Traverser la frontière

TLF 030 : Comment faire des rencontres en voyage ?

C’est un podcast exceptionnel que je vous propose pour l’épisode #030 avec dix invités !

Pour la première fois, 10 blogueurs voyage sont réunis pour un podcast afin de parler d’un sujet très important lors d’un voyage : les rencontres !

Un voyage sans rencontres, n’est pas vraiment un voyage, non ?

Écoutez tout de suite l’épisode (32 min) :

Ou téléchargez l’interview en mp3 (clic droit-enregistrer sous)

Rencontrer des gens en voyage avec l’épisode #030

J’ai demandé à 10 célèbres blogueurs voyage de répondre à cette simple question :

« Comment rencontrer des gens et se faire des amis en voyage »

Ils étaient libres de nous parler de leurs techniques, les outils qu’ils utilisent, la mentalité à avoir, des histoires … pour être sûr de faire des rencontres en voyages. Leurs réponses sont très riches, intéressantes et diverses.

Des sites Internet à utiliser, des astuces faciles à reproduire, l’état d’esprit à adopter, les lieux propices aux rencontres … Si vous êtes encore un peu timide en voyage, vous allez apprendre plein de nouvelles choses qui vont vous aider, c’est sûr !

Mille mercis aux 10 blogueurs pour leur participation. Alex, Rémi, Amélie, Fabrice, Jennifer, Laurent, Anne, Seb & Laura, Lucie et Jonathan vous êtes au top !

Vous pouvez écouter le podcast ou bien lire les réponses des 10 blogueurs ci-dessous.

Ne ratez plus rien :

Je vous conseille de vous inscrire tout de suite à la newsletter de Traverser La Frontière pour être recevoir les derniers articles, interviews ou vidéos par email.

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 32 minutes et vous pouvez l’écouter :

Les conseils de 10 blogueurs pour rencontrer des gens en voyage :

1) Alex – Vizeo.net

1-alex-vizeo

À partir de 2 min 13

C’est une très bonne question parce que la plupart des gens ont cette peur  de se retrouver tout seuls avant de voyager en sac à dos. En fait, c’est très facile, on est toujours en train de rencontrer des gens.

Déjà, je dissocie deux types de personnes que l’on va rencontrer :

  • Les autres voyageurs avec qui on peut parcourir le pays ensemble, qui vont être des compagnons de voyage
  • Les locaux, qui eux vont plutôt nous faire découvrir leur propre culture et des choses que l’on ne connait pas

Pour rencontrer des voyageurs, mes deux lieux de prédilection sont :

  • L’hébergement : auberge de jeunesse, guesthouse … Quand on va être dans le salon, en train de bouquiner, posé dans un hamac … en 2 secondes les discussions vont se faire : « tu viens d’où, tu fais quoi … » et c’est vraiment c’est sympa. Et il est super rapide de se faire des compagnons de voyage alors que l’on s’est rencontré 5 minutes avant.
  • Dans les transports (bus, train …) avec d’autres voyageurs, donc forcément la solidarité va se créer très vite et puis vu que l’on va souvent au même endroit, on peut continuer le voyage quelques jours ensemble

Pour rencontrer des locaux, ma technique préférée est de me retrouver tout seul et de me balader dans la ville, les villages, dans les coins où il n’y a pas trop de touristes. Je vais y aller tout seul, car si on est 3/4 personnes, c’est plus compliqué de se faire aborder, se faire inviter ou taper la discute avec des locaux. Alors que quand on est seul, on va attirer la curiosité et la sympathie.

Voilà, ce sont mes 3 tactiques pour rencontrer des gens et pour avoir pas mal voyagé, ça marche à chaque fois.

 Pour en savoir plus sur Alex, regardez la vidéo de son tour du monde en 5 minutes.


 

2) Rémi – Capitaineremi.com

2-remi-capitain

À partir de 4 min 40

Tout d’abord, pour moi le voyage c’est avant tout des rencontres et un moyen de partager des choses avec des locaux. Rencontrer des gens est primordial et la technique que j’utilise le plus souvent c’est de ne pas avoir le choix.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

C’est tout simplement se mettre en condition pour être obligé d’aller vers les gens et il y a plusieurs manières d’y arriver.

La première, c’est de voyager sans son téléphone et sans son ordinateur. C’est-à-dire que dès que l’on va avoir besoin d’une information, dés que l’on va se sentir seul, au lieu de se retourner vers son téléphone ou ordinateur on va aller vers les gens. C’est une solution très simple à utiliser.

La deuxième solution, c’est d’être dans le besoin. On a un problème, on a besoin d’une indication, d’un renseignement, on n’a pas d’argent, on a crevé avec son vélo, on a mal à la tête, peu importe la situation. On va demander de l’aide à des gens et du coup cela va nous pousser à aller vers les autres.

La troisième solution pour aller voir les gens, cela serait d’avoir un but ou une mission. Vous pouvez aller voir les gens, vous avez une intention derrière. Vous recherchez par exemple le meilleur restaurant du coin, vous recherchez un local qui fait de l’artisanat. Peu importe, mais l’idée c’est d’avoir vraiment un but précis et du coup quand on va voir les gens on a déjà un sujet de discussion qui est tout prêt et ça aide vraiment.

Mais je pense que le plus important dans tout ça, c’est d’avoir le sourire. Il faut qu’on voie à votre tête que vous êtes une personne avenante et les gens vont avoir envie de vous parler.

La meilleure solution c’est d’être heureux, d’être vous-même et il n’y aura pas de soucis à se faire.

Pour en savoir plus sur Rémi, regardez ses défis en vidéo


 

3) Amélie – Mamaisonsurledos.com

3-amelie-bali

À partir de 7 min 01

Alors moi, j’ai un truc tout simple pour rencontrer des gens en voyage. À chaque fois, que j’arrive dans une nouvelle ville, je m’inscris à un groupe de salsa.

Quand je suis partie vivre en Argentine, la première chose que j’ai faite, c’est de chercher où on danse la salsa à Buenos Aires. En l’espace de quelques semaines, je m’étais fait plein de potes, je faisais partie de plusieurs groupes, on m’invitait le dimanche à manger le barbecue chez la famille. J’étais tout le temps occupée, mes weekends étaient remplis, je n’avais pas le temps de m’ennuyer.

Même si l’Argentine, c’est le pays du tango, on y danse très bien la salsa. Et les latinos, ça les fait kiffer de voir une petite Française qui danse la salsa.

Là, j’habite en Australie, ce n’est pas vraiment le pays réputé pour la salsa. En plus, je suis dans une petite ville où ce n’est pas facile de faire de nouvelles rencontres, mais il y a des groupes de salsa. Donc même technique, je me suis inscrite à des groupes de salsa et les potes que je me suis fait, c’est à travers la danse. Donc, quand je voyage, je vais danser et je me fais des potes, voilà ma technique.

Après si la danse, ce n’est pas fait pour vous, il y a une autre technique qui est vachement plus simple, c’est de faire une colocation. Tu deviens pote avec tes colocs, tu n’as pas le choix, tu sors avec les colocs, tu manges avec tes colocs et tu te fais plein de potes. Et vraiment, ce n’est pas compliqué de se faire des amis en voyageant.

Michael : Cela peut-être la danse, mais cela peut aussi être toutes les passions que l’on a, on peut s’en servir quand on voyage pour rencontrer des gens.

Amélie : Oui. Et la danse, c’est le partage, c’est le rire, c’est quelque chose de vibrant, quand tu danses, tu souris. En plus la salsa, tu ne peux pas rester dans ton coin quand tu écoutes de la salsa, tu as envie de la fête, etc. … Vraiment, c’est la technique imparable pour moi, cela marche depuis des années et c’est devenu une addiction pour moi. Quand j’arrive dans une ville, je regarde où sont les soirées salsa.

 Pour en savoir plus sur Amélie, lisez son article sur Palawan aux Philippines


 

4) Fabrice – Instinct-voyageur.fr

4-fabrice-instinct

À partir de 10 min 11

Alors, je ne vais pas vous donner une astuce ou un truc particulier. Dans le but de vous montrer que se faire des amis en voyage est une chose aisée et qui ne nécessite pas de trucs particuliers.

Pour moi et pour beaucoup de voyageurs, je pense, il y a 3 choses qui me viennent à l’esprit :

1 – Les voyages en bus

Souvent, j’ai été amené à faire de longs voyages en bus. J’ai rencontré beaucoup de gens durant ce type de voyage. Soit avant de prendre le bus, soit pendant le trajet quand le bus faisait des pauses. Parfois à destination, nous sommes allés dans le même hôtel et ensuite nous avons fait un bout de chemin ensemble.

2 – Le couchsurfing

C’est vraiment puissant pour se faire des amis. Non seulement vous allez faire connaissance de l’autre qui vous accueille, mais il se peut aussi que vous ne soyez pas le seul et qu’il y ai d’autres couchsurfeurs qui vont et qui viennent. Une sorte d’auberge espagnole.

3 – Partager des activités en voyage

Par exemple, si vous souhaitez faire une randonnée et que vous allez voir une agence locale, vous cherchez un guide. Vous allez vous retrouver avec un groupe, d’autres voyageurs. Et là aussi c’est un moyen assez puissant pour se faire des amis, surtout que vous allez vivre des choses assez fortes, assez intenses, parfois pendant plusieurs jours et cela va créer des relations. Non seulement, vous économisez, cela vous permet de faire des rencontres.

Ces trois choses démontrent qu’il est très difficile de rester seul en voyage.

 Pour en savoir plus sur Fabrice, découvrez son carnet de voyage


 

5) Jennifer – Moimessouliers.org

5-jennifer-souliers

À partir de 12 min 44

Ma réponse principale serait de vaincre sa timidité. Je sais que ce n’est pas forcément facile quand on est gêné, mais en voyage, il faut oser aller vers les gens, sortir un peu de sa coquille.

Je dirais même, changer un peu sa personnalité, après tout on peut être qui on veut en voyage.

Mon conseil principal pour aller vers les gens, c’est de dormir en auberge de jeunesse. C’est parfait pour les voyageurs, soit en solo ou ceux qui ont envie de rencontrer des gens.

Il y a des zones sociales dans les auberges, il y a des bars, des restaurants, des sofas, des « causeuses » … donc on peut en profiter pour parler avec des gens. Dans les dortoirs aussi. C’est parfait pour susciter la conversation et trouver des gens avec qui faire des activités ou même continuer la route si c’est ce qui nous dit.

Sinon, je dirais qu’une bonne façon, c’est le couchsurfing, car on est chez des gens, on peut rencontrer leurs amis, leurs familles.

Si ça ne vous dit pas de dormir chez les gens, il y a aussi le système de greeters. C’est un système vraiment chouette pour pouvoir rencontrer des gens locaux et c’est gratuit. Ils font visiter leurs villes et par exemple si le street art vous intéresse, ils vont vous jumeler avec quelqu’un qui aime beaucoup le street art.

Je trouve que c’est une belle initiative et j’essaye de le faire dans chaque ville où je vais et que le système en place.

Un autre truc chouette, c’est de faire des « free tour ». Dans la plupart des villes, il y a des free tour, des visites gratuites et on peut facilement les trouver sur Internet avec google « free tour + nom de la ville ». On donne un pourboire pour quelques dollars, on visite la ville tout en rencontrant des gens avec qui on peut continuer la journée et même la route.

Osez aller vers les gens, vous allez voir, on est jamais seul en voyage. Et finalement, on est que des gens seuls qui ont envie de rencontrer d’autres personnes. Ne vous gênez pas pour aller vers les gens.

 Pour en savoir plus sur Jennifer, allez regarder sa bucket list


Si l’article vous plait, partagez-le ;)


 

6) Laurent – Onechai.fr

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À partir de 15 min 25

C’est vrai que les rencontres en voyage, c’est une part importante du voyage, à tel point qu’un voyage sans rencontres pour moi c’est vite ennuyeux.

Alors j’ai une petite astuce que j’ai découverte un peu par hasard. En voyage, j’aime bien m’installer quelque part, poser mes fesses par terre, sur un banc. Et rouler une cigarette, avec mon papier, mon tabac, mes filtres.

Je ne suis pas fumeur à la maison, mais en voyage, j’aime bien ce petit rituel de m’installer quelque part, de prendre mon temps et fumer ma cigarette.

J’ai remarqué, par hasard, que c’est quelque chose qui intrigue énormément les gens. Il y a des endroits où ça ne se fait pas du tout de rouler ses cigarettes. Du coup, les gens viennent, regardent. Dés fois il y a même plusieurs personnes qui vont s’assembler, qui vont discuter entre eux « regarde, tu as vu, il fait ça, il met le filtre … » et ça les fait bien rigoler en général.

C’est une manière, sans avoir besoin d’aller vers les gens de les attirer à soi, de briser la glace et d’entamer la conversation. Très souvent après je leur propose une cigarette et je leur roule une cigarette. S’ils sont fumeurs, ils sont aux anges, ils fument leurs cigarettes, ils la montrent aux gens qui sont autour d’eux.

En général, ce n’est pas comme ça que vous allez rencontrer des personnes avec qui vous allez voyager après, mais c’est une manière super sympa de rencontrer des locaux. Très souvent, ils ne parlent même pas anglais. C’est une conversation par les signes, pas les sourires. Les sourires, ça marche beaucoup, c’est un langage universel.

Voilà, en voyage je trouve ça amusant et c’est sympathique.

 Pour en savoir plus sur Laurent, lisez son récent article sur son trip Moscou-Ürümqui


 

7) Anne – Allezvoirailleurssijysuis.fr

7-anne-voirailleurs

À partir de 18 min 03

Je dirais que c’est une question un peu difficile pour moi, car durant mon tour du monde en 2013, je n’ai pas nécessairement cherché à me faire des amis et à partager des bouts de chemin avec des gens que je ne connaissais pas. J’avais cette volonté d’être toute seule durant ce voyage et j’avais beaucoup d’amis et de famille qui m’ont rejoint à des endroits précis du périple.

Donc les moments où j’étais seule, j’ai vraiment apprécié et j’ai voulu en profiter et découvrir comment je réagissais seule en voyage.

Il y a juste eu un moment donné, dans mon périple, un moment où j’ai ressenti cette solitude et je me suis vraiment senti mal, c’était au Népal.

Au Népal, j’étais vraiment seule, dans tous les sens du terme. Je commençais à être extrêmement fatiguée physiquement, émotionnellement, et puis je commençais aussi être à court d’argent, ce qui ne fait pas du bien au moral.

À un moment donné, j’étais à Katmandou dans le centre touristique de Thamel. J’étais au restaurant et j’ai entendu deux messieurs français qui parlaient derrière moi et ils avaient entre 45 et 60 ans. Ils ne se connaissaient pas, il s’était rencontré sur un site internet pour faire un trek ensemble.

Ils faisaient connaissance et d’un coup je me suis levé et je suis allé les voir. J’ai invoqué une raison super bizarre pour leur parler alors que la seule raison pour laquelle je me suis levé est que j’avais besoin d’être avec des gens, des humains et pas être seule face à mon ordinateur, mon blog et mon projet vidéo.

Là, j’avais vraiment besoin de parler à des gens et j’y suis allé.

C’est quelque chose que je n’aurais jamais fait en temps normal, car je suis de nature plutôt réservée et là j’y suis allé hyper spontanément et on a noué quelque chose de vraiment fort. On a passé des heures dans le restaurant, à discuter du trek qu’ils allaient faire, des photos qu’ils allaient prendre, de leurs anciens voyages, de leurs familles, de leurs vies … Et puis on s’est revu lorsqu’ils sont revenus de trek et on a passé une superbe soirée ensemble.

En fait, j’ai vraiment appris sur moi à ce moment-là, je me suis rendu compte que j’étais capable de faire ce genre de chose et surtout que les gens étaient capables de donner beaucoup ailleurs, lorsqu’ils sont loin de chez eux. Si je les avais rencontrés à Paris, on n’aurait peut-être rien noué ensemble.

Donc s’il y a un conseil que je pourrais donner c’est vraiment de ne jamais hésiter, même à aller voir d’autres Français parce que lorsqu’on est loin de chez nous, on est capable de beaucoup plus.

 Pour en savoir plus sur Anne, lisez son article sur son séjour au Népal


 

8) Sébastien et Laura – Lesglobeblogueurs.com

8-seb-laura-gb

À partir de 21 min 04

Alors, c’est un vaste sujet surtout que nous sommes en couple et famille, donc c’est un peu plus compliqué de rencontrer des gens je trouve. Car on peut avoir tendance à se renfermer sur nous-mêmes et puis cela peut-être un frein pour certains de venir nous voir.

Du coup, selon les endroits, il ne suffit pas d’attendre sur un banc, dans les espaces communs d’une guesthouse ou d’une auberge de jeunesse pour rencontrer des locaux ou même d’autres voyageurs.

Et il faut le dire, nous sommes relativement réservés, mais on a nos petites astuces pour contrer ça.

On essaye de rester ouvert au maximum, souriant, de chercher le regard des autres, cela peut suffire dans certains coins de la planète. Je recommanderais aux timides qui ont envie de faire des rencontres en voyage d’aller au Sénégal. Là-bas aucune chance de rester seul, c’est impossible. Il suffit de se balader dans la rue et d’accepter les invitations à boire le thé qui est une véritable institution là-bas, il y a une tradition de l’accueil.

C’est sûr que quand il n’y a pas la barrière de la langue, c’est plus facile, donc apprenez des langues ou des rudiments parce que pour certains langages, c’est sûr que ce n’est pas évident d’être expert.

Dans les coins où c’est un peu moins facile d’entrer en contact, ce qu’on fait, c’est que l’on prend son temps, on se balade au hasard, sans carte, on fait du stop … on créé des conditions où on aura un petit peu besoin d’aide pour que les locaux viennent plus spontanément à nous et puis surtout créer des prétextes pour engager la discussion.

Notre dernier bon plan en date pour rencontrer des gens, c’est d’avoir un bébé. Bon, ce n’est pas donné à tout le monde, mais sachez que vous ferez de nombreuses rencontres grâce à ça.

Bon si vous ne voulez pas d’enfant tout de suite, vous pouvez aussi avoir recours à des solutions plus classiques comme faire du couchsurfing, ou alors si vous avez un blog comme nous, rencontrer d’autres blogueurs ou vos lecteurs qui sont au même endroit que vous au même moment, c’est ça la magie d’internet.

En conclusion, je dirais qu’il faut créer les conditions favorables pour faire des rencontres, c’est-à-dire, se poser, prendre le temps, être attentif aux autres, savoir déceler les opportunités, mais aussi savoir tendre des perches, car la rencontre ne viendra pas forcément des autres.

 Pour en savoir plus sur Seb et Laura, découvrez leurs carnets de voyage en Amérique du Sud


 

9) Lucie – Voyagesetvagabondages.com

9-lucie-vagabondage

À partir de 23 min 43

J’ai toujours été un peu timide et pour moi, ce n’était pas forcément facile de rencontrer du monde. Le voyage m’a beaucoup aidé pour avancer.

Au début, ce que je faisais, car je n’osais pas parler à des gens dans la rue ou dans une auberge de jeunesse, je m’inscrivais sur des sites internet pour rencontrer des gens, pour aller boire un café, faire des activités.

Vous avez plein de sites internet un peu partout dans le monde. Au Québec, j’utilisais le site onvasortir, qui est un site francophone. J’ai utilisé meetup, ce site marche dans le monde entier et surtout dans le monde anglophone. C’est un site pour rencontrer des gens, mais aussi pour faire des activités, voyager, faire du sport, aller dans un bar, aller au cinéma. Ça peut-être tout et n’importe quoi.

Sinon, il y a aussi Couchsurfing, qui est fait à la base pour aller dormir chez les gens, mais il y a aussi une partie forum où vous pouvez rencontrer des gens pour organiser des activités ou juste pour aller boire un café. Moi, je me suis fait de très bonnes amies comme ça. N’hésitez pas à explorer cette option.

Sinon, il y a aussi les groupes Facebook. Le forum des expats à Buenos Aires sur Facebook par exemple, il y a moyen de faire connaissance avec des gens et ensuite les rencontrer.

Et sinon, je dirais qu’il faut oser, il ne faut pas hésiter à parler aux gens et à faire le premier pas. On est tous un peu timide, mais on a tous envie de rencontrer du monde en voyage, on a tous envie de partager cette formidable expérience. Donc, n’hésitez pas.

Moi, par exemple, je n’hésite plus. Il y avait une fille dans la rue à Buenos Aires, qui se baladait avec un guide « argentine » en français et je suis allé lui parler et puis on a passé la journée ensemble, c’était sympa.

À Philadelphie, j’avais repéré une fille qui avait l’air super sympa et je suis allé lui parler direct et ensuite on a voyagé ensemble pendant 15 jours aux États-Unis, on s’est retrouvé 1 mois en Indonésie, donc vraiment cela valait la peine.

En Birmanie, je me souviens quand je suis arrivé à Rangoon dans le dortoir, j’ai simplement dit « je suis là pour 3 semaines, qui est dans le coin pour voyager ensemble ? ».

N’hésitez pas, amusez-vous et rencontrez des voyageurs hyper sympas !

 Pour en savoir plus sur Lucie, lisez son article sur le financement de tous ses voyages


 

10) Jonathan – Voyagecast.ch

10-jonathan-voyagecast

À partir de 26 min 30

Alors, j’ai envie de dire, rencontrer des gens, c’est super facile. Si vous ne rencontrez personne en voyage, c’est que vous êtes au milieu du Sahara ou de l’Himalaya où il n’y a personne, à part des yaks et des chameaux.

Pour se faire de vrais amis, cela prend beaucoup de temps et à moins que vous restiez très longtemps à un endroit vous ne vous ferez pas d’amis en voyage. Par contre, vous ferez des rencontres absolument géniales et là encore j’ai envie de vous dire, faire une rencontre c’est très facile. Vous allez dans un bar, vous allez dans un bus, dans un train, dans un cinéma, n’importe où du moment qu’il y a des gens, vous allez faire des rencontres.

Le vrai problème, c’est qu’est-ce que vous allez faire une fois que vous rencontrez cette personne-là ?

Autrement dit, est-ce que vous allez être intéressant ou non ?

C’est un peu comme avec les filles, c’est très simple d’en rencontrer, il y en a partout des femmes. À priori c’est plus de 50% de la population mondiale, vous en rencontrez tout le temps.

Le problème c’est comment transformer un salut ou un petit sourire innocent en une discussion plus intéressante qui peut aboutir sur x ou y choses selon votre bon vouloir et celui de la charmante demoiselle.

Autrement dit, la vraie question, ce n’est pas comment la rencontrer, c’est comment l’intéresser plus de 30 secondes. Et bien, sachez que c’est la même chose en voyage !

Vous allez rencontrer des gens et la vraie question ce n’est pas est-ce que vous allez pouvoir répondre à leurs questions pendant 3 secondes, c’est est-ce que vous allez pouvoir leur raconter une belle histoire.

Petit exemple :

Je suis en voyage quelque part, je rencontre un mec que je ne connais pas du tout et qui me fait

  • « Hey, salut, tu t’appelles comment ? »
  • « Jonathan »
  • « Tu fais quoi comme métier ? »
  • « Je suis mécanicien »
  • « Tu viens d’où ? »
  • « De Suisse »
  • « Et tu aimes faire quoi dans la vie ? »
  • « J’aime voyager, j’aime lire, j’aime faire des podcasts, et j’aime le cinéma ».

Voilà.

Une conversation qui a duré 15 secondes, qui a juste montré à mon interlocuteur que je ne suis pas quelqu’un d’intéressant du tout. À moins que le mec se sente vraiment seul, des réponses aussi chiantes, aussi courtes et aussi fermées ne m’apporteront jamais une belle conversation, jamais un bon moment, jamais une proposition d’excursions quelque part.

Le mec va juste se dire « c’est quelqu’un qui n’a pas envie de me parler »

Donc la vraie question c’est : comment vous pouvez faire pour répondre à ces questions de façon intéressante, non seulement pour qu’il vous en pose d’autre, mais pour que vous puissiez ensuite lui en poser. Et là on va dire qu’il faut être un petit peu créatif et je dirais que plus vous avez une vie intéressante, plus vous avez de belles histoires à raconter.

Par exemple, en reprenant la même discussion qu’avant.

  • « Salut, tu t’appelles comment ? »
  • « Jonathan » (là je ne peux pas inventer grand-chose)
  • « C’est quoi ton métier ? »
  • « Je suis mécanicien. Mécanicien de précision, je ne sais pas si tu as ça dans ton pays. Je travaille dans une immense usine et je fais des panneaux solaires. Pour produire de l’énergie verte, c’est super cool on vend beaucoup en Chine, on voyage pas mal. »

Attention là il faut avoir de la retenue, si je discute pendant 10 minutes de panneaux solaires, là aussi le mec va se dire il y a des trucs intéressants à dire, mais seulement sur les panneaux solaires.

Après je peux demander : « et toi tu fais quoi comme métier ? » Ça engage la discussion.

Après  peut-être que vous n’aurez rien en commun sur les métiers et rien d’intéressant à dire, du coup il va vous dire :

  • « Mais tu viens d’où ? »
  • « Je viens de Suisse, tu sais le pays des montagnes, des banques et du chocolat »
  • «Ah oui ? C’est comment la Suisse ? »

Là, on peut commencer à discuter …

Bref, vous pouvez répondre de façon plus étayée.

  • « Et puis tu aimes faire quoi ? »
  • « Du podcast. Là je fais un podcast sur le voyage, sur l’anthropologie, je vais interviewer des gens. D’ailleurs l’autre fois, j’ai interviewé un voyageur qui est allé pile dans le même pays que toi, il m’a raconté … »

Et voilà, vous racontez une histoire.

Si vous avez quelque chose à raconter, les gens vont avoir envie non seulement de vous écouter, mais aussi de vous raconter leurs histoires.

D’ailleurs, quelqu’un de célèbre a dit : toute notre vie, la seule chose que l’on fait, c’est de raconter et d’écouter des histoires.

Globalement, tant que vous aurez des histoires à raconter, tant que vous aurez l’oreille pour écouter celles des autres, vous n’aurez aucun problème à faire des rencontres. Mais surtout à faire des rencontres qui durent et qui peuvent se transformer en une journée, une soirée, une nuit extrêmement sympathique et divertissante.

Enfin bref, c’est ce que je pense là-dessus, mais le plus simple cela reste de tester et dites-vous bien que c’est un peu l’inconvénient dans le voyage. Mais si vous êtes chiant dans le pays où vous êtes et que vous n’êtes pas capable de raconter de belles histoires et bah vous serez aussi chiant à l’autre bout du monde. Il n’y a pas de raisons que cela change.

Si vous avez de la facilité à être avec des gens, à en rencontrer, vous aurez la même facilité en voyage, il n’y a aucune raison que cela change.

Si vous êtes chiant ici, ne vous en faites pas, on est tous chiants par moment. La seule chose qu’il faut faire, c’est essayer de ne pas l’être, essayer de raconter des histoires. Peut-être que vous en trouverez une ou deux à raconter qui sont sympas. Cela peut être un voyage, une passion étrange, n’importe quoi. On a tous quelque chose à raconter, c’est juste qu’il y a des gens qui ne savent pas très bien le faire et ne testent pas assez leur concept.

Rencontrer des gens c’est très simple, les garder et transformer ça en relation sympathique, ce n’est pas vraiment plus compliqué, mais c’est là où la plupart des gens se plantent.

 Pour en savoir plus sur Jonathan, découvrez tous ses podcasts

Merci d’avoir écouté l’épisode #030 du podcast !

Merci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je lirais avec attention ce que vous me dites !

Vous pouvez vous abonner au podcast directement sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

12 commentairesLaisser un commentaire

  • Ah c’est super chouette d’écouter tout le monde! Merci de m’avoir laissé le micro le temps de quelques minutes. Par contre, je ne suis pas d’accord Jonathan, en une semaine je me suis fait des amis pour la vie est une de mes meilleures amies je l’ai rencontré en voyage et on se voit tout le temps :)

    • Merci d’avoir participé Lucie. C’est vrai qu’une semaine ça parait juste, mais parfois il y a une connexion directe et là c’est magnifique !

  • Je pense surtout qu’avoir une attitude ouverte et positive fait faire des rencontres plus facilement. Quand je me promène, comme je suis presque toujours de bonne humeur, je souris. Du coup, il y a plein de gens qui me disent bonjour, même sans me connaître.
    Avoir des enfants aussi, c’est vrai que cela peut être un avantage. On était avec nos deux têtes blondes au Maroc ou en Thailande, tout le monde les regarde ou veut même les prendre en photos…

  • Coucou tout le monde ! :-)

    Michael, j’ai écouté ce dernier épisode de ton podcast il y a quelques jours… Ton nouveau format est superbe ! Je vois que tu as beaucoup bossé…

    A tous les invités de cet épisode, je suis déjà vos blogs depuis quelques temps pour la majorité d’entre vous… C’est marrant de pouvoir enfin vous entendre ! (Bon d’accord, Alex et Fabrice, pas grand chose de nouveau ici…)

    Sinon, les conseils qui sont donnés vont beaucoup aider ceux qui hésitent un peu à partir… Jonathan, ton dernier conseil est très pertinent. :-)

  • Merci pour tous ces bons conseils.
    C’est une problématique qui se pose pour nous : nous sommes une famille avec un ado de 15 ans et d’1,80m (pas un mignon petit bébé ) et nous réalisons que cela n’est pas si simple de faire des connaissances.en voyage.
    Pas d’auberge de jeunesse, de couchsurfing pour nous.
    Alors nous restons très ouverts, souriants, malgré notre timidité, nous suivons déjà les conseils de Laura et Sébastien :)
    Nous demandons le plus possible notre chemin aux locaux , un conseil sur un bon resto …
    ici en Espagne cela nous a permis de faire de courtes mais agréables rencontres.
    Et je confirme ce que dit Lucie et on peut même se créer une nouvelle famille grace à une rencontre.
    Nous avons depuis 1 an et demi des « cousins espagnols »que nous retrouvons avec plaisir en Andalousie pour 2 mois et pour assister à leur mariage : )
    Ce style de rencontre je trouve cela magique ^^

    • Je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde alors ! C’est sûr que le bébé doit être plus « accrocheur » que le grand ado ;)
      Il y a des contrées où les rencontres viennent naturellement, d’autres où il faut être un peu plus actif…

  • Salut Michael,

    Je te découvre grâce à Capitaine Rémi! :-)

    J’ai écouté ce podcast avec attention mais je tic avec le témoignage de Jonathan.
    Je ne suis pas d’accord quand il dit qu’on ne peut pas se faire d’ami si on ne reste pas assez longtemps quelque part. La preuve, en voyage, il arrive souvent de croiser et recroiser les mêmes voyageurs avec lesquels on peut multiplier les expériences et renforcer de véritables liens d’amitiés.

    Parfois, il suffit aussi de vivre des moments très forts. Je prends mon exemple (assez particulier je te l’accorde): j’étais au Népal pendant le tremblement de terre du 25 avril cette année. J’ai passé une semaine avec un groupe de potes qui sont véritablement devenus des amis car pendant cette situation chaotique, nous étions tous très soudés et je suis intimement convaincue que nous resterons liés pour la simple raison que nous avons vécu un moment particulièrement intense pendant lequel notre vie était en jeu. Ça, c’est un lien qu’on ne peut pas casser, qu’on le veuille ou non.

    Parfois, on rencontre des personnes timides qui ont besoin de plus de temps pour s’ouvrir à une conversation. Il peut aussi arriver de ne pas avoir envie de discuter et c’est tout à fait légitime.

    Enfin, parfois, il suffit vraiment d’un échange de sourires sans forcément réfléchir à une discussion profonde! Ça, ça vient naturellement et si ce n’est pas le cas, c’est qu’il n’y a pas lieu que ça se fasse. Je ne pense pas qu’il s’agisse de se planter ou non. Je suis persuadée que rien arrive au hasard et quand des rencontres sont faites pour une nuit ou pour la vie, ça se fait naturellement sans qu’il faille se prendre la tête à se demander si on sera intéressant ou non! :-)

    • Comme tu le soulignes, le fait de vivre de moments forts permet de souder une relation beaucoup plus rapidement. Je pense que le voyage favorise le rencontres et initie les amitiés, après il faut du temps pour se faire un ami durablement.

      Jonathan exprime son avis vis-à-vis de ses expériences et c’est aussi pour ça que j’ai fait ce podcast spécial, pour avoir plusieurs points de vue.

      En tout cas, bienvenue ici Cynthia :)

      • Merci Michael! :-)

        Ah oui oui je comprends et c’est super d’avoir des avis différents! C’est juste un désaccord d’opinion mais attention, je ne suis pas « fâchée » contre Jonathan haha! Loin de là!

        A bientôt! (Je vais éplucher ton site dès que j’aurai plus de temps car je dois filer là.)

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend