Traverser la frontière

TLF 053 : Traverser toute l’Afrique à vélo, de l’Egypte à l’Afrique du Sud

Vous envisagez de voyager à vélo ? Vous souhaitez traverser l’Afrique ?

Dans cette interview, on retrouve Gautier qui vient de traverser le continent africain du nord au sud, depuis Le Caire au Cap.

Vous allez découvrir le tour du monde de Gautier, comment il s’est lancé dans cette aventure, les péripéties de sa traversée de l’Afrique sans oublier des conseils précieux si vous souhaitez voyager à vélo.

Écoutez tout de suite l’épisode (50 min) :

À propos de l’épisode #053 sur le voyage à vélo de Gautier à travers l’Afrique

Après avoir exploré le voyage en stop avec Jérémy, le voyage à pied avec Caroline, il était temps de s’attaquer au voyage en vélo sur le podcast de Traverser la Frontière. J’ai trouvé pour vous, le parfait invité : Gautier, 22 ans, a décidé de faire un tour du monde à vélo de 3 à 5 ans !

Passionné de vélo, il s’est lancé dans cette aventure incroyable pour vivre ses rêves et a décidé de vous raconter sa traversée de l’Afrique. Du nord au sud, il a sillonné ce continent en passant par L’Égypte, le Kenya ou encore la Namibie avec quelques histoires croustillantes !

Dans cette interview, on parle de la genèse de son voyage, de son parcours, comment il a traversé l’Afrique, ses galères et ses moments forts, comment il dormait, mangeait, à quoi ressemble la vie en Afrique ou encore les détails de son (tout petit) budget.

Les liens de l’épisode :

Ne ratez plus rien :

Je vous conseille de vous inscrire tout de suite à la newsletter de Traverser La Frontière pour être averti des prochains articles, interviews ou vidéos.

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 50 minutes et vous pouvez l’écouter :

Traverser l’Afrique à vélo : Le résumé écrit de l’interview

Gautier se trouve au Cap en Afrique du Sud. Continent africain par lequel il est rentré par Israël en Égypte, dans la région du Sinaï. Il a mis 6 mois pour traverser toute l’Afrique de l’Est.

Un tour du monde à vélo

velo foret afrique

Gautier a 22 ans et il est parti il y a 1 an et demi depuis la Bretagne. Il veut faire un tour du monde à vélo d’une durée de 3 à 5 ans. Il a commencé par traverser l’Europe du Sud jusqu’en Turquie, puis il a trouvé un voilier de Chypre à Israël pour rejoindre l’Afrique. Il vient donc de traverser toute l’Afrique et la prochaine étape, c’est de traverser l’Atlantique en voilier jusqu’en Amérique du Sud. Pour la suite, il veut descendre jusqu’à Ushuaïa puis remonter jusqu’en Alaska. Pour la dernière partie de son voyage, il veut traverser le Pacifique pour aller en Asie, puis rentrer en Europe.

Ce voyage, Gautier y pense depuis qu’il a 18 ans. À l’époque, il faisait beaucoup de vélo et commençait à évoquer son projet à ses proches. En général, les gens disaient « qu’il ne le ferait jamais » ou « c’était mon rêve, mais je ne l’ai jamais fait ». Gautier ne voulait pas avoir de regrets plus tard, il avait donc vraiment envie de partir. Ses proches avaient un peu peur au début, mais il essaie de leur donner des nouvelles régulièrement.

Avant son voyage, Gautier a fait un BTS en alternance dans le management du sport et a travaillé pendant 2 ans dans des magasins de vélo. Puis après ses études, il a travaillé 8 mois en tant que mécanicien dans un magasin de vélo de voyage et de ville ce qui a lui donné des compétences utiles pour son tour du monde et parer aux galères mécaniques.

Gautier a toujours aimé le vélo, il a d’ailleurs fait un premier voyage à 16 ans sur un weekend avant d’en faire plus par la suite. C’est devenu une véritable passion.

L’arrivée de Gautier en Afrique

vélo ethiopie

Avant d’arriver en Afrique, il pensait comme tout le monde que c’était un continent encore reculé. Mais il faut savoir que depuis 2016, il est possible d’aller du Caire jusqu’au Cap sur une route goudronnée. Il a bien souvent été étonné par l’Afrique par rapport à l’image que l’on en a en Europe. D’ailleurs, les gens sont souvent à la mode occidentale, ce ne sont pas juste des tribus. Par exemple, dans certains villages en Éthiopie, il n’y avait pas d’eau ou électricité, mais la 3G était présente.

En ce qui concerne son parcours, il est parti du Sinaï vers Le Caire puis est descendu jusqu’au Soudan (du nord) qui est très safe. Il a ensuite traversé l’Éthiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Malawi, la Zambie, la Namibie et enfin l’Afrique du Sud. Il a préféré aller en Namibie plutôt qu’au Mozambique et a trouvé que c’était un pays magnifique au niveau des paysages. Il a aussi aimé le calme de ce pays très désertique.

Son voyage en vélo

vélo namibie

De la Bretagne jusqu’au Cap, le trajet lui a pris 13 mois en prenant beaucoup de pauses. Et l’Afrique seule lui a pris 6 mois. En moyenne, Gautier parcourt 100km par jour en vélo. Cette distance va bien sûr dépendre des conditions, si c’est plat, montagneux, s’il a du vent, de la pluie, une route goudronnée … En général, il fait du 20km/heure, ce qui est une vitesse moyenne pour les voyageurs à vélo. Cela fait environ 5H de vélo en une journée. Il a trouvé que les voyageurs rencontrés font en général 80km par jour.

Ces 5H de vélo quotidien sont bien sûr entrecoupées de pauses. Le matin Gautier essaye de se réveiller au lever du soleil, lève le camp et part sur la route. Il essaye de faire une bonne pause déjeuner ensuite en trouvant des restaurants sur la route. Il essaye de faire 60/70% du parcours le matin, puis pédale un peu l’après-midi puis ensuite trouver un campement.

Gautier voyageait avec une tente, qu’il posait sur le chemin, mais parfois il était hébergé. Soit les locaux l’invitaient chez eux, parfois il dormait dans les missions catholiques qui lui offrait un lit, mais aussi la nourriture.

Voyager en Afrique, c’est dangereux ?

tente afrique

Gautier trouve l’Afrique est moins dangereuse que l’Amérique du Sud, surtout sur la partie est où il n’y a pas de rebelles ou guerres. Ce n’est pas dangereux, les gens ne sont pas agressifs. Il faisait juste attention où il mettait sa tente, loin des regards. Le seul danger qu’il a pu avoir les animaux autour de la tente la nuit, mais toujours sans problèmes.

En Égypte, Gautier a eu 17 escortes de police différentes. Ils voulaient l’emmener dans un pickup d’un checkpoint à l’autre, mais il voulait faire le chemin à vélo. Le soir, l’escorte les amenait dans un hôtel, mais il voulait dormir en tente et ne pas payer l’hôtel. Donc deux fois, il a dormi en cellule de prison. L’Égypte fut assez compliquée, mais Gautier était avec un compagnon de route, donc cela ne s’est pas trop mal passé.

En ce qui concerne l’Éthiopie, ce fut le pire pays pour Gautier, en revanche il a croisé d’autres voyageurs pour qui c’était leur pays préféré. À vélo ou à pied, tu es toujours en contact avec la population. En Éthiopie c’était infernal, il avait le droit aux jets de pierre, des coups de bâtons, il ne pouvait jamais être seul. Il dormait parfois dans des missions catholiques ou mettait sa tente dans une ferme. En soi, il n’a pas ressenti de véritable danger, mais c’était très pénible. Notamment, car les gens lui demandaient tout le temps de l’argent.

Rencontres et aventures en Afrique

ethiopie

Gautier voyage parfois avec d’autres personnes à vélo. Il a vraiment construit son projet tout seul, mais il s’est toujours dit qu’il allait rencontrer d’autres voyageurs sur la route. Son premier compagnon, Marcelo du Salvador l’a accompagné depuis la France jusqu’en Égypte. D’ailleurs, ils devaient aller ensemble jusqu’en Afrique du Sud, mais ce n’a pas été possible pour Marcelo à cause de problèmes de visas et des soucis familiaux. Aux portes de l’Afrique, à la frontière avec le Soudan, Gautier a donc continué tout seul l’aventure. Il a voyagé seul, puis il a rencontré d’autres personnes sur la route.

Une fois qu’il était seul, le contact avec la population a changé, car en groupe on n’a pas besoin d’aller vers l’autre. En étant seul, Gautier était obligé d’aller vers les autres pour échanger et discuter. Il fait d’ailleurs plus de rencontres en étant seul qu’en voyageant avec quelqu’un d’autre.

Pour Gautier, le Soudan fut une belle surprise, malgré sa réputation qui peut faire peur. Les problèmes viennent en fait du Soudan du Sud, car au nord, 90% du pays est très sûr. Les gens sont adorables et Gautier a dormi une seule nuit dans sa tente au Soudan. Toutes les autres nuits, il dormait dans un lit grâce aux locaux. En Namibie, Gautier a trouvé les paysages magnifiques dans l’immensité du désert.

Pour manger dans le désert, il a chargé son vélo de plein de nourriture sèche et beaucoup de riz. C’était plus problématique pour l’eau, car il était limité, il arrivait à prendre 16l, mais ce n’était pas suffisant pour une semaine. Il a en fait été aidé par d’autres voyageurs, qui étaient en voiture et qui remplissaient ses bouteilles d’eau. Il avait même le droit à d’autres boissons, comme du coca, de la bière … ou parfois à manger comme des gâteaux, fruits ou légumes.

Du côté insolite, Gautier a acheté une pirogue lorsqu’il était au Malawi. Lorsqu’il a vu des photos du lac Malawi, qui est très grand il s’est dit que cela serait cool d’acheter une pirogue pour descendre le lac. Après avoir fait la moitié de son trajet africain à vélo, il voulait un peu de changement !

pirogue lac malawi

En 2 jours, il a acheté une pirogue d’occasion pour 15$ qu’il a ensuite un peu bricolé afin d’y mettre des planches pour pouvoir transporter son vélo. Par contre, il n’était pas forcément dans la bonne saison et un fort vent le poussait vers le centre du lac à 40km du rivage. De plus, il avait mal à l’épaule donc il a arrêté cette aventure après quelques jours et a revendu la pirogue pour reprendre son vélo.

Voyage à vélo en Afrique : budget, visas, matériel …

Avant de partir, Gautier a mis de l’argent de côté en travaillant, tout d’abord en alternance puis en tant que mécanicien vélo. Comme il vivait chez ses parents, il a pu économiser plus de 1000€ par mois. Ensuite le voyage en vélo lui permet de ne pas dépenser beaucoup d’argent sur la route.

En 1 an de voyage à vélo, il a dépensé environ 1000€ tout compris pour la nourriture et les visas.

Avant de partir, il avait un budget total de 15 000€ pour l’ensemble de son voyage, qui dure entre 3 et 5 ans. Il avait beaucoup économisé, car il ne voulait pas revenir fauché en France.

Il a aussi travaillé en 3 mois en tant que traducteur en safari au Botswana, ce qui lui a permis de mettre 3000€ de côté en plus. Après 1 an et demi de voyage, Gautier a maintenant plus d’argent que lorsqu’il est parti ! Ca lui coute moins cher de voyager que de vivre en France.

Concernant les visas, l’Afrique est assez chère. Il faut compter en moyenne 50$ de visa par pays, voir plus au Malawi pour 100$. Pour les obtenir, il n’y a pas besoin de les faire en France. On peut les faire sur place dans l’ambassade ou consulat d’un pays, soit directement au poste-frontière. Et pour l’Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana, il n’y a pas besoin de visas, vous avez directement 90 jours.

En ce qui concerne le poids de son vélo, il varie selon ses besoins en eau et en nourriture, il peut par exemple ajouter facilement 15 kilos d’eau. Sinon, quand I est parti de France, il avait 25 kilos de bagages ce qui est plutôt léger pour un voyageur vélo en tour du monde, certains montent jusqu’à 50 ou 60 kilos.

Il avait une tente, des vêtements, un réchaud, un duvet, matelas, matériel de cuisine, trousse à pharmacie, un ordinateur, etc.

Les conseils de Gautier

namibie

C’est beaucoup plus simple de traverser l’Afrique par l’est car il y a plus de conflits et de problèmes de visas à l’ouest. Si vous pouvez éviter l’Éthiopie, évitez ce pays, mais au final c’est assez compliqué à faire.

Ne restez pas sur les routes principales, mais allez aussi sur les pistes pour rencontrer vraiment l’Afrique et sortir des sentiers battus.

Gautier a aussi un blog dans lequel il écrit ses récits de voyage, donne des conseils, avec des photos, etc. Il a aussi une page Facebook.

Pour finir, Gautier vous conseille de ne pas hésiter à partir en vélo, que ce soit en Afrique ou partout dans le monde, comme en France.

Merci d’avoir écouté l’épisode #053 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je lirais avec attention ce que vous me dites !

Vous pouvez vous abonner au podcast directement sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l’étranger et changer leur vie.

6 commentairesLaisser un commentaire

  • Bravo à Gauthier, pour le voyage qu’il réalise. Le vélo (en Solo) ouvre beaucoup de portes !
    Il à vraiment bien raison de faire ce tour du Monde. Pour ma part, je serait déjà heureux de sillonner l’Europe, avec un bon VAE (pour gravir les cols sans avoir trop d’efforts à fournir). Cela me permettrait de ne pas finir dégoûté du vélo !

    Le soucis pour moi, est que ma compagne est trop dépendante de ma présence, en raison de son état de santé actuel. Je ne peut me permettre de la laissée seul, durant plusieurs mois, où années. Si j’étais seul, cela fait des années que je serais en voyage perpétuel !

    Enfin, je trouverais bien une autre façon de voyager ! Notamment avec ma voiture.

    Je ne manquerais pas d’aller voir sa page Facebook, et son blog. Encore Bravo.

  • Bonjour Gauthier, tout d’abord félicitation pour ton magnifique périple.
    Je te souhaite bon courage pour la suite de ton tour du monde.

    Pour ma part, j’envisage de plus en plus de partir. Mon frère étant à la Réunion, je me dis que se serai l’occasion de le rejoindre, en traversant l »Afrique en vélo pour rejoindre le Cap Horn.
    Mais j’ai une question, pour ceux qui ont l’habitude de ce genre de voyage, (surement très bête mais bon), au niveau de la nourriture et de l’eau, on arrive facilement à se ravitailler ? Quelles sortes de ravitaillement il faut envisager ?
    Je vous remercie,
    Cordialement, Alex.

    • Salut Alex, as-tu écouté l’interview ? Gauthier en parle un peu. Notamment le fait qu’il trouvait toujours des petits restaurants pour manger sur la route. D’après ce que j’ai compris, seuls les endroits type désert nécessitent de vraiment faire de grosses provisions d’eau et de nourriture.

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend