Traverser la frontière

TLF 103 : 5 Belles expériences comme Fille au pair en Europe

Article mis à jour le

Tenté(e) par une expérience de fille/garçon au pair ?

C’est un excellent choix pour vivre à l’étranger, mais il faut quand même savoir 2,3 trucs…

Dans cette interview, retrouvez Maëlys qui a vécu 5 expériences comme fille au pair en Allemagne, Grèce, Italie et Autriche.

Écoutez tout de suite l’épisode (56 min) :

Épisode #103 sur les expériences de fille au pair de Maëlys

Gagner de l’argent à l’étranger, ne pas avoir de frais, apprendre une langue, découvrir une nouvelle culture : voici quelques avantages à devenir fille/garçon au pair.

Pour la première fois dans le podcast, on aborde le sujet en profondeur !

Maëlys a commencé sa « carrière » d’au pair avec une année à Berlin en Allemagne. Puis elle a alterné entre ses études et d’autres expériences à l’étranger.

Dans cette interview, on discute :

  • Des raisons de sa première expérience au pair
  • Comment elle a trouvé les familles
  • Ça veut dire quoi exactement être fille au pair
  • Comment s’est déroulée l’alternance entre études et fille au pair
  • Son ressenti sur ses 5 expériences en Europe
  • Les avantages et inconvénients d’être au pair
  • Les conseils si vous souhaitez devenir au pair

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l’écouter :

Fille au pair en Europe : Le résumé écrit de l’interview

Maëlys a fait des études de droit et c’est durant toutes ces années qu’elle a fait de multiples expériences au pair. Actuellement, elle fait un stage avec le festival du film francophone à Tübingen et donne des cours de français.

Elle a commencé ses études de droit en 2010 à Nantes. Sa première année ne lui a pas trop plus. Et elle a trouvé une annonce d’une famille franco-allemande qui cherchait une au pair pendant 1 an.

Après quelques échanges, elle a décidé de partir à Berlin rejoindre cette famille. Il n’y a pas eu de soucis avec sa famille ou ses amis.

Elle a trouvé l’annonce de la famille sur le site OFAJ et elle a pu rencontrer la famille un weekend avant son départ.

Au pair, c’est quoi ?

On ne peut pas le faire dans son pays d’origine.

Tu travailles au sein de la famille : s’occuper des enfants principalement quand les parents ne sont pas là. En ajoutant le côté culturel, de parler sa langue ou de découvrir le pays.

Il n’y a pas de salaire, mais de l’argent de poche. Et il y a d’autres avantages : paiement du transport, assurance maladie, cours de langues, etc.

Elle a passé 11 mois à Berlin avec sa famille. Elle connaissait déjà un peu la ville et possédait un bon niveau d’allemand. Elle a emménagé pratiquement en même temps que la famille et s’est rapidement mise au travail, car l’école reprenait en aout.

L’été suivant, elle voulait aller en Grèce et s’est dit qu’elle pourrait peut-être trouver une famille là-bas. En une soirée, elle a trouvé une famille sur Internet.

Par contre, c’est un peu différent d’être « au pair estival » et être « au pair à l’année ». Durant les vacances, tu t’occupes des enfants toute la journée. Maëlys passait beaucoup de temps à enseigner le français aux 3 enfants.

Ensuite, elle est retournée à l’université de Nantes pour poursuivre sa licence.

L’été suivant, elle a trouvé une famille en Italie, car elle souhaitait apprendre l’italien. Là-bas elle parlait un mélange d’anglais, d’italien et de français. Elle est restée 1 mois et demi.

Elle a fait sa troisième année à l’université, puis est repartie l’été suivant dans la même famille en Grèce.

Ses expériences au pair ne l’ont pas empêché de suivre ses études, car elle vivait chez ses parents et avait une bourse.

Après son Master 1, une famille autrichienne l’a contacté et elle est partie 1 an en Autriche pour une nouvelle expérience de fille au pair. Elle a pu en profiter pour voyager en Europe.

Maëlys s’est toujours senti à l’aise à jongler entre les études et les expériences d’au pair. Mais en Autriche, elle s’est quand même décidée à terminer ses études en faisant un Master 2. Elle a opté pour un Master de droit comparé à Strasbourg.

Même si elle a mis plus de temps, elle a fini ses études et ses expériences à l’étranger l’ont beaucoup aidé, notamment au niveau des langues et de sa « débrouillardise ».

Trouver une famille au pair

Il existe des agences de placement au pair. Souvent payant. Souvent la famille qui paye, parfois premier mois de salaire retiré.

Elle a utilisé le site Aupairworld pour presque toutes ses expériences. Seules les familles payent. Il faut répondre à un questionnaire, qui te permet ensuite d’avoir des relations avec des familles, qui aboutit par un entretien par Skype.

Pas de souci de visa, car elle est restée en Europe. Sinon, la famille aide pour les formalités.

Il y a un contrat avec la famille, avec le nombre d’heures à effectuer, les tâches, avantages en nature, règles de préavis, etc. Contrat pas obligatoire, mais c’est préférable.

En terme d’heures de travail, cela va de 20H à 30H, selon les situations. Même si c’est plutôt 20H.

Pour la rémunération, cela varie entre 200€ et 600€ par mois. En Allemagne, elle gagnait 300€, en Grèce 600€, en Italie 200€, en Autriche 450€.

Avantages :

  • Découvrir le pays et apprendre la langue.
  • Se découvrir avec de nouvelles situations, gagner en confiance.
  • Rencontrer des personnes d’autres pays.

Inconvénients :

  • Il faut être hyper flexible, notamment en terme d’éducation des enfants.
  • Elle n’a pas eu le mal du pays, mais certains l’ont.
  • Il faut être assez débrouillard.

Conseils :

Sympa de choisir entre les pays, mais le plus important : feeling avec la famille.
La famille, c’est le quotidien, si tu ne t’entends pas avec eux, l’année va mal se passer.

Si ça se passe mal, il ne faut pas rester. Il est prévu dans les contrats que l’on peut s’arrêter.

Après la fin de ses études, Maëlys a réalisé un SVE d’un an (écouter une interview sur le SVE) en Slovaquie.

Elle a suivi une formation pour être animatrice franco-allemande, mais elle s’est aperçue que les « colonies de vacances » ce n’était pas pour elle.

Là, elle fait un stage comme traductrice. Et elle va donner des cours de français.

Objectif : partir en Nouvelle-Zélande en 2020.

Mot de la fin :

Allez y tentez ! Mieux vaut tenter que de regretter.

Merci d’avoir écouté l’épisode #103 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend