to friend