Traverser la frontière

Auteur -Michael

TLF 064 : Comment voyager 10 ans sans revenir en France

Envie de voyager pendant de longues années ?

Dans cette interview, retrouvez Sandro qui vient tout juste de revenir en France après un voyage de … 10 ans ! Oui, vous ne rêvez pas !

Vous allez découvrir comment il a fait pour voyager autant de temps, son budget, son itinéraire, ses différents boulots à travers le monde ou encore pourquoi il a décidé de rentrer en France.

Écoutez tout de suite l’épisode (48 min) :

Lire la suite

TLF 063 : Sophie vit à Édimbourg en Écosse depuis 4 ans

L’Écosse vous a toujours tenté ? Vous avez envie d’y vivre un petit moment ?

Dans cette interview, retrouvez Sophie qui s’est expatriée à Édimbourg, la capitale écossaise, il y a maintenant 4 ans.

Vous allez découvrir son parcours depuis ses études à Angers, jusqu’à Édimbourg, en passant par l’Allemagne ou l’Espagne, à quoi ressemble sa vie en Écosse ou encore ses conseils pour choisir son pays d’expatriation.

Écoutez tout de suite l’épisode (44 min) :

Lire la suite

TLF 062 : Comment devenir réalisateur de vidéos de voyage

Envie d’être payé pour faire des vidéos à travers le monde ?

Dans cette interview, retrouvez Florian qui a décidé de combiner et vivre de ses deux passions : celle du voyage et de la vidéo.

Vous allez découvrir son parcours mouvementé depuis 10 ans, comment il est devenu réalisateur de vidéos de voyage et ses meilleurs conseils pour suivre son chemin.

Écoutez tout de suite l’épisode (53 min) :

Lire la suite

Comment je finance mes voyages depuis 8 ans

C’est LA question que tout le monde me pose depuis que j’ai commencé Traverser La Frontière :

Michael, comment fais-tu pour financer tous tes voyages ?

Depuis 8 ans et mon séjour Erasmus à Bratislava, j’ai passé la plupart de mon temps à l’étranger, entre voyage et expatriation. Dorénavant, je suis en voyage à durée indéterminée, sans date de retour. J’explore le monde où je veux et quand je veux. Vous pouvez en faire autant si vous le désirez vraiment.

Je dévoile tout sur le financement de mes voyages dans la vidéo et l’article ci-dessous :

Détails sur le financement de tous mes voyages

Vous pouvez retrouver tous les éléments évoqués (liste de jobs pour voyageurs, devenir nomade digital…) dans la vidéo dans mon dernier livre : Voyage à Durée Indéterminée.

Je réponds à vos questions :

Pour d’autres conseils en vidéo, sachez que je réponds à toutes vos questions sur le voyage et la vie à l’étranger sur ma chaine YouTube.

2008 : Erasmus en Slovaquie

  • Lieu : Bratislava
  • Durée : 5 mois
  • Budget approximatif : 600€ / mois
  • Financement : Bourse sur critères sociaux + Bourse Erasmus + Économies (job d’animateur en centre de loisirs)

Plus d’infos sur ce voyage ici

2008/2009 : PVT Canada (+Voyage USA)

  • Lieu : Toronto + visite de Chicago, Boston, New-York, Washington, Miami
  • Durée : 6 mois
  • Budget approximatif : 1200€ / mois
  • Financement : Petits jobs à Toronto (serveur, voiturier…) + Économies pour les premières semaines

Plus d’infos sur ce voyage ici

2011 : Apprentissage de l’espagnol en Espagne

  • Lieu : Grenade + voyages en Andalousie
  • Durée : 6 mois
  • Budget approximatif : 600€ / mois
  • Financement : Économies de mon CDI en France + Revenus de mon entreprise

2012 : Voyage backpacker aux Philippines

  • Lieu : Manille, Palawan, Cebu, Bohol, Dumaguete, Puerto Galera…
  • Durée : 6 mois
  • Budget approximatif : 700€ / mois
  • Financement : Revenus de mon entreprise

Plus d’infos sur ce voyage ici

4 years ago I did an amazing 6 months trip in The Philippines. I finally tell all the stories on my blog. Link on bio 😉

Une publication partagée par Michael Pinatton 🇫🇷 (@michaelpinatton) le

2014/2015 : Tour du Monde

  • Lieu : Indonésie, Californie, Colombie, Équateur, Pérou, Brésil
  • Durée : 11 mois
  • Budget approximatif : 1000€ / mois (hors billet d’avion TDM)
  • Financement : Économies de la revente de l’entreprise

2016 : Expatriation en Espagne et Roumanie

  • Lieu : Barcelone en Espagne et Cluj-Napoca en Roumanie
  • Durée : 5 mois à Barcelone et 6 mois en Roumanie
  • Budget approximatif : 900€ / mois à Barcelone et 600€ / mois en Roumanie
  • Financement : Économies de la revente de l’entreprise + Revenus du blog et des livres

2017 : Voyage en Asie

  • Lieu : Vietnam
  • Durée : 3 mois (+ probablement toute l’année)
  • Budget approximatif : 700€ / mois
  • Financement : Économies de la revente de l’entreprise + Revenus du blog et des livres + freelance en rédaction web

À savoir sur le financement de mes voyages

Ma situation de départ est tout ce qu’il y a de plus classique et tout le monde peut faire pareil. Ensuite, j’ai découvert l’univers du marketing sur Internet et j’ai compris qu’il était possible de générer des revenus en ligne, peu importe où je vivais.

Plus d’info sur le nomadisme numérique ici.

Il faut savoir que pour tout ce que j’ai fait, je suis parti de zéro, comme tout le monde !

Je ne suis pas né voyageur, je ne suis pas né entrepreneur, je ne suis pas né auteur. En soi, tout le monde peut faire pareil que moi, pour cela il faut être motivé, vouloir apprendre et beaucoup travailler. Cela m’a pris 8 ans pour arriver où j’en suis actuellement.

Comme vous pouvez le voir, je dépense peu d’argent et mon budget voyage n’est pas aussi élevé qu’on pourrait l’imaginer.

Deux raisons à cela : je voyage plutôt dans des pays avec un faible cout de la vie et j’ai un style de vie simple. Je ne fais pas de dépenses extravagantes, je n’ai pas de crédit, de maison, de voiture et toutes mes affaires tiennent dans un sac à dos.

C’est un choix de vie qui me rend heureux.

De nos jours, chacun peut faire le choix de vivre comme il l’entend.

Vous avez le choix.

Le secret pour voyager pendant des années

Si vous souhaitez voyager durant plusieurs années, voici le grand secret :

Soit vous partez avec de bonnes économies et voyagez pas cher

Soit vous travaillez en voyageant.

C’est tout !

Il n’y a pas de pilule magique ou de formule secrète que les gens gardent pour eux.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre, j’ai écrit un livre ultra complet qui vous expliquera comment voyager des années, avec n’importe quel budget. Un condensé de mes 8 années d’expérience à travers le monde.

Ce livre s’appelle Voyage à Durée Indéterminée et il est disponible sur Amazon

– Michael

TLF 061 : Une famille sort du cadre et teste le mode de vie « nomade digital »

Une famille peut-elle travailler sur Internet et voyager à l’infini ?

Dans cette interview, retrouvez Christine et Patrice qui ont décidé d’opter pour une vie de nomade numérique et travaillent en voyageant avec leur enfant Logan.

Vous allez découvrir pourquoi ils ont quitté leur vie sédentaire, leur organisation pour voyager en famille, la scolarité de leur enfant ou encore comment ils financent ce mode de vie.

Écoutez tout de suite l’épisode (49 min) :

Lire la suite

Je ne parle pas la langue du pays donc je ne voyage pas

Cet article est le chapitre 4 du livre Voyage à Durée Indéterminée

La quatrième idée reçue qui vous empêche de voyager est celle de la langue.

Vous envisagez de partir dans un pays dans lequel vous ne parlez pas la langue et cela vous bloque.

Vous avez l’impression que vous ne pourrez pas communiquer, que vous en profiterez moins, que vous serez un peu moins en sécurité ou que cela va tout simplement vous empêcher de voyager.

J’ai déjà ressenti ça, rassurez-vous c’est normal ! Si vous n’êtes jamais parti, la tâche parait insurmontable, mais en soi, elle est beaucoup plus abordable que vous ne le pensez.

Pensez-vous qu’il est indispensable de parler une langue étrangère pour voyager ? Si des millions de Français apprennent des langues étrangères, pourquoi n’en seriez-vous pas capable ?

Si la langue est un frein, vous allez découvrir comment j’ai pu apprendre des langues étrangères, le changement de mentalité qu’il faut opérer et les solutions afin d’apprendre en voyage.

Mon départ pour l’Espagne en partant de zéro

À Grenade, pas besoin de parler espagnol pour faire la fête !

En mai 2011, j’ai quitté mon appartement parisien pour vivre à Grenade en Espagne. Je me souviens que mon niveau d’espagnol était littéralement à zéro ! À part « hola » et « gracias », je ne savais rien d’autre. J’ai eu la bonne idée de prendre allemand en deuxième langue !

Les objectifs de ce voyage étaient d’apprendre l’espagnol, de vivre une nouvelle expérience à l’étranger et de me mettre un peu en danger.

En y repensant, je ne me suis pas trop mal débrouillé. Lors de mes débuts en Andalousie, j’ai réussi à trouver une colocation, acheter une carte SIM ou encore faire des connaissances sur place. Mon guide de conversation m’a littéralement sauvé de beaucoup de situations.

Pendant quelques mois, j’ai suivi des cours d’espagnol, j’ai étudié tout seul, j’ai pratiqué au maximum et franchement quand je suis parti au bout de six mois, mon espagnol était correct. Je pouvais m’exprimer sans trop de difficultés et je pouvais comprendre les gens, même si les Andalous ont un accent à couper au couteau !

Le challenge paraissait pourtant vraiment compliqué au début, voire insurmontable.

Mais comme tout dans la vie, vous pouvez tout apprendre et vous adaptez à chaque situation. Apprendre une langue étrangère ne doit pas vous rebuter, au contraire. D’ailleurs, plus vous serez en immersion, plus ce sera rapide !

Je suis allé dans des pays où je ne parlais absolument pas la langue comme l’Indonésie, Taïwan, la Bulgarie, le Brésil. Pourtant j’en suis sorti vivant.

À Taïwan, les gens parlaient chinois et quasiment pas anglais, je ne comprenais même pas le menu dans les restaurants. Plutôt que d’être frustré, je m’en suis amusé et j’ai tenté d’apprendre quelques mots. Je me suis rendu compte qu’il faut voir cette barrière de la langue comme un challenge et une opportunité plutôt qu’un frein qui vous retient de voyager.

J’ai rencontré trop de personnes en France qui ne voulaient pas partir à cause de cela :

  • « Je suis trop nul en anglais »
  • « Je n’ai jamais été bon en langues »
  • « Je ne vais pas comprendre les gens si je pars là-bas »
  • « Et s’il m’arrive quelque chose, comment vais-je faire ? »

Honnêtement, de nos jours, la barrière de la langue est de moins en moins importante, il n’a jamais été aussi simple de communiquer et cela ne doit aucunement vous retenir de partir !

Apprendre les bases d’une langue étrangère

Baragouiner quelques mots est suffisant pour draguer (toujours en Espagne)

Si vous ne devez faire qu’une seule chose pour voyager : apprenez les bases de l’anglais.

Il s’agit de la langue la plus répandue dans le monde et la plus utile lorsque vous voyagez.

Que ce soit pour communiquer avec des locaux ou avec d’autres voyageurs. Si vous avez un anglais « scolaire », il va falloir se mettre à réviser et apprendre à le parler un peu plus. Si vous aimez regarder des films et séries, les mettre en anglais peut incroyablement vous aider.

Si vous avez un pays particulier en tête, vous pouvez directement apprendre la langue dudit pays. Si c’est l’Argentine qui vous fait rêver, apprenez l’espagnol tout de suite. Votre intégration sur place sera facilitée.

Il existe une multitude de moyens d’apprendre une langue étrangère. Je conseille généralement d’éviter les méthodes trop lourdes et ennuyeuses. Optez pour les applications mobiles comme Duolingo ou Mosalingua, des sites Internet interactifs ou parler avec des locaux par Skype. Cela sera plus intéressant pour vous et permettra de vous immerger dans une autre culture rapidement.

Tout le monde peut apprendre une langue étrangère, peu importe si votre niveau à l’école ou votre âge, notre cerveau est conçu pour apprendre et mémoriser les choses.

Je n’étais pas doué en langues à l’école, mais je suis maintenant trilingue : je parle couramment français, anglais et espagnol. Et je baragouine en portugais et en roumain. Avec un peu de motivation, tout est possible dans la vie !

Les smartphones peuvent vous sauver

Nous avons tous, ou presque, un smartphone entre nos mains et il peut devenir un précieux allié quand vous partez en voyage. Avec certaines applications de traduction, vous pouvez télécharger un dictionnaire et l’utiliser en direct.

Utilisation de Google Traduction au Brésil :

Je me souviens avoir souvent utilisé Google Traduction lorsque j’étais en Indonésie pour communiquer en « bahasa », la langue locale. Dès que j’avais vraiment besoin de quelque chose, notamment chez le coiffeur, je tapais mes phrases en français et je montrais le résultat de la traduction à mon interlocuteur, cela marche quasiment à chaque fois. Maintenant, vous pouvez même parler dans l’application qui va « dire » la traduction, c’est complètement dingue ! Avec ce genre d’applications, vous pourrez vous faire comprendre partout dans le monde.

De plus, plein de nouvelles applications mobiles vont vous aider à apprendre la langue, assimiler le vocabulaire, dire des phases qui sauvent… Duolingo, Mosalingua ou Babbel sont les exemples les plus connus. Je me souviens avoir basé mon apprentissage de portugais pour mon voyage au Brésil grâce à Mosalingua.

D’ailleurs, j’avais même réalisé un « défi portugais » où je réalisais des vidéos quotidiennes montrant mes progrès dans la langue. Au bout d’un mois, je commençais à m’exprimer correctement en portugais et j’arrivais à tenir une conversation après deux mois.

Je parle portugais après 20 jours dans cette vidéo :

Parlez avec vos mains

La communication non verbale est aussi importante que la communication verbale pour vous faire comprendre.

Vous pouvez utiliser le langage corporel et vos mains pour « parler », il s’agit d’un langage universel que tout le monde comprend. Vous pouvez dire « j’ai froid » ou « j’ai faim » sans ouvrir votre bouche et c’est pareil pour des milliers d’autres choses. Faites des mimes, des bruits, des imitations ou parlez avec vos mains pour communiquer. Vous vous en sortirez avec quelques fous rires en perspective.

Vous pouvez même dessiner pour communiquer si vous n’êtes pas trop mauvais avec un crayon entre vos mains.

Guide de conversation

Mon sauveur

Il existe maintenant de nombreux guides de conversation dans la majorité des langues : anglais, espagnol, portugais, japonais, italien, etc. Ils constituent une excellente alternative à l’apprentissage d’une langue de façon plus formelle.

Un guide de conversation est un livre de poche dans lequel vous trouverez généralement :

  • Les mots et expressions les plus utiles pour les voyageurs ;
  • Un dictionnaire ;
  • Notions de grammaire de base.

Je me souviens en avoir acheté un lorsque je suis parti en Espagne. Les deux premiers mois, il ne m’a pas quitté et m’a vraiment aidé. Très pratique, je recommande chaudement les guides de conversation pour vos voyages.

À savoir que le Guide du Routard a édité un livre spécialement conçu pour contrer la barrière de la langue : G’palémo. Avec ce livre, vous pourrez communiquer partout dans le monde sans trop de soucis, grâce aux images mimant des situations courantes en voyage. En l’emmenant avec vous, vous vous ferez comprendre facilement.

Fiche de secours

Parfois, je n’ai pas forcément envie d’acheter des guides de conversation, surtout si je reste peu de temps dans un pays. Je fais alors ce que j’appelle une fiche de secours, une méthode un peu « old school », mais qui fonctionne.

Je note tous les mots et les expressions qui me semblent importantes pour un voyage. Par exemple, bonjour, merci, au revoir, les chiffres… et je note à côté les traductions que je trouve sur Internet. Je garde tout cela dans mon calepin de voyage toujours à portée de main. Cela m’a toujours été utile.

Je vous assure que le fait de connaitre quelques mots peut changer votre voyage. Les locaux sont toujours ravis d’entendre des étrangers essayer de parler leurs langues, vous ferez un bel effet auprès d’eux et vous aurez un capital sympathie plus important.

Mise à jour : Mon voyage au Vietnam et la difficulté de communiquer

Dans les rizières au nord du Vietnam !

Le 5 décembre 2016, je suis arrivé au Vietnam pour un voyage de minimum 3 mois en sachant pertinemment que le niveau d’anglais était plutôt bas. Je m’attendais à avoir beaucoup de difficultés à échanger avec les locaux et ça n’a pas loupé !

Durant mes interactions avec les Vietnamiens, je dirais que :

  • 70% ne parlent pas du tout anglais
  • 20% ont des connaissances de base en anglais
  • 10% parlent couramment anglais

Est-ce que cela m’empêche pourtant de vivre un voyage incroyable ? Absolument pas.

Oui, cela est parfois frustrant de ne pas discuter avec certaines personnes, mais dans tous les cas j’arrive à me faire comprendre. Que ce soit avec des signes, Google Traduction ou autres. Je ne laisse pas la langue se mettre en travers de mes envies de découverte.

D’ailleurs, j’ai commencé à prendre des cours de vietnamien ! Malgré la difficulté de la langue, je me lance ce challenge et vous devriez tous faire pareil, peu importe le pays dans lequel vous vous trouvez !

Ce qu’il faut retenir :

  • On peut voyager dans un pays étranger sans en connaitre la langue
  • Le plus important est d’avoir de bonnes bases en anglais
  • Il faut appréhender l’apprentissage d’une langue comme un challenge, non un frein
  • Utilisez votre smartphone pour communiquer dans un pays étranger
  • N’hésitez pas à utiliser des guides de conversation ou une fiche de secours à emporter avec vous

Livre : Voyage à Durée IndéterminéeCet article est un extrait du livre Voyage à Durée Indéterminée qui est disponible depuis 10 janvier 2017 au format papier, ebook et PDF.

C’est le livre parfait si vous avez envie de faire un voyage au long cours, mais que vous n’avez jamais franchi le pas. Il détaille comment surmonter vos peurs, voyager moins cher, gagner de l’argent à l’étranger ou encore comment planifier votre aventure.

TLF 060 : Prendre un congé sabbatique et partir seule en Asie

Envie de quitter votre job pour voyager ? De prendre un congé sabbatique ?

Dans cette interview, retrouvez Vanessa qui a décidé de quitter Paris et son travail dans les assurances pour voyager seule en Asie pendant 8 mois.

Vous allez découvrir pourquoi elle est partie, comment elle a préparé son voyage, en quoi le voyage a changé sa façon de penser ou comment il a précipité sa reconversion professionnelle.

Écoutez tout de suite l’épisode (42 min) :

Lire la suite

Vos excuses pour ne pas voyager, c’est de l’histoire ancienne

Deux ans.

Cela fait deux ans que j’ai commencé Traverser La Frontière.

Après des débuts laborieux, les résultats de mon travail commencent à montrer le bout de son nez avec de plus en plus de personnes qui prennent le train en route avec moi (voir le bilan).

Pourtant, tous les mois je me demande si je dois continuer.

Je me trouve des excuses pour tout arrêter et ma motivation descend 100 pieds sous terre. Avec 2 ans de travail acharné et un salaire au niveau du SMIC roumain, ce n’est pas reluisant.

Puis je me trouve des excuses pour avancer et ma motivation remonte haut dans le ciel, à toucher les étoiles. Avec plus de 10 000 personnes par mois sur le blog et 50 000 téléchargements du podcast, je me concentre sur les signes positifs.

Mais depuis deux ans, je me suis rendu compte d’un truc :

Beaucoup de personnes se mettent elles-mêmes des bâtons dans les roues.

Elles s’inventent un tas d’excuses pour ne pas agir, ne pas avancer et surtout ne pas voyager. Vous en faites peut-être partie, mais cette période est maintenant révolue.

Choisir la facilité

lazy-palawan

Se donner des excuses pour ne pas avancer, c’est la chose la plus simple à faire au monde.

Je suis le premier à m’en donner.

Je dois écrire un nouvel article aujourd’hui. Je peux repousser ma deadline de 48H pour que je puisse regarder des vidéos sur le marketing…

Je dois me lever à 6H et aller courir à 7H. Je n’ai pas trop d’énergie, je peux reporter mon footing dans la soirée…

Je dois appeler ma maman qui se fait du souci pour moi, car je suis à l’autre bout du monde. Entre temps, j’ai trouvé des potes de voyage avec qui aller boire des coups, le coup de fil attendra…

On se donne des excuses pour éviter de faire des choses qui nous prennent trop d’énergie ou qui nous semblent trop dures à faire.

Pour certains, économiser de l’argent, acheter un billet d’avion et planifier un voyage, c’est trop compliqué et le jeu n’en vaut pas forcément la chandelle.

  • « Oui, j’aimerais partir, mais je ne peux pas voyager seul »
  • « Il me faut plus d’argent pour voyager »
  • « Je dois à tout prix finir mes études avant de voyager »
  • « C’est trop risqué de voyager en Amérique du Sud »
  • « Je ne peux pas quitter mon boulot comme ça »
  • « Ma copine n’a pas envie de voyager, je ne peux pas partir sans elle »
  • « J’ai dépassé l’âge de voyager, c’est pour les jeunes un tour du monde »
  • Etc.

Une excuse prend quelques secondes à formuler. C’est facile.

Prendre une décision et mettre en place concrètement les actions pour la réaliser prend des heures, des jours, des mois ou des années. C’est beaucoup plus difficile.

Selon vous, quelle option notre cerveau choisit-il quotidiennement ?

Dorénavant, voyager m’est devenu très facile. Mais il y a 8 ans, voyager c’était laborieux, incertain et effrayant (comme en Slovaquie durant 5 mois).

Je me suis remémoré ces moments et je me suis demandée :

« Et si les leçons apprises durant ces années sur la route pouvaient être utiles ? »

Impulser le changement

michael-sunrise-tlf

Raconter mon histoire, raconter celles des autres et inspirer les apprentis voyageurs à franchir le pas. Voilà pourquoi j’ai créé Traverser La Frontière fin 2014.

Voyager a radicalement changé ma vie et je suis convaincu à 10 000% qu’il peut changer la vie de n’importe qui.

À force d’entendre les mêmes excuses, les mêmes raisons qui empêchent certains de voyager, j’ai compris qu’il existait un réel besoin. Que beaucoup de personnes n’arrivaient pas à franchir cette barrière, souvent trop haute à surmonter.

Dépenser 15 000€ pour faire un tour du monde n’est pas une décision que l’on prend à la légère. C’est de l’argent, c’est du temps, c’est une parenthèse dans une « vie normale »

Je sais pertinemment que je ne changerais pas quelqu’un d’un claquement de doigts. On ne décide pas du jour au lendemain de voyager à l’autre bout du monde. C’est un processus qui prend du temps. Il faudra des mois ou des années pour que mes actions produisent un résultat qu’elles induisent un changement, un voyage, une nouvelle direction.

Mais je suis patient et j’attends de voir.

Au bout de deux ans, je reçois déjà un bon nombre d’emails de personnes qui sont partis grâce au travail accompli, par exemple :

Sonia M. m’a écrit :

Bonsoir!!! Grâce à vous je me suis lancée je suis partie seule bon pas loin en Andalousie, mais je ne me suis pas du tout ennuyée et je n ai pas eu peur. !!!! Merci

Zgizem m’a laissé cet avis sur le podcast :

Génial !!! Super podcasts !! J’ai absolument tout écouté et ça donne envie de voyager encore plus tout en donnant de bonnes idées et conseils. Merci pour ce podcast Michael .

Ou encore Gaelle L. qui a acheté Pourquoi voyager seul ? :

J’ai acheté « pourquoi voyager seul », envie de partir, mais pleins de questions en tête… J’ai reçu le livre ce matin et j’ai validé mon billet cet après-midi pour la Nouvelle-Zélande . J’avais besoin de le lire pour être sûre de ma décision!

J’ai hâte d’être dans 10 ans afin de voir combien de vies je peux impacter positivement.

Mon job est de rendre le voyage plus facile pour vous. De le rendre accessible. De vous faire comprendre que c’est à votre portée. D’ailleurs, tout est à votre portée, car en étant français, vous avez déjà gagné.

Sauter le pas n’est pas simple, mais ce n’est pas impossible. En ce qui concerne le voyage, je crois avoir créé l’une des meilleures solutions pour franchir le pas.

Le livre qui peut tout changer

michael-avec-livre

Depuis un an, j’ai entrepris un des plus gros projets de ma vie : écrire un livre pour impacter des dizaines de milliers de personnes à voyager plus.

Ce livre s’appelle Voyage à Durée Indéterminée.

Après 8 ans à voyager et 2 ans à développer Traverser La Frontière, je pense avoir saisi les difficultés inhérentes au voyage et surtout comment les surmonter. J’ai ouvert Word et j’ai écrit tout ce que je savais sur le voyage grâce à mes années passées à l’étranger.

Ce livre a été dur à écrire, son contenu et sa forme changeaient tous les mois. J’ai d’ailleurs failli abandonner plusieurs fois. Notamment l’été dernier lorsque je vivais à Cluj en Roumanie. Je me levais à 6H tous les matins pour écrire dans un café. Tous les jours, même thé, même serveuse, même table, même routine. J’ai mis mes excuses de côté pour avancer, même si c’était douloureux.

Faire ressortir tout ce que j’avais dans ma tête de façon compréhensible et intéressante fut une longue entreprise, mais au vu des premiers témoignages, le pari est réussi.

Voyage à Durée Indéterminée est LE livre à posséder si vous envisager de faire un long voyage, mais que vous avez encore des doutes, que vous n’êtes pas sur du chemin à prendre.

Les doutes sont normaux.
Les excuses sont compréhensibles.
Par contre, la fuite face à vos envies n’est pas acceptable.

La vie est une suite de décisions personnelles. À un moment, il faudra choisir de prendre ou non cette décision. Ce livre vous aidera à franchir le pas et vous guider pour vivre le voyage de vos rêves.

Si le manque d’argent est l’une des raisons qui vous empêchent de voyager, vous trouverez dans le livre toutes les réponses à vos questions. Le cout d’un voyage, dépenser moins d’argent, faire du volontariat, gagner de l’argent en voyageant… sont autant de thèmes que j’aborde en profondeur.

Comme vous allez le voir dans le livre, l’argent est central, mais le critère encore plus important est votre volonté. Avec de la volonté, vous pouvez soulever des montagnes, vous pouvez surmonter toutes vos peurs.

vdiQue vous envisagiez de partir quelques mois quelques années ou toute votre vie, vous trouverez dans Voyage à Durée Indéterminée une mine d’informations et de conseils qui vous accompagnera avant et pendant vos aventures aux quatre coins du monde.

Allez-vous céder à la facilité et constamment vous créer des excuses ? Ou allez-vous acheter ce livre qui va vous permettre d’enfin franchir le pas ?

Voyage à Durée Indéterminée est disponible :

– Michael

Send this to friend