Traverser la frontière

TLF 060 : Prendre un congé sabbatique et partir seule en Asie

Envie de quitter votre job pour voyager ? De prendre un congé sabbatique ?

Dans cette interview, retrouvez Vanessa qui a décidé de quitter Paris et son travail dans les assurances pour voyager seule en Asie pendant 8 mois.

Vous allez découvrir pourquoi elle est partie, comment elle a préparé son voyage, en quoi le voyage a changé sa façon de penser ou comment il a précipité sa reconversion professionnelle.

Écoutez tout de suite l’épisode (42 min) :

À propos de l’épisode #060 sur le congé sabbatique de Vanessa et son voyage en Asie

Quitter son travail pour voyager n’est jamais une décision facile. Heureusement, certaines aides existent, comme le congé sabbatique qui permet de suspendre son contrat de travail (je parle des autres options possibles dans Voyage à Durée Indéterminée, ). C’est ce qu’a choisi Vanessa pour réaliser son rêve de voyager en Asie.

Elle en avait marre de sa vie et son boulot à Paris et voulait absolument partir voyager. Elle a alors opté pour le congé sabbatique et a décidé de partir seule 8 mois en Asie, voyage qui a changé sa vie.

Dans cette interview, on parle du parcours de Vanessa avant son voyage, pourquoi elle voulait voyager, comment elle a pris un congé sabbatique, la préparation et le budget de son voyage, ses coups de cœur en Asie, comment le voyage a changé sa façon de voir la vie ou encore pourquoi elle a décidé de changer totalement de métier.

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 42 minutes et vous pouvez l’écouter :

Les coulisses de mes voyages dans ta boite mail

Je t'y raconte mes aventures, les coulisses du blog, mes réflexions, conseils inédits ou les nouveautés de TLF.

Le #RDV, c'est chaque dimanche à 18H, dans ta boite mail.

Prendre un congé sabbatique et voyager : Le résumé écrit de l’interview

vanessa1

Vanessa est parisienne d’origine et travaillait dans les assurances. Puis elle s’est installée à Lyon et a changé de voie professionnelle vers la gestion et protection de la nature. Cette reconversion s’est produite après un long voyage effectué en 2014.

Avant son grand voyage

Quand elle était plus jeune, Vanessa a beaucoup voyagé grâce au comité d’entreprise de sa mère. Elle est partie en colonie à l’étranger durant ses vacances : États-Unis, Cuba, Antilles, Italie… Après ses 18 ans, elle a beaucoup moins voyagé et a privilégié les petits voyages et en Europe.

Elle a fait un BTS Communication, puis s’est installée en Espagne pendant 1 an et demi. En rentrant en France, elle fait des petits boulots puis trouve un travail en CDD dans une entreprise de prévoyance et est restée dans le monde des assurances pendant 6 ans.

Le travail était purement alimentaire pour payer toutes les dépenses quotidiennes, il ne la passionnait pas plus que ça et sentait qu’elle n’était pas très épanouie.

La décision de partir

vanessa2

Déjà quand elle avait 20 ans, Vanessa rêvait de faire le tour du monde, de partir loin. En 2013, elle ruminait un sentiment de ras-le-bol et de vouloir autre chose. Elle s’est séparée de son copain à l’époque et elle a eu un déclic : « je n’ai pas envie de réveiller un jour et me dire que c’est trop tard, que c’est dommage de ne pas l’avoir fait ». Elle s’est dit que si elle ne partait pas maintenant, elle ne partirait jamais. Une fois qu’elle a pris la décision, elle a enclenché tout le processus pour se donner les moyens de partir.

Elle a pris la décision de partir en été 2013 et a décollé en mars 2014. Environ 8 mois le temps d’économiser et de s’organiser. Avant cela, elle a toujours repoussé ses projets de voyage, car « ce n’est jamais le bon moment ». Il y a toujours des excuses pour que l’on ne parte pas. À ce moment, elle n’avait rien qui l’obligeait à rester, outre son travail.

L’organisation du voyage en Asie

Concernant l’organisation du voyage, Vanessa savait qu’elle voulait partir en Asie, car un tour du monde était hors budget. Elle a choisi tous les pays et a acheté tous les guides Lonely Planet de chaque pays (aujourd’hui, elle ne referait pas pareil). Ces guides lui ont permis d’organiser ses déplacements, son budget, ce qu’elle voulait voir, les visas… Elle s’est servie principalement de ces livres et d’Internet pour préparer son voyage.

Étant partie dans le cadre d’un congé sabbatique, Vanessa avait des contraintes en terme de durée de voyage. Et pour son budget, elle l’a calculé selon le temps qu’elle avait avant de partir et voir combien elle pouvait mettre de côté.

Pour 8 mois de voyage, elle avait prévu 10 000€ tout compris, mais au final elle a dépensé 13 000€ !

Vanessa est partie « la trouille au ventre », à l’aéroport elle pleurait et était hyper angoissé. Finalement, cela s’est bien passé. Il y avait la peur des dangers du voyage, la peur de savoir ce qui se trouvait dans ces pays, si elle allait pouvoir communiquer avec les gens, si elle allait tomber malade, avoir un accident… Même si elle est partie seule, elle n’avait pas de craintes sur cette façon de voyager, mais plus sur sa sécurité.

Elle a pris un congé sabbatique pour faire ce voyage. Les 8 mois précédents son départ, elle a squatté chez des amis afin de mettre le maximum d’argent de côté.

8 mois en Asie

vanessa3

Vanessa est partie 8 mois en Asie, voici son itinéraire : Inde, Birmanie, Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Chine, Cambodge et Laos. Elle a plutôt suivi les routes touristiques durant son voyage, sans trop sortir des sentiers battus. Elle a fait en moyenne 1 mois par pays.

La Birmanie a beaucoup marqué Vanessa par l’accueil des locaux où tout était simple, ce qui a contrasté avec la Thaïlande, très touristique. En Malaisie, elle a fait un stage de méditation Vipassana de 10 jours, une méthode concentrée sur l’éveil de soi. Durant 10 jours, il est interdit de parler et il faut méditer toute la journée pendant la durée de la retraite. C’est une expérience qui l’a beaucoup marqué et aidé.

Par contre, Vanessa a été déçue de la Thaïlande, qui fut la pire expérience de son voyage. Elle avait beaucoup d’attentes sur ce pays, qui n’ont pas été assouvies. Elle a été confrontée à des gens hyper désagréables, pendant 3 semaines les gens ont été odieux avec elle.

Si elle devait retourner dans un des pays de son voyage aujourd’hui, elle retournait dans tous les pays visités sauf la Thaïlande, même l’Inde qui n’a pourtant pas été facile. La Chine fut un gros coup de coeur et elle adorerait y retourner.

L’impact du voyage à son retour

vanessa4

Vanessa a beaucoup réfléchi durant ce voyage, sur elle-même ou son rôle au sein de la société. Elle a senti qu’elle avait besoin de faire quelque chose de plus impliqué, d’être plus acteur dans la société. Elle veut faire quelque chose d’utile et ce n’est pas ce qu’elle retrouvait dans le monde des assurances.

Quand elle retourne en France à la fin de son congé sabbatique, elle retrouve ce travail et son bureau. Pendant 8 mois elle avait vécu dans un bonheur total, vivait dans sa bulle, faisait des choses qui la rendaient heureuse. Et là, rentrer soumise à des contraintes de travail, qui en plus ne lui plaisait pas fut très dur. Elle a mis près d’un an avant de se sentir bien et en adéquation avec la France, son entourage et sa situation. Elle ne se sentait pas en phase avec les gens qui l’entouraient, se sentait incomprise. Durant le voyage, sa vision de la vie a changé et en rentrant elle a été confrontée à l’attitude très froide des gens.

La reconversion professionnelle

Elle a senti que ce travail ne lui correspondait plus trop, elle a donc changé d’entreprise, mais toujours dans les assurances. Elle a fait l’erreur d’aller travailler dans une grande multinationale dont les bureaux sont à la Défense. Dans un environnement très formel, orienté à fond sur le boulot, elle a senti qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Elle s’est dit qu’elle devait trouver CE métier qui la rendrait heureuse de se lever le matin, de se lever pour faire quelque chose d’utile et qui correspond à ses valeurs.

L’été dernier, elle a trouvé une formation dans la protection de la nature et s’est dit que c’était la bonne voie. Vanessa a mis 2 deux ans entre son retour et le changement professionnel. Avec le voyage, elle s’est rendu compte qu’elle voulait une autre vie, mais n’avait pas encore saisi comment elle pouvait faire ça. Le processus a été assez long avant de savoir ce qu’elle voulait vraiment faire.

Aujourd’hui, Vanessa est heureuse de reprendre des études en protection de l’environnement. Même si c’est parfois un peu difficile, elle s’accroche et sait qu’il y aura une finalité positive.

Faut-il avoir peur de faire un break pour voyager ?

vanessa5

Si vous avez envie de faire un break dans votre travail, Vanessa vous conseille d’oublier toutes vos angoisses et toutes vos peurs. Car ce qui nous bloque dans ces projets, c’est la peur de l’inconnu. Elle nous paralyse dans l’envie d’avancer. Une fois que l’on est passé au-dessus de ces peurs là et qu’on l’a fait, on se rend compte à quel point tout est facile au départ et que l’on s’est mis des barrières inutilement.

En arrivant en Asie, Vanesse s’est dit : « c’est tellement simple, pourquoi je ne l’ai pas fait avant ? ». On se donne parfois des excuses ridicules et on finit ensuite avec des regrets.

Le congé sabbatique est par exemple un moyen de partir et de retrouver son travail par la suite. C’est une bonne solution si vous avez peur de tout lâcher.

« Je ne veux plus de regrets dans ma vie » : c’est une autre leçon apprise par Vanessa durant son voyage. Si elle veut faire quelque chose, elle le fait. Elle s’essaye par exemple à l’harmonica depuis peu !

Le voyage est l’une des expériences les plus belles que l’on peut avoir dans sa vie, le monde regorge de richesses qui demandent à être découvertes. Il est dommage de ne pas aller à la rencontre d’autres peuples, car si on le faisait tous à notre échelle, on vivrait dans un monde meilleur et l’on serait plus tolérants les uns envers les autres.

Merci d’avoir écouté l’épisode #060 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je les lirais avec attention.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend