Traverser la frontière

TLF 058 : Devenir webdesigner nomade et vivre partout dans le monde

Le style de vie nomade vous tente ? Envie de travailler depuis n’importe où dans le monde ?

Dans cette interview, retrouvez Amélie qui vit en Colombie grâce à son activité de webdesigner.

Vous allez découvrir comment elle a créé son entreprise, la façon dont elle voyage ou ses conseils pour devenir nomade digital.

Écoutez tout de suite l’épisode (49 min) :

À propos de l’épisode #058 sur le parcours d’Amélie, nomade digital

De plus en plus de personnes surfent sur la tendance du nomadisme digital, celle de pouvoir voyager travailler en même temps. Il s’agit d’une des manières de faire un Voyage à Durée Indéterminée et c’est le chemin qu’a choisi par Amélie. Elle vit actuellement en Colombie (voir mon voyage en Colombie) et travaille à son compte en tant que webdesigner.

Cela fait plus de 7 ans qu’Amélie voyage à travers le monde et quelques années qu’elle est nomade digital. Elle prend le temps de s’installer dans chaque pays et développer son activité grâce à son ordinateur portable.

Dans cette interview, on parle des voyages d’Amélie et de ses 3 PVT, comment elle a créé son activité en ligne, comment fait-elle pour vivre avec un sac à dos, les avantages et inconvénients d’être nomade digital ou encore ses impressions de la sulfureuse ville de Medellín.

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 49 minutes et vous pouvez l’écouter :

Les coulisses de mes voyages dans ta boite mail

Je t'y raconte mes aventures, les coulisses du blog, mes réflexions, conseils inédits ou les nouveautés de TLF.

Le #RDV, c'est chaque dimanche à 18H, dans ta boite mail.

Devenir webdesigner nomade : Le résumé écrit de l’interview

am04

Amélie se trouve actuellement à Medellín, la deuxième ville de Colombie.

Elle a 31 ans, est nomade digital et travaille à son compte depuis 2 ans. Elle voyage depuis 7 ans et généralement s’installe pour de longues durées dans chaque pays. Avant d’être autoentrepreneure dans le webdesign, elle travaillait dans le commerce international.

Les voyages d’Amélie

Elle a commencé a voyager grâce à Erasmus en Angleterre. Ensuite, elle a fait fille au pair en Italie puis a terminé ses études et a travaillé à Paris. En 2010, elle en avait marre de son boulot et a décidé de partir en Australie pendant un an. Avec un PVT, elle y a travaillé et fait le tour du pays. Après être rentrée en France pendant 1 an et demi, elle est partie en PVT en Argentine. Elle a bossé de façon officieuse dans le secteur du tourisme pendant 8 mois.

Rentrée encore une fois, elle a travaillé chez L’Oréal, mais la grosse structure, les rapports humains ou le périmètre restreint de son poste l’a peu à peu dégouté. Elle est alors repartie en Australie, car elle était amoureuse d’un Australien à l’époque. C’est à ce moment qu’elle a eu l’idée de se mettre à son compte et travailler dans le webdesign.

Devenir webdesigner

am03

Elle n’avait aucune compétence en webdesign, mais en travaillant sur son blog de voyage mamaisonsurledos.com, elle s’est rendu compte qu’il était compliqué d’avoir un site à son image. Elle a travaillé avec une amie qui s’y connaissait et a adoré le processus.

Elles ont décidé de créer un site pour vendre des services en design et ont trouvé un client rapidement. Amélie ne s’y connaissait absolument pas en webdesign avant de commencer cette activité, par contre elle a une forte empathie sur les besoins des clients.

Elle est ensuite allée à Bali, en France puis est partie faire un PVT en Colombie, où elle est actuellement. Ce type de visa permet de voyager dans un pays plus en profondeur, on peut y rester un an, se faire des amis, travailler et c’est généralement assez facile à obtenir. Pour le PVT Colombie, il faut cependant faire un dossier très complet.

Être nomade et vivre avec un sac à dos

am01

Son activité ne lui permet pas encore de vivre de manière totalement indépendante, elle utilise encore un peu de ses économies. L’inconvénient de ce statut est l’irrégularité des revenus. Elle peut gagner beaucoup durant un mois et ne rien gagner pendant 3 mois, il faut donc rester très motivé.

Amélie voyage depuis des années avec un sac à dos et pas d’appartement fixe. Dans son sac à dos, elle a son ordinateur et son appareil photo. Étant donné qu’elle vit dans des pays chauds, elle n’a pas besoin de beaucoup d’habits. Ce qui lui prend de la place en revanche, ce sont les cosmétiques, comme un masque d’argile, des exfoliants, crème pour les pieds, etc.

De l’autre côté, cette vie nomade provoque aussi des manques : ne pas avoir de point de chute, une armoire avec ses affaires, un endroit décoré par ses gouts, etc.

Amélie ne sait pas trop comment son style de vie va évoluer, mais aimerait avoir des enfants, ce qui peut changer les choses. Idéalement, elle se verrait vivre 4 mois de l’année en France, 4 mois en Australie et 4 mois à voyager.

Pour Amélie, l’avantage de ce style de vie nomade est le fait d’être complètement indépendante. Que ce soit de vivre où elle veut, de choisir ses clients, d’organiser son emploi du temps comme elle le souhaite. De l’autre côté, l’insécurité financière est un inconvénient. Et souvent, les gens ne comprennent pas ce qu’elle fait. Travailler à domicile est encore quelque chose qui n’est pas commun, cela ne fait pas très sérieux.

Amélie a deux conseils pour ceux qui aimeraient se lancer en tant que nomade digital :

1) Éviter d’en parler à tout le monde, car peu de personnes vont être enthousiastes sur votre projet et vous risquez d’avoir des retours négatifs.

2) Éviter de trop planifier et de trop organiser les choses. Faites les choses et voyez si cela fonctionne.

La vie à Medellín en Colombie

am02

Amélie vit à Medellín et voyage avec une amie, pour le moment tout se passe bien, même si elle avait des à priori avant d’y aller. Elle n’a pas eu de problèmes de sécurité et fait attention à ne pas aller aux mauvais endroits, aux mauvais moments. Les locaux ne la considèrent pas vraiment comme une touriste, même s’ils pensent parfois qu’elle vient d’Argentine. Elle se fait des contacts facilement, mais ne s’est pas encore faite de vrais amis colombiens.

Medellín est une ville intéressante et impressionnante. C’est une grande ville, avec du bruit, de la pollution, mais les gens prennent le temps de vivre. C’est une ville très festive avec beaucoup de bars et discothèques.

Le style de vie nomade digital est hors des normes et ce n’est pas une décision facile à prendre que de franchir le pas. Il faudra toujours se battre un peu plus, pour trouver un appartement ou un job par exemple. À côté de ça, la satisfaction que l’on ressent quand on arrive à faire ces choses-là et que l’on est libre, c’est la plus belle des récompenses. Amélie tente des trucs jusqu’au bout et sait qu’elle n’aura pas de regrets plus tard.

Merci d’avoir écouté l’épisode #058 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je les lirais avec attention.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l’étranger et changer leur vie.

2 commentairesLaisser un commentaire

  • Merci pour ce podcast très intéressant.
    Amélie est vraiment sympa ce qui ne gâche rien.
    Une petite question bien française, quand viendra l’âge où vous ne pourrez plus travailler, avez vous pensé à la manière de financer une éventuelle retraite.
    Qu’en est il aussi en cas de grave maladie.
    Merci par avance…

    • Perso, j’ai une vision très différente de la norme concernant la retraite qu’il serait trop long d’élaborer. Pour la maladie, je suis affilié à la sécu et je prends une assurance voyage.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend