Traverser la frontière

TLF 033 : Femme d’expatrié au Brésil, Lili nous raconte tout

À quoi ressemble la vie d’une femme d’expatrié au Brésil ?

Dans cette interview, Lili raconte son parcours depuis la région Lyonnaise où elle travaillait à São José dos Campos au Brésil. Première expatriation pour Lili, après 2 ans là-bas elle nous parle de son histoire sans détour dans le podcast.

Écoutez tout de suite l’épisode (30 min) :

Ou téléchargez l’interview en mp3 (clic droit-enregistrer sous)

À propos de l’épisode #033 au Brésil

Lili Plume (son nom d’auteur) était professeure des écoles en France jusqu’au jour où son conjoint lui propose d’aller vivre au Brésil. Depuis, sa vie a changé et elle s’est embarquée avec sa famille dans une aventure qui dure depuis deux ans à São José dos Campos, entre São Paulo et Rio de Janeiro.

brazil-mapOn s’intéresse assez peu à l’expatriation classique sur Traverser La Frontière, celle des grandes entreprises qui envoient leurs employés aux quatre coins de la planète. Mais, j’ai trouvé l’histoire de Lili très intéressante, car elle apporte une vision de l’expatriation différente, celle de femme d’expatrié. Le rouage essentiel dans une famille pour que tout se passe comme il faut une fois loin de chez soi.

Lili nous parle du départ de sa famille et l’arrivée au Brésil, les premières difficultés, les différences culturelles, l’apprentissage du portugais, l’intégration dans un nouvel environnement, le statut de femme d’expatrié, ses conseils pour réussir une expatriation au Brésil ou bien encore l’écriture de son livre.

Dans ce podcast, vous allez découvrir :

  • Comment s’est prise la décision de partir vivre au Brésil
  • Les bouleversements de vie à l’arrivée au Brésil
  • La particularité des Brésiliens dans leurs rapports humains
  • Ce que faisait Lili durant ses journées
  • Comment elle a réussi à s’intégrer et se faire des amis
  • Les différences culturelles entre la France et le Brésil
  • Les conseils de Lili pour faciliter une expatriation au Brésil
  • Gérer au mieux le statut de femme d’expatrié
  • Pourquoi et comment elle écrit un livre sur son histoire

Les liens de l’épisode :

Ne ratez plus rien :

Je vous conseille de vous inscrire tout de suite à la newsletter de Traverser La Frontière pour être averti des derniers articles, interviews ou vidéos.

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 30 minutes et vous pouvez l’écouter :

Femme d’expatrié au Brésil : Le résumé écrit de l’interview

Lili habite au Brésil à São José dos Campos depuis presque 2 ans. Lili Plume n’est en fait pas son vrai nom, mais son nom d’auteur et son pseudo depuis qu’elle est arrivée au Brésil. L’origine de ce nom vient de la création d’un compte Facebook dédié pour raconter ses histoires d’expatriation au Brésil et au fil du temps elle a gardé ce nom auprès de ses amis au Brésil et sur Internet.

Le départ de la France

globe

Lili a 38 ans, elle vivait en région Lyonnaise et cela faisait 15 ans qu’elle travaillait en tant qu’institutrice et a un enfant qui avait 4 ans quand elle est partie. Elle a suivi son mari qui a été muté au Brésil par son entreprise.

Son conjoint est ingénieur, il conçoit des parechocs de voiture. Son entreprise lui a proposé de faire exactement le même travail, mais au Brésil, dans la ville de Taubaté.

La proposition de partir au Brésil était assez abrupte, Lili et son mari sont allés manger ensemble un midi et sans introduction il lui dit « et si on partait vivre au Brésil ?». Il lui a expliqué que c’était pour une expatriation d’environ 2 ans et qu’il fallait partir le plus vite possible. Cette proposition s’est faite en avril 2013 et ils sont partis au Brésil en janvier 2014.

Le couple avait l’habitude de voyager et partir aux 4 coins de la planète, mais de là à vivre à l’étranger, au Brésil. Ils ont passé beaucoup de temps à s’interroger s’ils allaient le faire ou non. Il fallait tout quitter en France. Lili devait quitter son travail, ce qui n’a pas été facile, car l’Éducation nationale n’acceptait pas son départ précipité. Mais il fallait aussi quitter la famille et les amis, ce qui n’était pas facile.

La famille est partie avec 7 valises et un conteneur à voyager à travers l’Atlantique avec tous leurs meubles.

L’arrivée au Brésil

Quand ils sont arrivés au Brésil, il y a tout d’abord eu un choc linguistique, même s’ils ont essayé d’apprendre un peu le portugais avant. Lili a essayé d’apprendre avec la méthode Assimil, mais cela a été difficile au début. Notamment pour se faire comprendre, de circuler dans la ville … les premiers pas ont été vraiment difficiles. Lili a eu pas mal de moments de solitude au début face à des personnes qui ne la comprenait pas du tout. Ensuite, quand ils sont arrivés en janvier il faisait 40 degrés, donc c’était agréable. De plus, ils ne connaissaient personne.

En général, les Brésiliens ne parlent pas anglais et ils sont stressés devant un étranger, on ne se comprend pas et parfois il y a des situations de blocage complet. Mais après 2 ans sur place Lili parle maintenant couramment le portugais.

Le problème en tant que femme d’expatrié est que l’on part, mais on ne sait pas du tout ce qu’on va faire là-bas. Avant de partir, Lili s’est souvent demandé « mais qu’est-ce que je vais faire là-bas ?! ». Elle n’avait pas le visa pour travailler, du coup quand elle est arrivée elle voulait se reposer et essayer de faire autre chose. Au début, elle passait son temps à régler des problèmes administratifs ou matériels, à savoir que c’était en portugais et avec un fonctionnement différent, du coup ça prenait du temps !

Par la suite, Lili a donné des cours de français, de manière officieuse et elle a continué à raconter son histoire sur Facebook. Au bout de 6 mois, elle a décidé de se mettre carrément à l’écriture, beaucoup plus sérieuse, elle est devenue écrivaine amateur.

saojosecampos

À son arrivée, Lili avait peur de se retrouver sans amis et sans activités, mais comme elle est sociable elle voulait créer des liens rapidement. Tout d’abord sur Facebook où il est facile de rencontrer des étrangers vivants dans n’importe quelle ville, ensuite grâce à l’école canadienne de son fils elle rencontre d’autres expatriés ou locaux, elle organise des cafés, elle s’est mise à la boxe thaïe, elle a créé un groupe de marche … du coup Lili a rencontré plein de gens rapidement.

Dans un premier temps, Lili a plutôt créé des liens avec des étrangers, car elle maitrise bien l’anglais. Pour les Brésiliens, cela a pris plus de temps pour se lier d’amitié avec eux. Au début, elle parlait plus anglais que portugais et Lili ressentait ça comme une frustration.

Le Brésil, un pays si différent

Une grosse différence entre la France et le Brésil va être la relation à l’autre. En France, on va avoir plus de retenue quand on ne connait pas les gens, on ne va pas se jeter sur eux, on va créer des liens par la suite. Ici au Brésil, il y a une chaleur humaine débordante, on est vite à faire des embrassades à tout le monde. Les gens sont très curieux, ils viennent vers vous dans la rue, ils vous souhaitent la bienvenue tout le temps, ils vous invitent rapidement chez eux pour un barbecue le weekend …

Son conjoint lui en parle beaucoup par rapport à son travail, car le manager va faire des embrassades à tout le monde le matin, c’est obligatoire avant une réunion. Lili nous dit qu’au début cela peut perturber, elle n’était pas habituée à tant d’embrassades.

Le relationnel est très important au Brésil. Par exemple, Lili est allée chez un ostéopathe et il l’appelait par son prénom, il lui a donné son numéro de téléphone personnel. Au début elle pensait que c’était un plan drague, mais en fait c’est normal, les médecins donnent facilement leurs numéros personnels en cas de problèmes.

Si elle devait faire un bilan après 2 ans au Brésil, Lili retiendrait principalement du positif. Le pays est magnifique, un climat de rêve, des gens chaleureux, qui ont toujours le sourire, qui adore les enfants. La famille a beaucoup voyagé ce fut une très belle expérience. Après, Lili nous dit qu’il y a eu des moments de stress, car le problème de la sécurité est toujours en toile de fond. Sinon, elle a découvert une nouvelle langue, une culture différente, ensuite la nourriture est intéressante avec de super jus de fruits ou les « pao de queijo » ou bien le barbecue tous les weekends. Lili aime aussi le côté festif, car il y a toujours quelque chose à fêter, tout le temps.

Le conseil principal de Lili pour une personne qui veut aller au Brésil est d’apprendre le portugais avant de venir pour éviter un peu de stress. Ensuite, elle nous dit qu’il faut se faire un maximum de relations que ce soit des Français ou toute nationalité et être très ouvert. Il ne faut pas hésiter aussi à découvrir le pays, il y a plein de paradis.

Après il faut se sensibiliser vis-à-vis de la sécurité, car les choses sont différentes au Brésil. Mais, il n’est rien arrivé à Lili en 2 ans au Brésil. Il suffit de ne pas faire n’importe quoi !

Femme d’expatrié, elle en profite pour écrire un livre

banniere

Pour les femmes d’expatriés, Lili conseille de ne pas faire trop de choses au départ, car il faut s’adapter au nouvel environnement et commencer à créer des liens. Idéalement il faut essayer de trouver un projet pour éviter de tomber dans une déprime. Cela peut aller à confectionner des habits, vendre des choses, se mettre à l’écriture, monter un blog, des ateliers cuisine … il y a pleins de choses à faire. Cela peut-être un moyen de changer d’activités.

En partant, Lili avait promis de faire un journal quotidien sur Facebook en racontant ses histoires, mettant des photos … Mais elle trouvait dommage de perdre son récit, du coup elle a commencé à tout rédiger et c’est devenu quelque chose qui a pris beaucoup de place dans sa vie. Au bout d’un an et demi, elle a terminé l’écriture du récit de sa première année au Brésil et elle a créé un blog pour le présenter et voir les réactions.

Lili aimerait bien trouver un éditeur et faire publier son livre en France. Il est intéressant de voir à quoi ressemble la vie d’expatrié, les hauts, les bas, les choses que les femmes d’expatriés n’osent pas vraiment dire …

On peut retrouver le blog de Lili sur : http://liliplumedobrasil.over-blog.com/

Sur ce blog vous pourrez lire quelques pages du livre de Lili.

Merci d’avoir écouté l’épisode #033 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas, je lirais avec attention ce que vous me dites !

Vous pouvez vous abonner au podcast directement sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael

Articles qui peuvent vous intéresser :

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l’étranger et changer leur vie.

6 commentairesLaisser un commentaire

  • Intéressant ce podcast! Bravo à Lili d’avoir été aussi active dès le départ! J’imagine que ce n’est pas évident de tout quitter pour suivre son mari mais elle a bien géré l’affaire je trouve! :-)
    Lili, est-ce que tu te verrais rester au Brésil (en dehors du lien avec ton mari et son boulot) ou bien tu te réjouis de rentrer en France? Et aussi, est-ce que tu serais prête à revivre une telle expérience dans un autre pays?
    A bientôt!

    • Bonjour Cynthia!

      Mon sentiment est complètement partagé! Beaucoup de choses me manquent en France et je me verrais bien rentrer un jour! …Mais quitter le Brésil va être difficile car je vais laisser de bons amis, certains qui sont devenus très proches et une douceur de vivre, un cadre magnifique, un climat agréable. Et envisager une autre destination me tenterais aussi! Avant de rentrer! Vive les voyages!

  • Ce podcast ne correspond pas du tout à mon projet, mais je l’ai trouvé très intéressant, merci d’avoir partagé ton expérience Lili, je te souhaite une très bonne continuation !

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend