Traverser la frontière

TLF 057 : Comment faire une année sabbatique

Prendre une année sabbatique, ça vous tente ?

Dans cette interview, retrouvez Raphael qui vous explique comment prendre une année sabbatique.

Vous allez découvrir ses expériences à l’étranger, comment vous pouvez vous lancer, ce que vous pouvez faire et ses conseils pour ne pas rater votre année sabbatique.

Écoutez tout de suite l’épisode (39 min) :

À propos de l’épisode #057 sur l’année sabbatique

On entend souvent parler d’année sabbatique, sans trop savoir ce que cela signifie. Vous pensez peut-être qu’il s’agit d’une année de glande à voyager, mais cela va beaucoup plus loin que ça. Les possibilités sont beaucoup plus étendues que ça, vous pouvez travailler, être au pair, prendre des cours de langues, faire du volontariat, etc.

À 18 ans, Raphael a décidé de partir faire une année sabbatique en Australie, depuis il a passé plusieurs années à l’étranger et a créé un site pour vous aider à franchir le pas.

Dans cette interview, on parle des voyages de Raphael, les apports d’une année sabbatique, les différentes options possibles, quand prendre cette pause ou des éléments de réflexions afin de savoir si c’est fait pour vous.

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 39 minutes et vous pouvez l’écouter :

Les coulisses de mes voyages dans ta boite mail

Je t'y raconte mes aventures, les coulisses du blog, mes réflexions, conseils inédits ou les nouveautés de TLF.

Le #RDV, c'est chaque dimanche à 18H, dans ta boite mail.

Comment faire une année sabbatique : Le résumé écrit de l’interview

Raphael a 24 ans, il est nomade digital et vit 3 mois de l’année à Bruxelles qu’il connait bien. Le reste de l’année, il peut choisir où il vit et passe beaucoup de temps à Ho Chi Minh au Vietnam, Chiang Mai en Thaïlande ou en Europe. Il vit de son activité de freelance en markéting digital et a créé une startup anneessabbatiques.com.

Son année sabbatique

raph1

Raphael a vécu en Belgique, jusqu’à ses 18 ans avant d’être conseillé par ses parents de faire une année sabbatique. Notamment pour apprendre l’anglais et s’ouvrir l’esprit en sortant de la communauté bruxelloise.

Il est parti un an en Australie où il a pris des cours de langue pendant 2 mois, fait du volontariat, puis un PVT au sein duquel il a travaillé pour financer ses voyages. Il a ensuite voyagé en Indonésie puis a fait des études en business durant 3 ans à Birmingham, en Angleterre. À la fin de ses études, il a travaillé en Belgique dans une agence de communication spécialisée sur les réseaux sociaux dans le but de se former et entamer sa carrière en tant que freelance.

Il est ensuite parti en Amérique du Sud, en Équateur pendant 2 mois et en Colombie pendant 5 mois à Medellín. Après un bref retour en Europe, il a passé une bonne partie de l’année 2015 en Asie. Au rayon insolite, Raphael a fait un voyage de Bruxelles au Maroc en autostop.

C’est quoi une année sabbatique ?

raph5

Une année sabbatique peut regrouper plusieurs choses à la fois. Il s’agit d’une période de transition entre deux étapes, comme entre la fin du lycée et l’université. Dans le cadre des études, on parle d’une année de césure et parfois de congé sabbatique dans le cadre du travail.

L’année sabbatique n’a pas forcément bonne réputation. Certains pensent que tu vas partir voyager pendant un an et glander. D’autres font une « année sabbatique » à ne rien faire, car ils ont raté des examens.

L’option la plus populaire est celle de partir voyager en sac à dos, surtout après 22/23 ans. Pour les plus jeunes, ils s’orientent vers des programmes plus structurés comme être « au pair », faire des cours de langues ou du volontariat.

Au pair est un programme dans lequel une fille ou un garçon vont dans une famille à l’étranger pour s’occuper des enfants en échange d’être nourri et logé. C’est intéressant, car il n’y a pas de frais et parfois c’est rémunéré. Cela permet aussi d’apprendre la langue et d’avoir une immersion culturelle profonde.

Lors d’une année sabbatique, il est possible de faire plusieurs programmes différents. Par exemple, en Australie Raphael a fait un séjour linguistique et du volontariat. Il a fait un chantier nature, qui était en rapport avec l’environnement. Cette expérience lui a permis de comprendre ce qu’il aime dans le monde du travail. Pour le volontariat, il y a deux options principales, celle d’entrer avec en contact directement avec un partenaire local, soit de passer par une agence.

Il est aussi possible de prendre des cours en «community college» afin d’améliorer une langue et d’apprendre des choses, sans que cela compte dans les études officielles. Il est possible de travailler à l’étranger, notamment avec un PVT.

La réalité d’une année sabbatique

raph4

Selon Raphael, il existe un mythe autour de l’année sabbatique, celui qu’en partant voyager, on va avoir une illumination par rapport à ce qu’on va faire de sa vie. Mais dans la réalité, rares sont ceux qui reviennent en sachant exactement ce qu’ils veulent faire comme travail ou études. Par contre, elle permet de mieux se connaitre.

Ce qu’il faut privilégier, c’est de venir avec des hypothèses de jobs ou de catégories d’études différentes et d’aller expérimenter des choses, faire des stages, rencontrer des gens, etc. Partir en backpack n’apportera pas la solution magique.

Lors de son année sabbatique en Australie, Raphael s’est grandement amélioré en anglais, il s’est rendu compte qu’il était facile d’organiser les choses, qu’on peut avoir des amis partout, il a pris confiance en lui et s’est rendu compte de la chance qu’il avait.

L’année sabbatique est pour tout le monde

De nos jours, une année de césure peut-être prise par n’importe qui en France. Il est possible d’interrompre ses études, mais garder son statut d’étudiant pendant 1 an et revenir dans son cursus.

Une année sabbatique est aussi courante pour les personnes qui ont fait un burnout au travail et qui partent un an. On a l’impression qu’ils revivent ! D’ailleurs, le retour après un an peut se révéler compliqué et certains ont l’impression de retourner à la case départ. Avoir un nouveau travail ou un nouveau projet est l’une des solutions pour avancer avec une année sabbatique.

Avant de faire une année sabbatique, il est important de se fixer des objectifs et se demander « qu’est-ce que je veux gagner de cette année-là? » Il faut le voir comme un investissement à long terme.

Il est possible aussi possible de donner des cours de français à l’étranger, de faire des stages ou de faire un programme d’échange. On peut aussi faire une année de lycée à l’étranger et vivre dans une famille d’accueil.

raph3

Raphael a créé le site anneessabbatiques.com, car il voulait travailler et voyager en même temps. Il a donc allié sa passion du voyage et projet entrepreneurial. L’objectif du site est d’inciter les gens à prendre des années sabbatiques, véritable vecteur de changement personnel et professionnel. La plateforme aide les jeunes dans leurs choix et de faciliter la prise de décision pour une année sabbatique. Il met aussi en contact les jeunes avec les organismes, comme un tripadvisor des programmes à l’étranger.

Merci d’avoir écouté l’épisode #057 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je les lirais avec attention.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

2 commentairesLaisser un commentaire

  • Désolée pour mon commentaire mais Mickaël j’ai vraiment l’impression que tu avais listé des questions et que tu mènes Raphaël là où tu veux qu’il aille, qu’il dise ce que tu veux qu’il dise, sans vraiment le laisser développer ce qu’il veut… Il n’y a pas de vrai dialogue et échange, tu es complètement tourné vers ce que va entendre l’auditeur, ce que tu veux que dise Raphael, et ça alterne la qualité de tes échanges avec la personnes que tu interviewes. A bon entendeur, je n’ai aucun plaisir à mettre un commentaire négatif.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend