Traverser la frontière

Devenir freelance et voyager autour du monde : est-ce fait pour vous ?

Article mis à jour le

Vous avez surement vu cette image surgir d’Instagram, Facebook ou d’un article de blog…

Celle d’un mec (et parfois une nana) allongé dans son hamac en train de bosser sur son Mac. Les palmiers au-dessus de sa tête et une longue plage de sable blanc comme décor. Le soleil brille aux éclats et on entendrait presque le murmure des vagues enveloppant le rivage…

Je ne sais pas pour vous, mais quand je vois quelqu’un bosser depuis le paradis, j’ai envie de faire pareil !

Imaginez-vous bosser depuis n’importe où dans le monde.

D’une plage à l’autre en Asie du Sud-Est, d’un petit chalet dans les Alpes, jusqu’aux métropoles bouillonnantes de New York ou Tokyo.

En plus de ça, pas de patron et pas d’horaires fixes.

Le rêve quoi !

Depuis quelques années, un style de vie est en train d’envahir le web : le nomadisme digital.

Avec ses fervents pratiquants appelés : « nomades digitaux » (en anglais « digital nomad »). Les freelances forment le gros des troupes de ces nouveaux travailleurs.

Il faut admettre que gagner de l’argent sous les tropiques, c’est tentant, non ?

Je suis nomade digital depuis 8 ans et j’ai rencontré des centaines de freelances sur tous les continents. Tous vous diront la même chose : la liberté du nomadisme est jouissive, mais il existe de nombreux inconvénients.

Devenir freelance est une excellente option si vous avez envie de changement, de quitter votre job, de voyager et de gagner en liberté, mais ce n’est pas pour tout le monde…

Dans cet article, nous allons répondre à 3 questions essentielles :

  • Ce style de vie est-il vraiment possible ?
  • Le nomadisme digital est-il fait pour vous ?
  • Comment pouvez-vous vraiment devenir freelance ?

Nomade digital : rêve ou réalité ?

En train de bosser depuis Bacalar dans le Yucatan (Mexique)

Devenir nomade digital, c’est donc la grande tendance du moment. On en parle dans les blogs, les podcasts, sur YouTube et même dans la presse grand public.

Mais savez-vous vraiment ce que cela signifie ?

Il faut d’abord être clair sur une chose : être nomade digital n’est pas un métier, c’est un mode de vie et une façon de travailler.

Le nomade digital gagne sa vie grâce à internet et aux nouvelles technologies, tout en étant géographiquement libre. Il peut changer régulièrement son lieu de vie et voyager tout en continuant son activité à distance.

Un nomade digital a uniquement besoin de deux choses pour survivre : une connexion wifi et un ordinateur.

Vu le développement d’internet partout dans le monde, les destinations ne manquent pas !

J’ai vécu aux Philippines, en Colombie, au Vietnam ou au Mexique en tant que nomade sans soucis. J’envisage de faire un tour en Polynésie l’année prochaine et j’ai lu avec étonnement qu’il y avait internet à haut débit là-bas. Au milieu de l’océan Pacifique !

Ce mode de vie a pris son essor grâce au développement d’Internet depuis 20 ans et suite à la publication du célèbre livre La Semaine de 4 heures de Tim Ferris. Il fut le premier à théoriser cette façon de travailler tout en voyageant.

Merci Tim !!

Aujourd’hui, on compte près de 5 millions de nomades digitaux (source). Ce chiffre explose année après année.

Que font vraiment ces nomades digitaux ?

Dans mon livre Voyage à Durée Indéterminée, je définis 3 typologies de nomades :

  • Les salariés en télétravail : ils travaillent pour une entreprise qui les autorise à travailler de chez eux ou depuis n’importe où dans le monde, dénommé en anglais « remote worker ».
  • Les freelances : ils possèdent un travail qui se réalise à 100% sur Internet et réalisent des missions avec différents clients.
  • Les créateurs d’activités : ils créent un business sur le web comme une startup, une application mobile, un blog, une chaine YouTube, service de formation… ils sont parfois appelés « webentrepreneur ».

Les trois catégories sont géographiquement mobiles et seule la première lie le nomade à une entreprise en particulier. Les freelances et webentrepreneurs sont eux libres de travailler sur les projets qu’ils souhaitent, où ils veulent.

Avantages / Inconvénients du mode de vie nomade digital

Après plusieurs années de nomadisme et de liberté, je n’ai aucune envie de revenir au statut salarié coincé dans son bureau. Par contre tout n’est pas aussi rose que le tableau laisse paraitre.

Les avantages :

  • Très peu d’argent est nécessaire pour démarrer
  • Possibilité de travailler partout dans le monde
  • Voyager autant que vous voulez
  • Créer son propre emploi et être indépendant
  • Vivre dans des pays pas chers et augmenter sa qualité de vie

Les inconvénients :

  • La masse de travail, on ne compte pas forcément ses heures
  • Incertitude sur les revenus d’un mois à l’autre
  • Dépendance au matériel et au wifi
  • Demande une forte discipline

Si tout ça vous plait et que vous avez envie de tenter l’expérience, restez avec moi. Nous allons maintenant discuter du meilleur moyen d’entamer ce nouveau style de vie.

Le freelance, nomade digital pragmatique

Au boulot !

Le télétravail peut être restrictif et créer une activité sur le web se révèle compliqué si vous n’y connaissez rien. Le freelance quant à lui peut démarrer rapidement et sans avoir besoin d’énormes compétences.

Générer des revenus rapidement depuis n’importe quel pays

Un freelance va réaliser des missions dans son domaine de compétences auprès d’un client. Il peut s’agit de réaliser un logo, créer un site Internet, écrire un article, monter une vidéo ou encore développer une application mobile.

Il est généralement payé à l’heure/jour/semaine ou au projet.

Pour trouver des missions, un freelance utilise les plateformes de freelances, son réseau ou va démarcher directement des clients potentiels (on en parle plus bas).

À savoir qu’un freelance peut travailler sur plusieurs projets en même temps.

L’avantage énorme de devenir freelance nomade, c’est de générer de l’argent à la demande.

S’il part 1 mois en vacances et que son compte en banque est vide, il peut le renflouer en travaillant intensément le mois d’après. Ce n’est pas comme un salaire qui tombe chaque mois, peu importe ce qu’il se passe. Ce système est plus incertain, mais aussi plus flexible.

Les 2 problèmes majeurs que rencontrent les freelances : trouver clients et percevoir une bonne rémunération.

Pour avoir une « boutique qui tourne », un freelance doit progressivement se construire un portfolio et avoir des clients réguliers. Avec le temps et le travail, les deux gros problèmes des freelances s’évaporent. Certains se targuent même d’avoir trop de demande !

Devenir freelance est le meilleur moyen d’entrer dans l’univers du nomadisme numérique.

Ce type d’activité est fait pour vous si vous possédez ces qualités :

  • Bosseur
  • Indépendant
  • Auto-discipliné
  • Organisé
  • Un brin de courage pour se lancer

Les 10 métiers les plus populaires pour devenir freelance

Il est possible de travailler en freelance sur une énorme quantité de métiers, voici les plus répandus :

  • Rédacteur web
  • Traducteur
  • Webdesigner
  • Développeur (web et applications mobile)
  • Copywriter
  • Spécialiste webmarketing (référencement, publicité, emailing…)
  • Community manager
  • Assistant virtuel
  • Photographe
  • Vidéaste, monteur vidéo

Personnellement, j’ai travaillé en freelance en tant qu’expert Adwords (publicité) et rédacteur web. Au cours de ces dernières années, j’ai privilégié mes activités de blogueurs et écrivain. Malgré tout, j’envisage de revenir au freelancing en tant que copywriter.

Écrire des livres ne rapporte pas énormément d’argent, les missions en copywriting, si !

Quelques exemples de freelance nomade

Amélie bosse… ou pas !

Si vous avez encore des doutes, découvrez ici une liste de freelances qui sont devenus nomades :

  • Alizé et Maxime : Ce couple voyage en van à travers l’Europe avec un enfant, Maxime est développeur web et crée des sites Internet (écouter le podcast)
  • Amélie : Webdesigner, elle vit actuellement à Medellín en Colombie (écouter le podcast)
  • Nastasya : Blogueuse et rédactrice web, elle a vécu en Thaïlande, Angleterre, Australie, Bosnie … (écouter le podcast)
  • Lucie : blogueuse et traductrice freelance, elle a vécu un peu partout… (voir son blog)
  • Loris : Vidéaste spécialisé dans le voyage, tous les mois il est dans un nouveau pays (voir son Instagram)
  • Eric : célèbre photographe freelance, il est nomade depuis deux ans (voir son blog en anglais)

Il y a un mois, j’ai rencontré un français qui vit à Guanajuato (Mexique). Ingénieur de formation, il a longtemps vécu à Toulouse puis a déménagé ici pour suivre sa copine. En quelques semaines, il a trouvé un job de freelance en modération de communauté, puis en traduction. Les deux sur Upwork, une des plateformes préférées des freelances.

On se croise souvent dans un café où je vais bosser tous les matins. Il gère son emploi du temps comme il souhaite et avec un cout de la vie plutôt faible ici, il vit bien !

Les étapes pour se lancer en freelance

À vous la liberté ?

Vous êtes convaincu par le freelancing ? Vous avez envie de vous lancer ?

Sachez que même si vous n’avez pas les compétences, vous pouvez devenir freelance. Nous avons tous commencé de zéro !

Voici le système de base pour devenir freelance :

1) Réaliser un audit de vos compétences

Dans un premier temps, vous devez examiner vos compétences. Un freelance échange ses compétences contre de l’argent. Sans elles pas d’argent. Je vous rassure, vous n’aurez pas de diplôme à obtenir, certains métiers sont plus accessibles que l’ont pense.

Voici quelques questions pour vous guider :

  • Qu’est-ce que je sais faire ?
  • Dans quel domaine je suis doué ?
  • Puis-je tirer des choses de mes études ou mes expériences de travail ?
  • Quel service puis-je offrir ?

Pour certains, cela va couler de source, pour d’autres, je peux déjà apercevoir votre mine désespérée. Ne vous inquiétez pas.

Si vous ne pensez pas avoir de compétences « monétisables », réfléchissez à vos passions ou vos talents. Puis tournez-vous vers les choses qui vous ressemblent le plus : la créativité, l’écriture, la technique, la pédagogie…? Avez-vous un côté geek ? Aimez-vous dessiner ? Avez-vous une passion pour les chiffres ?

Dans le domaine du freelancing, il y en a pour tout le monde, mais il est essentiel de penser à l’aspect financier et la rentabilité de votre choix.

Par exemple, si vous adorez les jeux vidéos, vous ne serez pas payé pour jouer devant votre télé. En revanche, écrire des scénarios, concevoir le design ou programmer les jeux vidéos, cela peut rapporter gros.

Il est important de choisir un domaine dans lequel vous prendrez plaisir à travailler et à développer vos compétences.

Si vous êtes perdu, regardez les métiers (triées par catégories) sur ces deux sites qui proposent des missions en freelance, cela vous donnerez des idées :

2) Développer vos compétences et vous former

OpenClassRooms : l’un des meilleurs sites pour se former

Une fois que vous avez déterminé votre domaine d’activité, il est essentiel de vous former pour acquérir de nouvelles compétences. Ce sont elles que les employeurs recherchent. Ce sont elles qui remplissent votre compte en banque.

Si vous codez des sites internet depuis que vous êtes adolescents et que vous avez travaillé plusieurs années, vous avez déjà les compétences pour être freelance. Mais pour certains d’entre vous, il faudra partir de plus bas, voire de zéro.

Sachez que beaucoup d’employeurs ne recherchent pas des freelances sur-diplômés ou avec 10 ans d’expérience. Parfois, il ne vous suffira que de quelques mois pour vous former.

Aujourd’hui, vous pouvez tout apprendre ou presque sur Internet. Et c’est bien souvent gratuit.

Entre les millions de blogs, les milliards d’heures disponibles sur YouTube et les plateformes de cours en ligne, vous avez un choix énorme !

Par exemple, sur le site OpenClassrooms, vous pouvez apprendre gratuitement à développer une application mobile Android, compétence très rentable de nos jours.

N’oubliez pas les livres. Peu cher, ils peuvent se rendent extrêmement utiles.

Enfin, rien ne vous empêche de suivre également des formations plus classiques dans l’enseignement supérieur ou dans des écoles spécialisées.

3) Démarcher pour trouver vos premières missions

Dans 90% des cas, vous devrez activement rechercher des missions. En tout cas au début de votre carrière de freelance. Les clients (c’est-à-dire les employeurs) tombent rarement du ciel.

Une fois que vous avez une compétence, il faut trouver des missions pour vous faire main et gagner en expérience. C’est une partie que peu de freelances aiment, mais elle est indispensable.

Les 3 méthodes pour trouver des clients :

Malt, une référence pour les freelances en France

a) les plateformes de freelance

Il s’agit de sites Internet qui mettent en relation les employeurs et les freelances. Vous y trouverez des milliers de missions disponibles auxquelles vous pouvez postuler.

Voici les sites les plus connus :

b) le réseau

Vous pouvez aussi mobiliser votre réseau (connaissance) afin de trouver des missions. Cela peut être votre famille, des amis, des collègues, potes de lycées, etc.

L’objectif est de faire savoir à un maximum de monde que vous débutez votre carrière de freelance. Dites-leur vos compétences et que vous êtes à la recherche de clients pour travailler.

c) le démarchage direct

Ici, vous devez contacter directement des clients potentiels et leur proposer vos services.

Imaginons que vous êtes webdesigner. Vous pouvez naviguer Internet et dès que vous voyez un logo moche ou complètement démodé, contactez le propriétaire du site. Offrez-lui vos services pour refaire un logo qui claque, dans l’air du temps.

Dans les 3 méthodes de démarchage, il est important de bien présenter votre offre et d’identifier le besoin de vos prospects.

4) Travailler et enfin devenir freelance nomade

Entre deux séances de boulot, balade à la plage (Vietnam)

Si tout se passe pour le mieux, vous avez décroché vos premiers contrats et vos premiers euros en tant que freelance. Yeaaaaaah !!

C’est maintenant le début d’une aventure encore plus folle : travailler et voyager en même temps.

Le nomadisme digital est maintenant à votre portée. Vous n’allez surement pas bosser depuis un hamac au bord de la plage, car franchement ce n’est pas vraiment pratique. Mais vous serez en mesure de voyager dans les pays qui vous font rêver, tout en financement vos aventures grâce aux activités de freelance.

Il faudra évidemment continuer à trouver des clients, à travailler et à développer vos compétences. À la clé, un salaire que vous générez depuis n’importe où sur la planète.

Ce plan en 4 étapes vous donne la trame générale à suivre. Nous allons parler d’un système complet, pas à pas, un peu plus bas.

4 conseils supplémentaires :

  1. Pour les 100% débutants, il faut au moins compter 3 mois de travail/formation avant de toucher vos premiers euros.
  2. Il est conseillé de développer vos compétences en France (ou votre pays de résidence) avant de partir à l’autre bout du monde. Sinon, vous risquez de stresser sur les rentrées d’argent, sans profiter du voyage.
  3. Partez avec des économies ! Au moins de quoi vivre 2 mois et vous payer un billet retour.
  4. La vie de nomade digital, ce n’est pas une vie de vacances illimitées. Il faudra bosser et trouver votre équilibre.

Le système complet pour devenir freelance nomade

La fameuse photo sur le hamac (sur le sérieux site du Guardian)… C’est joli, mais sachez qu’il est quasi impossible de travailler dans ces conditions !

Logiquement avec toutes les infos que je viens de vous donner, vous avez de quoi avancer : sur vos réflexions, votre choix d’activité, le développement de vos compétences…

Par contre, je sais que 90% d’entre vous ne passeront pas à l’action.

J’entends déjà : « Ce n’est pas le bon moment, je n’ai pas envie d’apprendre un nouveau métier, mes parents ne vont jamais accepter, je ne sais pas par où commencer, je ne suis pas légitime… »

Des raisons, il y en a plein.

Ce n’est pas grave.

Vous passerez peut-être le cap plus tard…

Mais pour les plus sérieux, il existe une méthode qui va propulser votre carrière de freelance à une vitesse fulgurante.

Si vous souhaitez éviter de perdre du temps et gagner de l’argent rapidement avec vos premières missions, Nastasya va vite devenir votre meilleure amie grâce à son livre.

Elle a longtemps travaillé dans le service marketing d’une grosse entreprise, puis un jour elle en a eu marre et a tout plaqué pour faire le tour du monde. En revenant en France, encore sur son petit nuage, elle s’est rendu compte qu’elle n’avait aucune envie de revenir à sa vie précédente. Elle s’est alors créé son propre job : freelance en rédaction web.

Elle n’y connaissait rien, mais cela ne l’a pas empêché de se lancer.

C’était il y a 3 ans et depuis elle travaille tout en voyageant aux quatre coins de la planète.

En 2018, elle a écrit un livre pour raconter son histoire, mais surtout pour accompagner toutes les personnes voulant devenir freelances et gagner leur liberté.

Le livre s’appelle : Comment devenir freelance

(oui, oui, elle ne s’est pas cassé la tête sur le nom ! )

À l’intérieur, vous allez retrouver son système complet qui lui a permis de vivre de son activité. C’est exhaustif et lorsque je l’ai relu, je ne savais pas ce que j’aurais pu y ajouter.

Son livre (qui ressemble plus à une formation) est organisé en 7 parties :

  • Comment choisir son activité ?
  • À qui proposer mes services ?
  • Que dire à mes futurs clients ?
  • Comment établir mes tarifs ?
  • Où trouver mes premiers clients ?
  • Comment déclarer mes activités ?
  • Comment organiser ma nouvelle vie de freelance ?

Elle aborde en détail chaque point essentiel de la vie d’un freelance débutant.

Bon, je dois vous dire un truc : Nastasya, c’est ma pote. Depuis que je l’ai rencontré à Bruxelles en 2016, on s’entend vachement bien. Elle m’a même hébergé chez elle, lorsque j’ai fait mon voyage à vélo Paris/Téhéran. Elle vivait à Sarajevo (en Bosnie) et m’a offert un lit douillet dans son chouette appartement.

Avec Nastasya à Millau (pour un salon de blogueurs)

Mais les sentiments ne m’empêchent pas d’être objectif.

Je pense que son livre est la meilleure ressource francophone sur le sujet des freelances (je vois déjà ses chevilles enfler en lisant ça…).

Il explique comment vraiment passer à l’action sans faire des erreurs qui peuvent couter cher. Tout y est expliqué clairement, avec des exemples concrets et sans charabia. En plus, vous avez le droit à une tripotée de bonus (comme des modèles de devis ou une liste des outils pour freelance) et des interviews d’autres nomades.

Vu le prix du livre, l’investissement sera vite remboursé dès votre première mission en freelance !

Bref, si vous êtes sérieux pour devenir freelance, je pense qu’il s’agit du meilleur moyen pour y arriver, sans galérer tout seul dans votre coin.

Retrouvez tous les détails de son livre en cliquant ici

Voilà, vous savez tout !

J’espère avoir répondu à vos questions et que vous avez pu apprendre quelques trucs sur les nomades digitaux et la carrière de freelance.

Quitter la vie métro-boulot-dodo pour une vie remplie de voyages et de liberté est la meilleure décision que j’ai prise.

Je vous le souhaite aussi.

Les débuts sont parfois difficiles, mais une fois que vous pouvez travailler tout en voyageant, c’est le pied total ! Si vous pensez que c’est fait pour vous, n’hésitez plus.

À vous de jouer !

– Michael

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Michael

Auteur et Entrepreneur nomade, Michael est le créateur de Traverser La Frontière. Passionné de voyage, il a créé ce site pour aider et inspirer tous ceux qui ont envie de voyager, partir vivre à l'étranger et changer leur vie.

10 commentairesLaisser un commentaire

  • Merci beaucoup pour ton article. Comme toujours il est très intéressant et c’est avec plaisir que je l’ai lu.

    Je ne suis par contre pas encore certaine de vouloir franchir le pas.

    Mais vraiment un grand merci pour tous ces conseils et pour le travail que tu fais.

    Bonne continuation à toi.

  • Salut Michael,
    Merci pour tout ton travail. Je t’ai découvert en allant à Da Nang, en me renseignant sur la ville où je suis resté 1 mois. Mes promenades quotidiennes sur My Kee Beach ont fini je crois de me convaincre sur la vie de nomad digital, je suis graphiste, j’ai juste besoin d’une petite mise à jour et c’est partiii. Au plaisir d’échanger un jour avec toi. Bon voyage ! Thomas

    • Salut Thomas ! Oui Da Nang, c’est bien sympa. Et il y a une petite communauté de nomade digital là-bas.
      Graphiste ? C’est parfait alors :)

  • Salut merci pour tout tes articles, après avoir lu ton livre sur le VDI, que je pratique déjà. Je poursuis mes lecture sur ton blog. Et mes envies de digital se précise grâce à toi.

  • Bonjour Michael
    Merci pour ton article très intéressant. Cela fait maintenant des mois que nous travaillons à partir en voyage en famille (à 3) couplé à une activité à distance pour moi. C’est sur ça ne va pas être simple tous les jours, mais je ne veux pas avoir de regret. L’envie de partir est présente depuis des années pour nous. Ton livre nous a beaucoup aidé pour déclencher notre projet.
    Merci à toi ;)

Laisser un commentaire

Je vous remercie par avance de participer à la discussion et d'ajouter votre commentaire. Sachez que tout ce qui ressemble à du spam sera supprimé. Votre email ne sera pas visible.

Send this to friend