Traverser la frontière

TLF 089 : Troquer le salariat pour une vie de freelance nomade

Envie de devenir freelance ? De voyager et travailler un peu partout dans le monde ?

Dans cette interview, retrouvez Nastasya qui a troqué sa vie « métro-boulot-dodo » pour une vie de nomade depuis qu’elle a décidé de devenir freelance en rédaction web.

Vous allez découvrir comment le voyage est entré dans sa vie, le déroulement de sa transition vers le métier de freelance et comment son activité lui permet de voyager aux quatre coins de la planète.

Écoutez tout de suite l’épisode (56 min) :

Épisode #089 sur la transition de Nastasya vers le nomadisme

Je connais Nastasya depuis plus de 2 ans et lorsque j’ai passé quelques jours en sa compagnie à Sarajevo, je me suis dit qu’il fallait l’interviewer. Son parcours, son énergie et ses conseils valent de l’or si vous avez envie de quitter votre job pour devenir freelance et nomade digital.

Nastasya est progressivement devenu freelance en rédaction web et a complètement changé sa vie. Elle est dorénavant libre de travailler et vivre où elle le souhaite.

Dans cette interview, on discute :

  • de sa transition d’une vie posée à une vie nomade
  • comment ses premiers voyages ont changé sa vision de la vie
  • des petits boulots qu’elle a effectués durant ses premières années à l’étranger
  • comment elle a découvert le mode de vie « nomade digital »
  • comment elle s’est lancée et a réussi à générer des revenus dans la rédaction web
  • comment trouver des clients
  • de ses conseils si vous souhaitez démarrer en tant que freelance
  • comment gérer l’équilibre voyage /travail quand on est nomade
  • des détails de son livre

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l’écouter :

Devenir freelance nomade en rédaction web : Le résumé écrit de l’interview

Nastasya a passé l’été 2018 à Sarajevo en Bosnie.

Elle est rédactrice freelance et comme elle voyage en même temps, elle est aussi nomade digital. Son activité est 100% en ligne et cela lui permet de vivre ou voyager à l’étranger. Elle est libre géographiquement.

Au milieu de l’année 2016, elle réfléchissait à se lancer et mélanger le voyage et le professionnel. Elle a réellement commencé en janvier 2017 et a beaucoup démarché pour trouver ses premiers contrats. Cela fait donc 1 an et demi qu’elle fait ça et cette activité lui permet de vivre correctement, en faisant attention aux destinations choisies.

Par exemple à Sarajevo, c’est 200€ de logement par mois et des restaurants à 5€. C’est 2 fois moins cher qu’en France, en se faisant plaisir !

Sa vie avant le voyage

Pour ses études, elle a fait une école de commerce, puis a travaillé en marketing. À 25 ans, elle suivait le schéma parfait, avec un CDI en poche, un appart à Strasbourg et un petit copain.

Elle était assistante-chef de produit dans une entreprise de jouets lors de son dernier job. Dorénavant, elle voit ça comme une autre vie tellement son quotidien est différent.

Malgré tous les compteurs au vert, elle sentait une pointe d’insatisfaction et une routine qui s’installait. Elle voyait presque sa vie tracée pour les 40 prochaines années et se demandait si c’était vraiment cela qu’elle voulait faire. Cette phase de réflexion et de frustration latente a duré 2 ans.

Elle était en couple avec quelqu’un qui ne voulait pas voyager et malgré son amour pour lui, elle le voyait comme un obstacle potentiel à ses rêves. Elle a mis 1 an pour s’en séparer, a continué son travail et une fois toute seule, dans son appartement, elle s’est rendit compte que son mode de vie ne lui convenait pas forcément.

Le déclic s’est fait en avril 2013, lorsqu’elle a fait un voyage au Vietnam. Elle a alors réalisé qu’il fallait qu’elle démissionne, mette de l’argent de côté, tout organiser….

L’Australie pour découvrir une nouvelle vie

Finalement, elle est partie en janvier 2014 en Australie pour 1 an ! Elle a fait un PVT et a découvert l’Australie en van et en voiture, le tout en solo. C’était une grosse année de déconstruction. Elle avait économisé 6 000€ et a travaillé de temps en temps une fois sur place, principalement en tant que serveuse.

Elle s’est rendu compte à quel point on est conditionné par rapport à la manière dont on envisage la vie, par quoi passe le succès, la réussite sociale. Mais en Australie, à vivre dans un van, rencontrer des gens, faire des petits boulots, passer du temps dans la nature… elle n’a jamais été aussi heureuse de sa vie. Ça te fait poser beaucoup de questions.

Cela a aussi été une année de prise de confiance, elle s’est rendu compte qu’elle pouvait voyager seule, gérer les imprévus. Qu’elle pouvait se dépasser. Elle appréhende la vie différemment depuis.

« Les champs des possibles, si j’ai envie de l’ouvrir, cela ne tient qu’à moi. »

Un retour en France impossible

Après 1 an en Australie, Nastasya a voyagé 2 mois en Asie du Sud-Est et elle est rentrée en France. Elle appréhendait la phase de retour après le voyage. En refaisant son CV, elle avait le « coeur qui saigne », elle ne voulait pas du tout repartir dans son travail d’avant.

Elle est restée 6 mois chez ses parents, à ses poser des questions, puis a décidé qu’elle ne repartirait dans le schéma passé et a décidé de partir à Londres.

Elle y restera 7 mois et a été serveuse durant tout son séjour. Elle a pu mettre de l’argent de côté pour ensuite voyager en Europe, aux États-Unis ou au Mexique. Elle a beaucoup aimé cette période, tenait un blog, mais commençais à avoir un manque au niveau professionnel et ne pas avoir un projet qui la passionne.

En voyageant, elle se met à rencontrer des nomades digitaux, communauté qu’elle ne connaissait pas encore. Depuis, elle a commencé à cogiter, lire des blogs sur le sujet…

Entretemps, elle a créé son blog de voyage (Valiz Storiz) pour partager ses expériences de voyage, parler de la psychologie du voyage, de comment se lancer, des finances, etc.

Ce blog lui a permis de faire beaucoup de rencontres et a réfléchi à comment transformer ses compétences en activité en ligne, sans trop savoir quoi faire exactement. Elle a suivi une formation qui expliquait comment gagner ses premiers revenus en freelancing.

Freelance en rédaction web, sa nouvelle carrière

 

En janvier 2017, elle s’est lancée sérieusement, a démarché et a trouvé ses premiers clients en rédaction web. Nastasya s’est concentrée sur l’écriture pour les professionnels du tourisme. Elle écrit des articles de blogs, de magazine, des guides de voyage en ligne, des programmes de voyage pour les agences.

Pour trouver des clients, il est important de trouver une niche et pas d’envoyer des messages à tout le monde, sur n’importe quoi. Elle a étudié le profil de ses clients potentiels, leurs besoins, leur ligne éditoriale et a créé un carnet d’adresses. Elle leur a envoyé un email à chacune en identifiant leur besoin et comment elle peut y répondre. Elle n’avait pas forcément une grande expérience dans la rédaction, outre son blog, mais cela n’a pas posé de problèmes pour réussir à décrocher des clients.

Elle a vite abandonné les plateformes d’intermédiation type Upwork, Malt… car les annonces ne sont pas très sérieuses et dans l’ensemble mal payé. Elle a préféré faire du démarchage qualitatif.

Souvent, elle est payée à la pige avec un devis pour un article. Parfois, c’est un forfait avec un nombre d’articles à produire par mois.

En ce qui concerne la rémunération, cela marche souvent au nombre de mots avec une grille de « salaire » pour les pigistes. 500 mots peuvent valoir entre 100 et 150€ par exemple. Mais il faut prendre en compte les recherches éventuelles, l’optimisation SEO, etc. Cela peut aussi être en termes de temps passé sur le projet.

Nastasya conseille de se fixer un prix journalier ou tarif à l’heure pour avoir une référence. Un freelance débutant peut commencer à 25/30€ brut de l’heure. Quand on reçoit une demande, on peut déjà calculer combien de temps cela va prendre pour avoir une idée du tarif.

La vie nomade

Nastasya vit maintenant à 100% de son activité et au bout de 6 mois d’activité, elle s’est installée à Chiang Mai, en Thaïlande.

En 2018, elle a écrit un livre Comment devenir freelance ?

Elle y parle de son expérience, donne les étapes et la méthode pour réussir à monter son activité de freelance. Elle détaille par exemple comment trouve son activité, comment construire un argumentaire, établir les tarifs, comment trouver des clients, la partie administrative, trouver l’équilibre en voyage et travail. Ce livre concerne tous les types de freelances, pas seulement sur la rédaction web. Il y a aussi des exercices pour vraiment passer à l’action.

En ce qui concerne l’équilibre travail/voyage, au départ elle faisait tout en même temps et mélangeaient les deux. Le travail lui gâchait le plaisir du voyage et ne faisait ni l’un, ni l’autre de façon optimale.

Maintenant, elle partitionne les deux. Elle alterne les phases où elle va travailler à fond et des phases où elle va voyager à fond. Elle anticipe son travail pour les périodes de voyage.

En vivant et travaillant à l’étranger en étant posé, il est possible de faire plein de petits voyages, comme lorsqu’elle vivait à Chiang Mai et a voyagé 2 semaines en Birmanie ou à Taiwan. À Sarajevo, elle a pris un rythme différent de 5 jours de travail et 2 jours de voyage/exploration de la Bosnie.

D’ailleurs, elle a adoré la Bosnie, son histoire, son mix oriental/occidental.

Devenir nomade digital : le bilan

 

Nastasya ne regrette pas d’avoir changé son style de vie et n’a aucune envie de retourner en arrière. Par contre, il y a parfois des soucis comme le manque de visibilité en terme financier ou le côté solitaire du digital nomadisme.

Il n’est pas tout le temps facile de créer et maintenir une vie sociale et on peut se retrouver marginalisé dans la société. Il faut accepter qu’il y ait un avant et un après en terme de relations et d’amis. Il est important de trouver des gens dans ta communauté et qui font des choses similaires et devenir de façon « obligée » communautariste. Il va y avoir des sujets que seul, eux, vont pouvoir comprendre.

Futur : en septembre, retour en France avec salons et conférences. Début octobre, elle part en Égypte pour 5 semaines. Pour 2019, elle envisage de revivre à Londres et travailler là-bas.

Mot de la fin : il faut y aller ! Il faut foncer ! Parfois on prend la vie un peu trop sérieusement, mais il faut se faire plaisir. Toute votre vie ne va pas se remettre en cause car vous partez voyager !

Merci d’avoir écouté l’épisode #089 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend