Traverser la frontière

TLF 090 : Mener une vie d’aventures en explorant le monde

Envie d’aventures ? De changer votre vie en voyageant ?

Dans cette interview, retrouvez Matthieu, jeune aventurier qui parcourt le monde depuis son adolescence. Dans quelques semaines, il s’envole en Antarctique pour rejoindre le pôle Sud.

Vous allez découvrir la genèse de sa passion pour le voyage, ses différents projets autour du monde, les études qu’il a menées en parallèle et les dessous de sa prochaine aventure « Objectif Pôle Sud ».

Écoutez tout de suite l’épisode (57 min) :

Épisode #090 sur les aventures de Matthieu autour du monde

Quand on évoque le terme « aventurier » ou « explorateur » on s’imagine que c’est réservé à quelqu’un d’autre, une sorte d’élite du voyage. Pourtant tout le monde peut prendre son courage à deux mains et aller explorer le monde, se créer des aventures inoubliables. C’est le cas de l’invité de cet épisode du podcast qui parcourt le monde de façon insolite depuis près de 10 ans.

Matthieu Tordeur est le plus jeune membre de la Société des Explorateurs Français. Après avoir fait le tour du monde en 4L, il va relever un défi invraisemblable : rejoindre le pôle Sud depuis la côte de l’Antarctique.

Dans cette interview, on discute :

  • de ses influences de voyage
  • de ses premières aventures, en vélo ou en voilier
  • de ses études, entre l’Angleterre, l’Allemagne et la France
  • de son tour du monde en en 4L et la promotion du microcrédit
  • de son projet de rejoindre le pôle Sud
  • de sa préparation et du financement d’une telle aventure
  • des livres qui l’ont grandement inspiré

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 57 minutes et vous pouvez l’écouter :

Vivre une vie d’aventures : Le résumé écrit de l’interview

Matthieu est actuellement à Paris, en préparation de son expédition en Antarctique vers le pole Sud.

Matthieu a 26 ans, il est tout juste du diplômé de Sciences Po. IL se définit comme un aventurier avec pour le moment comme plus grande aventure : un tour du monde en 4L pour promouvoir la microfinance.

Pour son prochain défi, il veut skier de la côte du continent antarctique jusqu’au pôle Sud. Avec ces aventures, il réalise des documentaires, écrit des livres et donne des conférences.

Le voyage dès l’enfance

Tout petit, Matthieu a été initié à la découverte du monde et les voyages grâce aux BD de Tintin. Comme une fenêtre sur le monde, cela lui montré qu’il existe d’autres pays, d’autres langues, d’autres cultures.

Pour sa première aventure, il a réalisé un voyage en vélo de Budapest jusqu’en Turquie après avoir eu son bac. Ce voyage a duré 3 semaines. Il est parti seul, sans avoir d’expérience dans le voyage à vélo. Il avait quelques appréhensions, mais il avait un vrai désir d’aventure.

Son entourage était un peu surpris et inquiet, mais l’a laissé partir sans aucun souci et l’a même soutenu dans le voyage.

Ses parents voyagent beaucoup et ils emmenaient la famille faire un voyage tous les ans. Il était ouvert sur le monde. Matthieu et avait déjà découvert quelques pays avant de partir seul.

Apports de ce voyage : confiance dans le voyage en solitaire et donné des armes pour préparer de plus grandes aventures par la suite.

Entre études et aventures

En revenant du voyage, il a commencé ses études supérieures. Il est parti à Londres dans un parcours « affaires européennes et allemand ». Ensuite, il a fait un master en sécurité internationale à Sciences Po Paris durant 2 ans. Que ce soit pour son bachelor ou son master, il a toujours trouvé du temps pour faire autre chose l’été.

Il a toujours cherché les bons plans et les opportunités pour voyager. A 20 ans, il a traversé l’Atlantique en voilier depuis la Martinique grâce à la bourse aux équipiers. 8H en avion pour traverser l’océan et 5 semaines pour revenir en bateau.

D’autres aventures entre temps : Transsibérien avec des amis, moto en Mongolie,etc.

Mais sa plus grande aventure était le tour du monde en 4L, organisé avec son ami d’enfance Nicolas alors qu’il avait 21 ans. Une 4L qui a fait le tour de la terre : jusqu’en Iran, puis l’Inde, les États-Unis, descendus jusqu’au Brésil, puis Sénégal et remontée jusqu’en France.

Ils ont ajouté une dimension solidaire au voyage : le soutien des entrepreneurs avec des microcrédits octroyés avant le départ. Le but était qu’ils utilisent l’argent pour démarrer ou développer une activité génératrice de revenus. Ils ont trouvé des partenaires, sponsors, banques ou ONG pour les accompagner.

Objectif : rendre visite à ces personnes et documenter le voyage.

Ils ont versé 25 000 € à 150 personnes à travers le monde.

Ils ont rencontré 50 personnes à travers 9 pays.

Ils ont voyagé pendant 11 mois à travers 40 pays.

Ils ont réalisé un film et publié un livre sur ce voyage.

Budget du voyage : 50 000 €, dont la moitié de microcrédit. Et 15 000 € pour l’envoi de la 4L en bateau cargo. 5 000 € de transport en avion. Il restait 10 000 € pour le reste du voyage : la nourriture, les visas, hôtel…

Pour les microcrédits, ils ont travaillé avec des ONG et institutions de microfinance locale. Associée avec Babyloan et entrepreneurs du monde. Les prêts s’étalaient de 100 à 1 000 €, de 3 à 12 mois.

Rencontres :

Micro-entrepreneur très fier de ce qu’ils faisaient.

2 exemples :

  • Cambodge, grand-mère qui tissait du tissu.
  • Pérou. Mère de famille qui transforme les chambres de la maison familiale en chambres d’hôtes pour faire un hôtel. Elle a utilisé l’argent pour utiliser des chauffe-eaux solaires. Cela permet d’avoir des douches chaudes pour les clients.

Ce projet a duré plus de temps qu’il n’avait prévu, car il a fallu réaliser le film, faire des conférences, etc. Par la suite, Matthieu a continué de voyager seul un peu partout dans le monde, notamment en Asie centrale.

Direction l’Antarctique

Depuis la fin de ce tour du monde, Matthieu a découvert les expéditions sportives, qui allient un déplacement géographique et un défi physique.

Il a participé à la « transcontinentale », une course de vélo de Belgique à Istanbul, avec l’arrivée la plus tardive qui devait arriver sous 16 jours. Sur 220 participants, seulement la moitié ont réussi le défi. Le gagnant a mis 9 jours, avec une moyenne de 420km par jour. Matthieu a réussi à faire 227km par jour.

Ensuite il a fait le marathon des sables, une course d’ultra distance, en autonomie alimentaire dans le désert du Sahara au Maroc. Il faut courir 6 marathons en 6 jours.

Il a fait tout ça en prévision et préparation d’une expédition longue en Antarctique. Depuis 2015, il s’est donc entrainé dans le froid, au Groenland ou en Norvège, à tirer un traineau et être en autonomie alimentaire.

Antarctique : continent le plus au sud de la planète, qui fait 22 fois la taille de la France. Sans animaux sur le continent, car il fait trop froid, outre les animaux marins sur la côte.

Idée : dernière frontière sur terre, continent peu connu, âme d’aventurier. Matthieu veut y aller, expérimenter ce continent comme les explorateurs il y a 100 ans.

Il compte skier durant 50 jours, en solitaire, sans assistance, en autonomie totale. De la côte jusqu’au pôle Sud : 1 150 km, ce qui ferait un Paris/Vienne à pied.

Au pôle Sud, il y a une base scientifique où 150 personnes travaillent.

Il s’agit d’un challenge extrême et une expédition difficile au niveau physique et logistique. Pour le préparer, il est important de s’entourer de personnes qui l’ont déjà fait ou qui connaissent bien ce genre d’environnement. Il faut ensuite s’entrainer dans le froid à tirer le traineau. D’ailleurs, Matthieu s’entraine actuellement à tirer des pneus dans le bois de Boulogne.

Il part le 11 novembre en Amérique du Sud et le 18 novembre en Antarctique.

Plus la date se rapproche, puis Matthieu est anxieux et sent la peur monter. Mais c’est une bonne chose, il voit cela comme du stress positif, de l’appréhension. L’excitation et l’envie dépassent cette peur.

Au niveau du financement de cette expédition, il a trouvé des partenaires et sponsors : entreprises, fondations… qui ont des moyens. Le budget est d’environ 80 000 €. Inclut l’avion, matériel, entrainement, agence de communication…

Vers une vie remplie d’aventures

Matthieu lit beaucoup de livres d’aventure. Il a été inspiré par Jean Louis Étienne et Sylvain Tesson. Il recommande l’axe du loup et le marcheur du pole.

Beaucoup ont d’envies d’aventures, mais ont parfois la méconnaissance du terrain ou de la façon de le mettre sur pied. Matthieu conseille de ne pas trop hésiter et tergiverser. Il faut se lancer.

La préparation vient en cours de route, il ne faut pas lui accord une trop grande importance. Le plus important est de partir. Plus on cogite, moins on se lance !

Il faut essayer de dépasser cette inquiétude d’avant-voyage.

Pour suivre les aventures en direct de Matthieu en Antarctique : Instagram et Facebook.

Merci d’avoir écouté l’épisode #090 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend