Traverser la frontière

Cluj m’a touché et j’ai succombé

voyage cluj napoca

« Les gens ont peur d’être libres à cause du regard des autres » me disait Kati.

Cette phrase m’a interpelé. Elle mettait l’accent sur quelque chose d’universel, qui n’a pas de langage, de couleur ou de nationalité : le bonheur.

Nous avons tous envie de liberté, tous envie d’être heureux et d’accomplir nos rêves, quels qu’ils soient. Lors de cette discussion, nous nous sommes rendu compte que pas mal de personnes passaient la majorité de leur temps à faire des choses contraires à leur vision du bonheur et de leurs rêves.

La peur du regard des autres et la non-conformité de nos actions par rapport à ce que veut la société. Voici deux maux qui empêchent beaucoup de monde d’être plus heureux.

Ça vous parle peut-être.

De mon côté, ce voyage d’une semaine à Cluj m’a apporté des réponses et des explications essentielles à la poursuite de mes rêves et ma recherche du bonheur.

Plongez avec moi à la découverte de Cluj, ses habitants, ses surprises et l’introspection inévitable de ma situation actuelle jusqu’au dénouement inattendu de ce voyage.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire qui était Kati, mon adorable hôte. Hongroise d’origine, elle m’a offert son canapé vintage pour passer quelques nuits au chaud lors de ce séjour en Roumanie.

If you don’t speak french :

This article is about the week I spent in Cluj (Romania), but goes way further a typical travel article. You can read it through an automatic translation in english here.

Cluj, ville à explorer sans fin

Cluj est une ville historique qui a vu nombre de peuples s’y installer, des Celtes, aux Allemands en passant par les Romains. À partir du 16e siècle, la ville se stabilise au sein de l’empire d’Autriche-Hongrie. Mais, ce n’est qu’en 1918, après la Première Guerre mondiale que Cluj est rattaché à la Roumanie.

https://www.instagram.com/p/BFcEGTmjt7H/

Cluj-Napoca (nom officiel) est aujourd’hui la deuxième ville du pays, on y compte environ 400 000 habitants. Mais ce qui est assez dingue, c’est que l’on compte 80 000 étudiants ! Ça en fait une ville très dynamique au niveau culturel et économique.

Ce que je trouve super intéressant avec Cluj, c’est qu’elle se situe au cœur de la Transylvanie, mais plus encore, au cœur de l’Europe de l’Est. Vous pouvez accéder en quelques heures à l’Ukraine, la Hongrie, la Bulgarie ou encore la Serbie.

Mes premiers pas

Arrivant à 1H du matin, je n’ai aperçu que les ombres de la ville depuis le siège confortable de mon taxi. En me réveillant, l’obscurité a laissé la place à un soleil brillant déjà fort dans le ciel. Comme d’habitude, j’étais comme un enfant lors de mes premiers pas dans la ville. À regarder partout, renifler les odeurs émanant des boulangeries venant d’ouvrir, observer les gens et sentir le pouls de la ville.

« Je savais déjà »

Au bout de 30 minutes à arpenter les rues du centre-ville, je me suis assis sur l’un des bancs bordant la place Unirii, en face de la cathédrale St Michael et j’ai souri.

Je savais que cette ville allait m’apporter certaines réponses, même si ne savais pas lesquelles. J’étais impatient de voir plus, de découvrir plus et de me livrer plus encore.

J’ai tout de suite accroché au côté brut de la ville, la tranquillité apparente et la beauté de ses édifices. Le centre historique de Cluj est très plaisant, on y retrouve des églises à foison, de vieux bâtiments, beaucoup de squares et pas mal de zones piétonnes.

pluce unirii cluj

Place Unirii ce jeudi matin …

Lorsque j’ai rejoint Kati en fin de journée, elle m’emmène directement dans son appartement situé à 10 minutes du centre-ville. Elle habite au dernier étage d’un bâtiment plutôt défraichi et lorsque nous allons sur son balcon pour boire la première bière de notre longue série, mon regard s’arrête au loin.

Je vois du vert. Beaucoup de vert. Le décor faisait très Europe de l’Est, avec notamment un énorme immeuble de l’époque communiste en face du balcon, mais j’ai accroché à toute cette verdure. Cela tranchait clairement avec la vue de mon appartement barcelonais qui donne sur du béton et du bruit. Ici, on entend même les oiseaux chanter …

C’est reposant.

J’ai retrouvé ce sentiment dans plusieurs endroits de la ville, que ce soit dans le Jardin botanique ou bien sur les hauteurs du parc Cetatuia à quelques encablures du centre.

Explorer pour découvrir les secrets de Cluj

Après une semaine à arpenter la ville dans tous les sens, un des éléments les plus intéressants que j’ai trouvé est qu’il est possible d’explorer Cluj à l’infini.

Rien que dans le centre-ville, il existe plein d’endroits cachés comme le restaurant Klausenberg, accessible par un ascenseur anonyme, mais très prisé par les locaux. D’autres sont suggérés par un porche obscur avec une terrasse lumineuse qui pointe le bout de son nez au loin.

Certains lieux sont impossibles à connaitre en tant que visiteurs, comme le toit d’un centre commercial que l’on a visité avec l’un des employés de l’auberge. Avec l’une des plus belles vues de la ville assurément.

terasse cachée cluj

Mais que se passe t-il là-bas ?

À chaque coin de rue, tu as le sentiment que tu peux trouver de petits endroits avec chacun leur propre histoire et atmosphère.

En tout cas, la beauté et tous les intérêts de cette ville m’ont comblé. Je cherchais un endroit vraiment différent et en passant une semaine à Cluj, j’ai trouvé une ville surprenante qui a su assouvir mon besoin de découverte.

Cluj, terre de rencontres chaleureuses

Une jolie ville c’est bien, mais une ville remplie de locaux hospitaliers et chaleureux c’est encore mieux. Comme vous le savez, la majorité du temps je voyage seul et les rencontres font partie intégrante de mon expérience de voyageur.

C’est pour cela que certains pays m’ont profondément marqué comme les Philippines ou la Colombie et que d’autres m’ont laissé un sentiment plus amer comme le Canada. Les gens avec qui vous passez du temps en voyage font ou défont la beauté de votre expérience.

Et je dois dire que Cluj m’a surpris. Je ne m’attendais pas à tant de sympathie de la part de ses habitants.

Kati, mon hôte au grand coeur

kati clujDepuis que j’ai créé mon profil sur Couchsurfing en 2010, j’ai fait d’incroyables rencontres à travers le monde, la Roumanie n’y a pas échappé.

Avec ses hauts talons, sa veste noire ajustée et sa démarche assurée, elle parait au premier abord très sérieuse, voire hautaine. Jeune avocate ambitieuse, Kati sait ce qu’elle veut et travaille dur pour monter son cabinet. Après quelques minutes de discussions, je la découvre super souriante, ouverte et vraiment bavarde ! J’adore voir ces apparences et aprioris détruits si rapidement !

Kati m’a hébergée 3 jours à Cluj-Napoca, dans son appartement situé à quelques kilomètres du centre-ville, au bord de la rivière Someșul Mic qui traverse la Transylvanie. Avec des allures de cité communiste, la vie est très paisible dans ce quartier et les gens ont tous une apparence tranquille.

Tous les moments partagés avec Kati sont faits de discussions, de rencontres avec ses amis, de soirées plutôt alcoolisées à base de pálinca, la (très forte) liqueur locale, de repas gargantuesques dans le restaurant du quartier et bien souvent dans la bonne humeur qu’elle transmet facilement avec une énergie déconcertante !

Je ne remercierais jamais assez Kati pour sa générosité et tous ces moments avec elle. J’étais un parfait inconnu et elle m’a laissé entrer dans sa vie pour quelques jours et franchement ce genre de rencontre « fait » un voyage.

Des employés de l’auberge pas comme les autres

Je passe souvent quelques jours en auberge de jeunesse en voyage. Bon pour le budget et riche en rencontres potentielles, il en ressort toujours quelque chose. Positif ou négatif.

J’ai passé en tout 3 jours à l’auberge Transylvania (que je recommande) durant ma semaine à Cluj et j’ai été agréablement surpris par ses employés. Robert, les 2 Alexandra et Bianca ont été par exemple au top ! Ils vont clairement au-delà de leur travail. Super ouverts, ils font tout pour te mettre à l’aise, t’aider si tu as des questions, discutent facilement et t’emmènent même découvrir des spots de la ville tous les soirs.

dortoir auberge cluj

Dortoir pour moi tout seul, le rêve de tout backpacker !

Pour avoir été dans une centaine d’auberges de jeunesse dans ma vie, le « service » était franchement excellent et l’amabilité de ses employés au top. Tout se faisait naturellement, sans forcer et franchement cela fait du bien. Ils font en sorte que ton séjour se passe du mieux possible.

Sans oublier un « big up » à la femme de ménage d’une gentillesse extrême qui m’a appris quelques mots en roumain et essayait de me parler français, une femme adorable !!

Merci à eux.

Andrei et sa passion du parkour

andrei cluj

Andrei & Mara

Andrei fut une rencontre vraiment aléatoire. Un contact couchsurfing qui n’était pas en ville m’a donné le Facebook d’Andrei, nous avions échangé quelques messages et puis voilà.

Quelle surprise de recevoir son appel un après-midi où je vagabondais dans Cluj. Il a quelques heures devant lui et veut me rencontrer. Dix minutes plus tard, il débarque avec sa copine, Mara. Ils s’avèrent super sympas, on se balade dans le « central park » on discute de nos projets respectifs, notamment des ambitions d’Andrei.

Il veut créer une école de parkour à Cluj, passion qu’il pratique depuis 10 ans. Malgré les obstacles qui se dressent devant lui, je l’ai fortement encouragé à suivre sa voie et son rêve et je suis persuadé qu’il aura du succès. Cela prendra juste un peu de temps.

old school coffee house clujAprès s’être pris une bonne averse sur la tronche, on se réfugie dans un café que j’ai adoré ! Une sorte d’endroit alternatif avec du mobilier et la décoration récupéré à droite et à gauche. Un staff super gentil, des étudiants qui refont le monde en terrasse, un mec avec son laptop qui travaille et une ambiance super décontractée. Cosy comme dirait les english. Sans compter les prix mini !

Caché dans une petite rue, je n’aurais jamais trouvé ce café seul. D’où mon conseil de voyage le plus important si vous lisez ces lignes : passez du temps avec les locaux, c’est inestimable !!

Petit cadeau, voici le nom de ce café : Old School Coffee House (page Facebook)

Andra, l’artiste

Il y a quelques semaines, je suis tombé par hasard sur un article que j’ai particulièrement aimé. Après quelques recherches sur son auteur, je découvre une talentueuse artiste et surtout remarque qu’elle habite à Cluj.

Exactement là où j’allais ! Ni une, ni deux, je la contacte, on discute rapidement sur Facebook et on prévoit de boire un verre quand je serais sur place. Au final, je l’ai rencontré le dernier jour de mon voyage.

Andra étudie l’art à l’université, elle fait de magnifiques photos et réalise des vidéos. Un beau talent pour son âge ! Après avoir bu quelques bières et rencontré deux de ses amis, elle m’invite à voir une exposition au sein de son université. Vous devinez bien que j’ai accepté l’invitation avec plaisir.

expo andra cluj

Exposition à l’université

Je me retrouve dans un magnifique bâtiment, au milieu de tous ces étudiants dans une ambiance très artistique avec des esprits ouverts de tous les côtés. Plusieurs étudiants présentent leurs projets de fin d’année durant 1 mois selon leurs compétences : peinture, sculpture, photo, objets …

C’était assez drôle et j’ai trouvé qu’il y avait vraiment du talent et plein d’idées novatrices dans tous les sens. Merci pour l’expérience Andra.

Et puis tous ces inconnus

Sabina que j’ai rencontré par hasard dans un parc, qui parlait mieux espagnol qu’anglais. Qui a commencé à me faire une liste de tous ses endroits préférés en Roumanie et qui me parlait de son projet de passer l’été à faire du bénévolat en Espagne.

Il y avait aussi cette jeune fille de 18 ans, dont je ne me souviens pas le nom que j’ai rencontré à Turda, village à 30km de Cluj.

Elle m’a aperçu manger tout seul sur une terrasse d’un restaurant et a décidé de me tenir compagnie malgré les rires moqueurs de ses copines. Elle voulait parler anglais, même si quand on s’est quitté elle me disait « you’re so beautiful », soudain je n’étais plus vraiment sûr de ses intentions. C’était sympa d’avoir la vision d’une ado qui vit dans un village roumain.

turda centre roumanie

Le centre de Turda, où se trouve les mines de sel (30km de Cluj)

Ou encore Rotaru, un jeune chauffeur de taxi qui me conduisait à l’aéroport lors mon dernier jour. Nous avons bien discuté et j’ai découvert qu’il était musicien et chanteur, ce job de chauffeur n’était pour lui que temporaire. On s’est ajouté sur Facebook et je compte bien avoir le voir jouer un de ces jours !

Sans compter les voyageurs de l’auberge. Pénélope, qui a construit un hôtel avec son mari dans les Maramures au nord de la Roumanie ou encore Mariano, un Argentin qui a pour objectif de visiter tous les pays d’Europe !

Bref, faire la liste complète n’aurait que peu d’intérêt pour vous, mais ces habitants de Cluj étaient vraiment sympas.

« Je pense vraiment que le positif attire le positif »

Étant parti dans un esprit de découverte et d’ouverture, j’avais envie d’aller vers les autres et j’ai naturellement attiré des personnes dans un état d’esprit similaire. Au fil des discussions, j’ai appris beaucoup sur la Roumanie, mais aussi beaucoup appris sur moi.

Ce que je faisais, où j’allais dans ma vie, pourquoi je voyage, mais aussi des réflexions intenses sur la personne que je suis aujourd’hui, avec mes qualités comme mes défauts.

Ce fut très enrichissant et toute cette chaleur humaine m’a simplement rendu heureux. Sentiment que je convoitais en venant à Cluj.

Cluj, authentique et sans prétention

En plus d’être une jolie ville et d’avoir des habitants chaleureux, il y a quelque chose qui m’a particulièrement plu à Cluj. C’est le sentiment d’authenticité qui se dégage de cette ville.

En arrivant de Barcelone, ce fut un agréable choc. Très peu de touristes, un rythme tranquille, une seule langue parlée dans la rue, une vie quotidienne typique, pas de « crazyness » et surtout une absence de superficialité.

Cluj, hors des sentiers touristiques

vue appart kati cluj

Depuis la terasse de l’appartement de Kati, pas loin du centre-ville

Malgré de sérieux atouts, j’ai l’impression que peu de touristes viennent à Cluj. Il parait qu’il y a un peu plus de monde en été, mais que cela reste très raisonnable. D’ailleurs après une semaine, j’ai l’impression que cette ville est largement sous-évaluée et mérite que l’on s’y attarde un peu plus.

Je vais vous avouer un truc, le tourisme de masse détruit toutes les joies du voyage : culture uniformisée, des relations humaines faussées, des attractions créées de nulle part, des prix gonflés, etc.

Mes souvenirs les moins intéressants sont souvent liés à des endroits beaucoup trop touristiques … Je pense notamment à Boracay aux Philippines, Koh Samui en Thaïlande, Prague en République tchèque ou encore Carthagène en Colombie.  J’ai plus ou moins apprécié ces endroits, mais je ne me suis pas créé de souvenirs géniaux et je n’y ai pas fait de rencontres marquantes.

chemin clujL’impression d’être un distributeur automatique humain me soule et j’ai ces dernières années évité certains endroits à cause de cela (message spécial pour le Machu Picchu) … Par contre, à Cluj, j’avais envie de dépenser de l’argent ! Probablement, car personne ne m’en demandait.

À Cluj, vous allez trouver plein d’endroits à visiter et des trucs à faire pour vous occuper une semaine entière, sans soucis. Je n’ai jamais eu à faire de queues, payer des prix anormalement élevés ou sentir qu’il y avait trop de monde, ce fut presque jubilatoire.

D’ailleurs, je me souviens d’une anecdote lors de cette semaine à Cluj. Je voulais visiter un musée durant mon séjour et j’ai opté pour le musée d’ethnographie pour voir quelque chose d’un peu différent. En arrivant là-bas, il n’y avait personne et tout donnait l’impression que le musée était fermé… Jusqu’au moment où une dame qui ne parlait pas un mot d’anglais débarque.

J’arrive à comprendre que le musée est ouvert est que je dois payer 10 LEI (2,5€) pour le visiter, j’ai fait « OK » et là, elle allume les lumières du musée !! En gros, il n’y avait personne. J’ai donc visité le musée, qui était d’ailleurs assez grand et sympa avec cette fameuse dame qui me suivait et essayer de m’expliquer certains trucs en roumain.

J’ai trouvé ça vraiment drôle et montre bien à quel point les gens étaient relax et sans prétention.

entrée mine turdaLe seul endroit que j’ai trouvé touristique est la mine de sel de Turda. Très fortement mis en avant comme une attraction à voir absolument en Roumanie, des cars entiers débarquent à Turda pour explorer ces mines. Ils ont même installé un petit parc d’attraction (jeux pour enfants, tables de ping-pong …) à l’intérieur… ça casse franchement l’ambiance.

Malgré un décor vraiment impressionnant, je suis loin d’être tombé amoureux de ce lieu.

Si faire des voyages un peu différent, hors des sentiers battus vous intéresse, allez écouter l’interview de Laurent sur le podcast.

Des gens normaux

Je remarque de plus en plus une fracture entre les « pays occidentaux » (Europe de l’Ouest, Amérique du Nord, Australie …) et le reste du monde. En terme culturel et de façon de vivre.

L’explosion d’Internet, l’omniprésence des médias, société de l’immédiateté, des extrémistes dans tous les sens, une attention qui se limite à quelques secondes et une exacerbation de tous les sentiments en public sont les nouvelles règles du jeu.

parc cluj

La vie suit son cours paisiblement ..

Tous ces éléments sont en train de créer des sociétés de plus en plus superficielles et dans lesquelles j’ai l’impression que tout le monde est en train de devenir fou. J’ai même lu récemment que des ados se suicident maintenant en direct sur Internet …

Bref, je crois qu’il existe de profonds maux dans notre société occidentale. Maux que je n’ai pas vraiment retrouvés à Cluj en Roumanie. Il y a probablement d’autres que je n’ai pas eu le temps de voir.

lait cheval turdaJ’ai eu l’impression que les gens agissent normalement, prennent le temps de vivre, d’être avec les autres, ne pas être constamment pressé et que l’apparence était secondaire. J’ai d’ailleurs toujours été étonné de voir la patience des gens lorsque je venais leur parler, je sentais qu’ils étaient dans le moment présent. D’ailleurs, ils ne prenaient pas peur lorsque je les abordais.

Cela me rappelait le Brésil où tu voyais des inconnus parler entre eux dans le bus comme si de rien n’était. Imaginez la scène dans le métro parisien !

Je voyais des gens lire des livres, sur des bancs publics, en terrasse, dans les cafés … Très peu de personnes scotchés à leurs téléphones comme on le voit si souvent maintenant.

Bon, rassurez-vous, j’ai vu des bimbos passer leur soirée à prendre des selfies pour mettre ça sur Facebook ou Instagram. Mais, j’ai trouvé que c’était une extrême minorité. À Barcelone, j’ai l’impression que les gens ne font que ça …

Au fait, est-ce que vous m’avez rejoint sur Facebook, Instagram, Snapchat, YouTube ou Twitter ? N’attendez plus :)

#InstantRéflexion : Le bonheur est-il dans le virtuel ou le réel ?

SI vous voulez aller plus loin sur le sujet, je suis tombé récemment sur une vidéo TedX qui vous invite à réfléchir sur le bonheur et les relations humains.

Intitulée « Qu’est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le bonheur », cliquez-ici pour la regarder.

Des prix à vous couper le souffle

Moins de touristes signifie des prix normaux, adaptés à l’économie du pays et les salaires locaux. Et là, j’ai été bluffé ! Les prix à Cluj sont vraiment bon marché.

J’ai mangé 80% de mes repas au restaurant et je me suis fait plaisir ! Avec des plats du jour à 3/4€ et une addition qui ne dépassait jamais 8€ par tête, j’ai retrouvé le plaisir de manger au restaurant tous les jours. Comme j’ai le faisais en Indonésie ou en Colombie.

goulash clujJ’ai vraiment aimé le fait de retrouver des restaurants authentiques, où les locaux vont manger. Ambiance typique, repas traditionnels, sans chichi, c’est que je recherche en voyage et j’ai été bien servi en Roumanie. Sans compter les portions souvent énormes !

Les serveurs ne parlaient pas tous anglais et cela ajoute un certain charme. Je me suis quand même retrouvé dans des situations cocasses.

Par exemple, lorsque j’ai demandé de la tarte aux pommes dans un restaurant à Turda et qu’au bout de 20 minutes, la serveuse me ramène une tarte aux pommes ENTIÈRE, pour la modique somme de 7 LEI (soit 1,5€). Je n’ai rien compris sur le coup !

On retrouve une situation similaire dans les bars où la pinte de bière est en moyenne à 1,5€. Même dans des endroits plutôt classe, le verre de vin n’excède jamais 3€. Je peux vous dire qu’à ce prix, j’en ai payé des coups !

À Barcelone, je sors assez peu et cuisine presque tous mes repas, à Cluj, je me suis lâché et ça fait du bien de dépenser de l’argent à un prix juste.

Quand vous entrez dans un taxi, la prise en charge est à 0,50€, j’ai vu le kilo de pommes à 0,50€ dans un marché local, un billet de bus « journée » coute 2,50€ … Bref, des prix vraiment intéressants.

tarte aux pommes turda

La fameuse tarte aux pommes !

Mon budget pour les curieux

J’ai noté toutes mes dépenses durant cette semaine à Cluj, voici à quoi cela ressemble.

J’ai payé mon vol Aller/Retour 140€ de Barcelone, ce qui est plutôt honnête. Notez qu’au départ de Paris, il y a des vols à 20€ !

Dépenses sur place :

  • Transport (taxi/bus) : 13€
  • Logement (auberge/hôtel) : 56€
  • Nourriture/Alcool : 102€
  • Activités (musée…) : 9€

Soit un total de 180€ sur une semaine. Si on ajoute le vol, le cout global du voyage fut de 320€.

Nul doute qu’en vivant sur place, un budget de 500€ est suffisant pour vivre correctement. Ça vous donne des idées ? Moi ça me fait réfléchir :)

Ce n’est pas tout …

En plus d’être authentique, bon marché et sans prétention, il y a plein de choses à faire à Cluj.

Étant une ville étudiante ça bouge tout le temps, il y a plein d’évènements, de soirées, etc. Cet été il y a notamment un gros festival de cinéma (TIFF) ou encore le festival de musique Untold. On m’a donné un agenda de choses à faire à Cluj en 2016, il y en a littéralement pour tous les gouts.

« Je me suis senti en totale sécurité »
Enfin, pour les plus sceptiques d’entre vous qui s’inquiéterait de la réputation de la Roumanie en matière de sécurité. Je n’ai a aucun moment senti une once d’insécurité, bien au contraire.

Cette simplicité de vivre et tous les intérêts de cette ville m’ont rapidement conquis. Avec mon caractère d’introverti, je sais que j’ai besoin d’une atmosphère paisible, mais avec une dose d’excitation. Cluj me parait avoir un mélange bien dosé.

Cluj, un voyage déconnecté pour vraiment en profiter

Je travaille sur Internet depuis plus de 5 ans et je suis désormais blogueur, vous imaginez donc que le wifi est ma drogue ! En tant que nomade digital, je ne voyage jamais sans mon smartphone, mon MacBook et bien sûr Internet.

Cette fois, j’ai décidé de changer les règles du jeu.

Le défi : 1 semaine sans Internet

moutons cluj

Pas d’Internet = Plus de temps pour gambader dans les champs :)

Cela faisait déjà quelques mois que je voulais faire un petit voyage en mode déconnecté. Et pour cause, je suis toujours en train de jongler entre mon téléphone et mon laptop. Boulot, blogs, youtube, emails, réseaux sociaux, chat … le temps passé sur Internet est un trou sans fin. J’avais l’impression d’y être tout le temps … et c’était une réalité.

Je voulais donc voir si je pouvais me passer d’Internet pendant une semaine, si je pouvais vivre sans et surtout d’observer mes réactions face à ce « manque ».

Je n’avais pas envie de travailler non plus, j’ai donc laissé le MacBook en Espagne, il aurait été trop facile de céder à la tentation de passer mon temps à écrire ou regarder des vidéos. Ce qui aurait été contraire à ce que je voulais : vraiment connecter avec les gens.

En quittant mon appartement à Barcelone, j’ai appuyé sur le bouton wifi de mon téléphone pour le désactiver. Bouton que j’ai laissé en paix pendant 7 jours.

Ne ratez plus rien :

Je vous conseille de vous inscrire tout de suite à la newsletter de Traverser La Frontière pour être averti des derniers articles, interviews ou vidéos.

Mon ressenti

Comme vous avez pu le deviner dans les parties précédentes, cette expérience a grandement joué sur toutes les expériences que j’ai pu vivre à Cluj.

Une des choses que j’ai remarquée très rapidement : sans Internet, si tu ne parles à personne tu te fais chier ! J’ai beaucoup écrit, réfléchi et lu durant cette semaine, mais après une ou deux heures, j’avais juste envie de parler à des gens, n’importe qui en fait. C’est probablement pour ça que j’ai rencontré tant de personnes en si peu de temps.

Même si cela peut paraitre logique pour tout le monde, le virtuel ne nous rapproche pas forcément des gens. Il peut nous éloigner, à force d’être sur facebook, whatsapp, snapchat … la réalité des gens n’existe plus vraiment. C’est un peu con de devoir se passer d’Internet pour comprendre ça, mais bon.

kindle en voyage

Kindle, mon meilleur ami quand je voyage !

J’ai profité de cette semaine pour lire deux livres en entier, la biographie d’Elon Musk et l’Alchimiste de Paulo Coelho. Et j’ai enfin fini le Comte de Monte-Cristo des mois après l’avoir commencé et, que j’ai adoré.

J’ai pris des pages et des pages de notes et je suis ressorti de cette semaine débordant d’idées !

En fin de compte, on se rend compte à quel point toute la modernité n’est pas forcément utile. Pas de télé, de youtube,  de Facebook … aucun souci. Je me suis même passé d’applications qui me semblaient indispensables en voyage comme Google Maps ou Google Traduction. Ça rend les choses un peu plus difficiles, mais bon voyager est aussi synonyme de galère.

En revenant, je suis allé faire un tour sur lemonde.fr, je me rends compte que ce sont encore des conneries politiciennes à la une, j’ai reçu une centaine de notifications inutiles sur Facebook, les emails à traiter ne sont pas d’une cruciale importance et je n’ai globalement pas ressenti l’impression d’avoir raté quelque chose.

Je suis maintenant sûr que je réitérais l’expérience, que ce soit juste pour un jour, un weekend, une semaine … je sais que tout se passera bien !

Tentez le coup de vous couper d’Internet

parc cluj

Je suis resté scotché ici pendant 2 heures …

Nous sommes tous plus ou moins accros à Internet et notre smartphone. Plein de nouveaux besoins ont été créés récemment et très peu sont indispensables.

Si vous sentez que vous avez une certaine dépendance, essayez vous aussi la déconnexion. 24H, 48H, une semaine, un mois … Des milliers de générations n’avaient pas Internet avant nous, ils ont bien survécu.

Je sais que cela fait un peu bizarre au début. Je me sentais comme nu, comme s’il manquait un truc, une partie de moi, mais on s’y habitue et les avantages prennent vite le dessus. J’ai clairement vu une différence en revenant, que ce soit ma productivité en travaillant ou encore ma capacité à ne pas utiliser mon téléphone toute une journée.

Grâce à cette déconnexion, j’ai senti une vague de liberté lors de cette semaine à Cluj, avec aucun lien vers lequel me rattacher outre juste les gens rencontrés au fil des jours. Cela fait un bien formidable !

J’ai succombé à Cluj et j’ouvre un nouveau chapitre

Mardi soir, la veille de mon départ je dine avec Kati dans l’une des rues principales de Cluj. J’étais content de revoir son visage souriant après quelques jours de séparation, surtout que j’avais une excellente nouvelle à lui annoncer.

« Kati, je vais acheter un billet d’avion pour Cluj. Dans quelques semaines, je reviens ici pour y vivre ».

Devant le sérieux de mon ton, elle comprend que je ne suis pas en train de rigoler. Elle me répond avec son plus beau sourire « Je suis heureuse pour toi, c’est le meilleur choix que tu peux faire … » et commence à me dire comment elle voulait m’aider à trouver un appart, etc.

https://www.instagram.com/p/BFqh0z-jt12/

Je m’étais créé une vie qui ne me convenait pas vraiment à Barcelone, mon excitation initiale s’est étiolée au fil des mois. Il est temps pour moi de reprendre cette liberté, de partir maintenant, sans attendre. Je ne suis jamais plus heureux que lorsque je vais de l’avant pour de nouvelles aventures.

J’ai parfois l’impression que j’ai pris un train qui ne s’arrête jamais, que je pourrais passer ma vie à la découverte du monde. Je sais aussi que ce voyage à durée indéterminée me procure un tel sentiment de bien-être, que je me soucie peu de quand il aura atteint sa destination.

Le bonheur se trouve au fond de vous, peu importe ce qu’en pensent les autres. Si vous sentez qu’il manque quelque chose à votre vie, que vous avez des rêves inaccomplis, foncez. Faites le premier pas, car personne ne vous poussera.

Comme le dit un célèbre proverbe chinois :

« Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est maintenant ».

Laissez vos regrets au placard, agissez maintenant et tentez le coup.

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

41 commentairesLaisser un commentaire

  • Formidable récit, Michael !
    Tu es devenu un grand conteur d’aventures. Je suis envieux de ton séjour. Feras-tu en tour dans les châteaux de Transylvanie ?
    Pourras-tu creuser le « pourquoi » de ton mal être à Barcelone ? Est-ce un problème de taille de ville ? de culture trop proche de celle de la France ? trop de monde ?
    Bravo pour Monte Cristo, excellente référence … mais je te rappelle que ce voyageur revient à la fin sur place … tu es plutôt le Capitaine Némo en ce moment ;-)

    • Salut Thibault,
      Merci de tes compliments !
      Oui j’irais probablement faire un tour dans les châteaux :p
      Pour Barcelone, j’écrirais surement dessus prochainement, j’ai besoin d’un peu de recul je pense.

  • J’avais hâte de découvrir ton retour d’expérience sur ce voyage déconnecté. Je ne suis pas déçue. :)
    Comme quoi, une simple rencontre ou une discussion dans un bar belge peu tout changer ! ;)
    Je te souhaite pleins de jolies choses pour ce nouveau chapitre Michael ! :)

  • Bonjour.
    Tu as trouvé la formule : « pour voyager heureux voyager curieux ». Bravo.
    Tu es gentil, mais ne fais pas trop la promotion de la Roumanie.
    Je trouve cela trés bien en l’état. Le tourisme de masse serait un catastrophe.
    En revanche un tourisme vert et raisonné devrait se développer car le pays regorge de possibilités, et d’atouts.
    Il y a déjà des endroits très fréquentés par les touristes, comme Bran.
    Je vais en Roumanie depuis vingt ans et j’ai vu les changements, parfois brutaux.
    J’aime ce pays et je m’y sens comme chez moi.
    D’ailleurs je m’y suis marié il y a un an, à Brasov.
    Mais on ne vit pas ensemble, c’est compliqué.
    J’ai vécu comme toi les musées fermés. Le nom et l’adrese du gardien sont notés sur la porte ou le tel (les Roumains sont mieux equipés que nous en portables) et il t’ouvre les portes et en effet allume les lumières. Même dans des villages reculés et loin de tout comme à Jina.un bon souvenir, où la dame, créatrice de ce musée nous a offert un bol de lait encore tiède.
    Pour un vol à 20 €, il faut bien chercher, la pub l’annonce, mais en général je paie 150 € l’aller retour. Pour Bucarest avec Blue air qui est fiable et bon marché.
    Turda, j’y suis allé en 2015. C’est un peu un parc d’attraction. En revanche j’étais descendu dans la mine de Slanic en 1996, et là, quand tu vois l’ascenseur, tu peux t’interroger. Mais en bas c’est à couper le souffle. L’extraction a créé des espaces grands
    comme des cathédrales et des salles de fêtes et de bals ont été aménagées pour les cures. L’année dernière toujours, on s’est arrêté à Cacica pour le 15 aout.Jour de fête. C’est un village qui a été créé pour accueillir des Polonais chargés d’exploiter la mine de sel.
    Donc le village est catholique et une statue de Jean Paul II trône devant l’église.
    Si tu veux des endroits encore préservés (pour combien de temps ?) vas visiter le Maramures et la vallée de l’Iza ou de la Mara. J’y ai de tres bons souvenirs.
    Ou les Apuseni, non loin de Cluj.
    Les Français qui me demandent si la Roumanie, ce n’est pas trop dangereux, me font bien rigoler.Je leur réponds que le seul danger, c’est de vouloir y retourner.
    Bon vent.

  • Franchement Michael, ta plume a changé. Je ne sais pas si ce sont tes dernières lectures qui ont fait ça (certainement), mais quel plaisir de te lire. Comme très très souvent je ne peux qu’être d’accord avec tous ce que tu dis :) je suis en train de dévorer l’alchimiste et ca me procure un boost énorme et l’envie de continuer à vivre mes rêves :)
    See you in Roumanie !

  • Superbe article Michael! Depuis plus de deux semaines que j’ai découvert ton blog. J’ai à ce jour lu les 3/4. Je prends beaucoup de plaisir a lire tes articles et retrouve tellement de similitudes avec mes voyages et expériences passés. Toujours l’impression de vivre les choses avec toi en direct au fil de tes mots, de tes récits , c’est très agréable.
    Merci de nous faire partager cette nouvelle expérience déconnectée de tout en Roumanie. Tu as dû faire le plein d’énergie et de « good vibes » et c’est tout ce qui importe! ;-)
    Au plaisir de te lire à l’avenir. Que de bonnes choses pour ton projet futur d’installation à Cluj!!!

  • Bravo pour ton retour d’expériences à Cluj. Ce pays mérite sans aucun doute d’être découvert. Il faudra que nous allions découvrir le seul pays latin, en Europe de l’Est !

    Tu as 1.000 fois raison, de retourner vivre dans ce pays. Les paysages de montagnes doivent y être superbes, sans parler des batiments peints par des artistes de talents.

  • Bravo pour ce récit Michael. Tu retranscris à merveille ce qu’est la Roumanie. J’ai eu la chance d’y vivre pendant un an et demi il y a quelques années de cela. Ça été la plus belle expérience à l’étranger de ma vie. Tu fais un très bon choix de vouloir aller y vivre la bas.

    Je te conseille d’aller visiter dans tes futurs voyages Sibiu, Sighișoara, Le cimetière joyeux de Sapanta, Timisoara. N’hésite pas à me contacter je pourrai te recommander quelques endroits. Bonne continuation.

    • Bonjour,

      Je suis arrivée par hasard sur ce très intéressant article de Michael qui a été posté dans le groupe Facebook des étudiants vétérinaires de CLUJ.
      Je te remercie Michael pour ce retour d’expérience et ce vécu que tu partages avec nous !
      J’ai en fait l’intention de me réorienter complètement et d’envoyer ma candidature ce mois-ci aux différentes écoles vétérinaires (réputées) de Roumanie, surtout celles de Cluj et de Timisoara :)
      Si j’ai beaucoup de retours (extrêmement positifs !) sur Cluj, je n’en ai quasiment aucun de Timisoara… Pourrais-tu me donner ton ressenti et tout ce que tu pourras bien m’en dire Pascal stp ? Cette ville m’intéresse fortement également mais reste auréolée de mystère pour l’instant… Merci d’avance !

  • Salut Michael,

    Sympa ton article, une chose est sûre, j’ai pas mal voyagé aussi (plus de 40 pays visités) et malgré cela je n’avais jamais envisagé la Roumanie et ton article me dis au final pourquoi pas y faire un tour un de ces 4 (surtout qu’en France on peut facilement se faire une mauvaise image de ce pays). Je comprends totalement ton goût pour l’authenticité des endroits où tu vas, et des rencontres que tu fais.

    J’ai également ce besoin quand je voyage mais je souhaite aussi voir les beautés de la nature et également les constructions magnifiques et malheureusement tu fais face au tourisme de masse très souvent. En tout cas je pense que le goût du voyage (en plus de la beauté de l’endroit où tu es) est influencé par les rencontres que tu fais et c’est clairement ce qui t’as fait aimé cette ville si j’ai bien compris en grande partie. J’ai pu ressentir cela au Brésil, et pas mal d’endroits en Asie (Vietnam, Java en Indonésie). Et je pense que les meilleures expériences sont celles qui se trouvent dans les endroits reculés des pays que l’on visite, c’est là où l’on trouve l’authentique et la chaleur humaine en général!

    • Salut Ludo ! Ravi de te voir commenter sur le blog ;)
      On est à peu près sur la même longueur d’onde apparemment. Je serais ravi de te voir débarquer en Roumanie ahah

  • Salut Michael,

    J’étais étudiant en médecine à Cluj de 2007 à 2013 et ce que tu décris est exactement ce que j’ai ressenti (et que je ressens toujours d’ailleurs) à propos de cette ville.

    Tu as fait un excellent choix.

    Je suis certain que tu vas t’éclater au quotidien (ne force pas trop sur la boisson ;) )

    Porte toi bien et bonne continuation à toi,

    Fahd

  • Hey hey! Très bel article, j’ai ressenti pas mal la même chose au retour de Slovénie, où j’ai bien l’intention de revenir pour plus longtemps…
    La déconnexion, je viens de la vivre pendant 2 semaines au Sénégal, ça fait bien du bien ! Mais déjà, en France je ne mets la 3G ou le Wifi que lorsque j’en ai besoin. Donc pas de notifications parasites, je n’ai d’ailleurs que mon mail, Whatsapp et Couchsurfing qui m’en envoient, et c’est bien assez. Pourtant, une fois connectée, je peux y rester bien trop longtemps…

    • Merci Amélie, cela me fait plaisir de te voir commenter cet article :)
      Tu sembles un peu moins addict que moi, c’est une bonne chose !

  • Très bon article, merci mister!
    J’ai déjà entendu que Barcelone était très superficielle, je pense que c’est le cas de nombreuses villes (Paris, Buenos Aires…) et je ne supporterais pas d’y vivre de longue durée pour cela. J’ai hâte de suivre ton périple!

    • Ouais, les « capitales » et grandes villes ont tendance à m’énerver de plus en plus … enfin bon ! Prochaine aventure à venir :)

  • Tu ne croyais tout de même pas que je t’avais oublié ?! ;-)
    Beaucoup de choses ont déjà été dites en commentaires et même si j’ai pour habitude de t’écrire des pavés, cette fois je vais faire bref : tu déchires !
    Non seulement c’est kiffant de te sentir aussi VIVANT mais en plus tu suis vraiment TES rêves et tu fais ce qu’il faut pour les réaliser. C’est inspirant, vraiment.
    Kiffe bien cette nouvelle aventure !!! J’ai hâte de connaître la suite !
    À bientôt anywhere ! ;-)

  • Merci Michael pour ton récit qui m’a touché tant il a fait écho en moi.

    J’ai déjà expérimenté des destinations où les moyens de communications sont moins , voire point du tout, accessibles et est-ce une paradoxe de nos temps modernes, les autochtones communiquent plus et mieux entre eux (je pense aux îles du lac Titicaca , à l’Iran,…) et à fortiori avec les visiteurs de passage.

    Désormais je sais que ce n’est pas moi qui fait un voyage mais le voyage qui me fait et bien que j’emporte avec moi des moyens de communication, tel mon gsm, mon latop pour bloguer , je sais aussi ne pas trop leur accorder d’importance et profiter de cette chance d’aller à l’encontre de l’autre.

    Ton billet m’a vraiment donner envie d’aller faire un tour à Cluj , dont le nom me fait penser à Tintin et la Syldavie.

    J’espère que j’aurais l’occasion de pouvoir t’y offrir une bière.

    Amicalement, Thierry

  • Très chouette article!
    Superficialité, instantanéité, tout va vite, on ne prend plus le temps…c’est le lot de beaucoup de capitales et villes touristiques malheureusement. Mais je pense qu’on peut gratter! Je pense qu’on peut lutter et aller doucement…
    Et puis quand je suis partie aux alentours de chez moi (près de Ath en Belgique) pour aller juste 200km plus loin à pied, tu les rencontres ces gens qui ont le temps de te parler (et pourtant tu es en Belgique), André qui m’a montré son moulin, Marc qui m’a parlé de sa vie, la dame du musée qui a pris 3 heures de son temps pour m’expliquer Lens, toutes les personnes qui m’ont hébergées, la vieille dame à l’abbaye qui m’a parlé de son jeune temps quand elle faisait la marche de la mort, le gars de la brasserie Angélus qui me répète depuis 2 heures « bon je dois aller rejoindre ma femme, normalement ce n’était pas ouvert… bon je vous sers quoi? » Bref, je ne sais pas si la Wallonie ressemble à la Roumanie mais je pense que si on gratte un peu dans chaque pays, on peut les trouver ces gens heureux qui partagent un peu de leur temps… :)

    Aller là où on n’est bien, c’est plus facile à dire qu’à réaliser, alors félicitations pour ton choix :)
    Je te souhaite beaucoup de BONHEUR :)

  • Oh my !!!! Super tu verras tu vas adorer la vie là-bas ! Comme je te l’avais dit par email, j’ai passé un an là-bas et je crois que je n’ai jamais été aussi triste que le jour où j’en suis partie. Dernièrement, je vois de plus en plus de gens s’intéresser à la Roumanie ce qui me donne encore plus envie d’y retouner (bah oui toutes ces photos partagées ça évoque des souvenirs !). Tu vas te mettre au roumain ? C’est pas si facile que ça comme langue mais très joli (et super utile pour la moindre démarche administrative). En tout cas, j’ai hâte de suivre tes aventures là-bas ! Bonne chance en tout cas, tu ne regretteras pas ta décision je pense ;)

    • Hey Lucie ! Oui tu m’avais dit que tu as bien aimé :)
      Oui je vais essayer d’apprendre un peu le roumain, je garanti pas le résultat, mais bon, on va tenter le coup !

  • Hello! je suis tombée par hasard sur ton blog et cet article à propos de Cluj, ville dans laquelle je vis depuis bientôt trois ans pour y faire mes études.
    J’ai beaucoup aimé ton article, mais je souhaite tout de même faire une précision à propos de ta visite à la saline de Turda. Je l’ai visitée aussi et avec un guide, c’est peut être pour cela que tu n’as pas eu l’explication, mais ces jeux pour enfants c’est parce que l’air que l’on respire à la mine est bénéfique pour les problèmes respiratoires tel que l’asthme… d’où ces activités pour entretenir les enfants (et parents!) quand ils viennent y passer une journée entière :)
    Heureuse que Cluj t’ai plu et bonne continuation!

  • Bonjour Michael ! Mon grand-père m’a envoyé le lien de ton article qui m’a touchée. Comme toi, mes amis et moi avons été piégés par Cluj : impossible de quitter cette ville tant elle est agréable ! Je rentre en Transylvanie fin septembre, si tu veux venir boire un verre avec mes amis et moi tu seras le bienvenu ! Old School est un de mes cafés préférés mais il y en a encore plein à découvrir !

  • Bonsoir, je te félicite pour cet bel article, c’était très agréable de te lire, je viendrai a Cluj dans quelques jours pour effectuer un stage de deux mois et il faut dire que je n’étais pas très chaude concernant ce voyage mais là ça me rassure ! Donc je te dis merci pour ton témoignage !

  • Bonjour
    Très touchée par votre récit de voyage. Grand coup cœur pour Cluj et ses habitants où j ai la chance d y venir régulièrement . Non loin de Cluj, parc naturel d Apuseni. La Bucovine et ses monastères valent également le détour. Bon vent à vous et au plaisir de vous Y croiser.

  • Buna ziua !
    J’ai adoré ce récit de Cluj…multumesc ! J’y ai passé 3 séjours en 2016 à arpenter parfois seule les rues et les magnifiques parcs de cette ville !
    J’habitais juste à côté du parc iulius.
    J’ai été visité la région des maramures, splendide et hors du temps, si vous en avez l’occasion ;)
    En tout cas, je comprends votre choix d’y vivre, cela ne me déplairait pas !
    Bonne continuation
    Anne

  • Un grand merci Michael pour ce merveilleux article sur Cluj. Je compte m’y installer à la rentrée, en septembre 2017 pour poursuivre mes études. A chaque ligne de ton récit, incroyablement bien écrit, tu répondais à une de mes questions. J’ai hâte de découvrir tout ce que tu nous as partagé et encore plus ! A bientôt à Cluj peut-être :)

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend